retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 12 août 2004

Irak : Un vice-gouverneur de Najaf a annoncé sa démission pour protester contre "toutes les opérations terroristes américaines menées dans la ville sainte"


BAGDAD (AFP) - L’aviation américaine a procédé, jeudi 12 août 2004, à des bombardements sans précédent sur la ville de Kout, faisant au moins 75 morts dont de nombreux civils, tandis que les résistants du chef chiite Moqtada Al-Sadr combattaient toujours à Najaf, cible d’une vaste offensive.


Depuis mercredi 11 août 2004, 165 personnes au total ont été tuées et près de 600 blessées dans les combats en Irak, selon un bilan du ministère irakien de la Santé. Ce bilan inclut 75 personnes tuées et 148 blessées dans les raids américains sur Kout, à 180 km au sud-est de Bagdad, tandis que 44 personnes ont été tuées et 164 blessées dans des affrontements à Sadr City, grand quartier chiite de Bagdad.

Jeudi 12 août 2004 au matin, les combats ont repris avec intensité à Najaf, où les forces américaines ont lancé, avec les forces de sécurité irakiennes, une offensive majeure. Le ministre irakien de la Défense Hazem Chaalane a averti que les opérations des forces américaines et irakiennes allaient se poursuivre à Najaf jusqu’à ce que les résistants de Moqtada Al-Sadr quittent le mausolée de l’imam Ali où ils sont retranchés. Le Premier ministre Iyad Allaoui a également demandé aux résistants de déposer les armes et de quitter le mausolée.

Les forces américaines bombardaient à Najaf des positions de résistants se trouvant à proximité de la maison de Moqtada Al-Sadr, selon un correspondant de l’AFP, mais il était impossible de savoir dans l’immédiat si le chef chiite se trouvait à son domicile.

En dépit de cette offensive, les résistants de l’Armée du Mehdi contrôlaient toujours, en début d’après-midi, les alentours du mausolée, selon le journaliste de l’AFP. "Nous sommes prêts à combattre jusqu’à notre dernière goutte de sang si c’est ce que les Américains veulent", a déclaré un partisan de Moqtada Al-Sadr, Cheikh Ali al-Soumeisim. Les troupes américaines et les forces de sécurité irakiennes bloquaient quant à elles toutes les voies menant au mausolée de l’imam Ali.

Mercredi 11 août 2004, Moqtada Al-Sadr avait appelé ses partisans à continuer le combat même s’il était fait prisonnier ou "tombait en martyr".

Un vice-gouverneur de Najaf, Jawdat Kadam Najem al-Kouraichi, a annoncé sa démission pour protester contre "toutes les opérations terroristes américaines menées dans la ville sainte".

Le chef du Conseil régional de Najaf, cheikh Fayed al-Chamari, a de son côté indiqué qu’il tentait de trouver une solution pour l’arrêt "du bain de sang".

Le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa a appelé à un arrêt immédiat des combats dans la ville et "exprimé sa confiance dans le gouvernement intérimaire irakien pour engager un dialogue rapide et immédiat (entre les parties en conflit) afin d’arrêter la violence" à Najaf.

En Iran, les Gardiens de la révolution, considérés comme l’armée idéologique du régime islamique chiite, ont dénoncé les "atrocités" perpétrées par les Américains à Najaf et appelé les Irakiens à s’unir dans "la résistance contre l’occupant".

Plusieurs milliers de chiites irakiens ont manifesté, jeudi 12 août 2004, à Bassorah, dans le sud de l’Irak, ainsi qu’à Bagdad, pour dénoncer les frappes américaines à Najaf.

Par ailleurs, des explosions et des tirs nourris ont retenti à Bagdad, sur la rive ouest du Tigre. "Il y a des combats entre l’Armée du Mehdi et les soldats américains", ont affirmé des habitants.

Entretemps, à Bassorah, un soldat britannique a été tué et un autre grièvement blessé par l’explosion d’un engin piégé, selon un porte-parole de l’armée britannique qui est chargée de la supervision de la région de Bassorah. Un groupe mystérieux, baptisé "Abou al-Abbas", a prévenu qu’il tuerait tous ceux, "y compris les entrepreneurs et les interprètes", qui travaillent pour les troupes britanniques à Bassorah, dans un communiqué transmis à l’AFP.

Quant au dossier des otages, cinq camionneurs syriens, enlevés, lundi 9 août, sur la route de Bagdad, ont été relâchés, jeudi 12 août 2004, selon les services de sécurité libanais.

A New York, le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé jeudi pour un an le mandat de la Mission d’Assistance des Nations Unies en Irak (Manui), à l’unanimité de ses 15 membres. Le précédent mandat de cette mission, créée le 14 août 2003, devait expirer vendredi 13 août 2004.

Sur le front médiatique, le Washington Post a admis, jeudi 12 août 2004, n’avoir pas suffisamment fait preuve d’objectivité dans la couverture du dossier irakien avant le déclenchement de la guerre en mars 2003. Le journal a notamment reconnu avoir accordé une place trop importante aux affirmations de la Maison Blanche sur la présence présumée d’armes de destruction massive en Irak. "Les affirmations de l’administration étaient en première page. Ce qui mettait en doute ces affirmations était relégué en page 18 le dimanche ou page 24 le lundi", a déclaré un correspondant du journal au Pentagone, Thomas Ricks. "Nous aurions dû avertir nos lecteurs que nous avions des informations prouvant que les fondements (pour la guerre) étaient plus fragiles" qu’admis généralement, a déclaré un responsable de la rédaction, Bob Woodward.

Le chef du réseau terroriste Al-Qaïda Oussama ben Laden s’apprêterait de son côté à diffuser un message audio déclarant la fin de la trêve proposée aux pays européens s’ils ne retirent pas leurs troupes d’Irak, selon un site internet islamiste. "A tous les musulmans : attendez un message audio de cheikh Oussama Ben Laden sur l’une des chaînes satellitaires, durant lequel il annoncera la fin de la trêve offerte aux Européens pour qu’ils se retirent d’Irak", dit un communiqué publié par le site le site "Minbar Ahl al-Sounna wal Jamaa".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source