retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
Reuters, 12 août 2004

Irak : Les Américains et leurs collaborateurs plus méprisés que jamais

par Khaled FARHAN


NADJAF, Irak (Reuters) - Les US marines, appuyés par des chars et une couverture aérienne, se sont emparés, jeudi 12 août 2004, du coeur de la ville sainte chiite de Nadjaf, allant jusqu’à prendre le contrôle de la résidence de l’imam Moktada Al-Sadr, chef de l’Armée du Mehdi.


Le dignitaire religieux se trouverait à deux kilomètres de là, dans le sanctuaire de l’Imam Ali. Pour l’heure, les forces américaines n’ont pas osé pénétrer à l’intérieur des différents sanctuaires de la ville, sacrés pour les milliers de chiites du monde entier.

Après une semaine de combats, les Américains sont passés à l’offensive, pilonnant des positions des résistants de l’Armée du Mehdi dans un cimetière situé près de la mosquée de l’imam Ali, ce qui a déclenché des manifestations dans au moins deux autres villes d’Irak.

L’aviation américaine a bombardé des objectifs situés près de la résidence de Moqtada Al-Sadr à Nadjaf, avant de s’en emparer en fin d’après-midi. Les marines ont bloqué l’entrée au sanctuaire de l’imam Ali, l’un des sanctuaires les plus sacrés du chiisme, où un grand nombre de miliciens se sont retranchés. Selon des témoins, la ville avait retrouvé le calme à la tombée de la nuit.

Fort de cette poussée américaine, le Premier ministre irakien par intérim, Iyad Alloui, a exhorté les miliciens chiites à déposer les armes à travers le pays. Dans une déclaration faite par la voie d’un conseiller, Allaoui a proposé de nouveau aux chiites radicaux de participer au processus politique en cours, ce que Sadr avait exclu ces derniers jours.

En dépit de ces événements -les plus sanglants entre forces de la coalition et chiites depuis l’insurrection d’avril 2004-, le gouvernement irakien a maintenu à dimanche l’ouverture de la conférence nationale, à laquelle incombe de choisir un Conseil national de cent membres. Ce conseil aura pour rôle de contrôler le travail du gouvernement intérimaire d’ici les élections législatives prévues pour janvier 2005.

Les résistants de Moqtada Al-Sadr ne montrent aucun signe de vouloir baisser la garde. "Le moral des combattants est très bon", a assuré Ahmed al Chibani, porte-parole de Moqtada Al-Sadr à Nadjaf. L’Armée du Mehdi jure de ne pas se rendre et laisse augurer d’une sanglante bataille, assurant que Moqtada Al-Sadr dirige les opérations de défense de son sanctuaire et du vaste cimetière, l’un des plus étendus de tout le Proche-Orient.

Appels à des rassemblements en Iran et au Liban

Nadjaf n’est pas la seule ville concernée par les violences. A Kout, ville du Sud-Est irakien, au moins 72 personnes ont péri, jeudi 12 août 2004, dans des attaques aériennes américaines et dans des combats entre la police irakienne et l’Armée du Mehdi, selon le ministère irakien de la Santé. L’armée américaine a précisé qu’elle avait déployé des avions armés AC-130 pour attaquer les insurgés et que plus de 20 bâtiments avaient été détruits.

A Bagdad, 25 personnes ont été tuées dans des affrontements et 21 autres l’ont été dans d’autres villes du pays au cours des dernières 24 heures.

Des manifestations ont eu lieu à Bagdad et, dans le Sud, à Bassorah, pour protester contre le déclenchement de l’offensive américaine visant à briser la résistance dans les sept villes où l’insurrection faisait rage.

Malgré les menaces de s’en prendre aux oléoducs lancées par l’Armée du Mehdi en cas d’assaut contre Nadjaf, l’Irak a rouvert son principal pipeline permettant d’exporter son pétrole via le Sud, fermé depuis un sabotage survenu lundi 9 août 2004. Les cours du pétrole sont restés jeudi proches de leurs records, le brut léger américain se situant à 44,92 dollars le baril, à 12 cents en dessous du record enregistré mardi à New York, qui était de 45,04 dollars pour les contrats sur le brut.

Les analystes mettent en garde contre le risque de graves répercussions en Irak, même si les Américains ne touchent pas à la mosquée de l’imam Ali et si les miliciens sont bel et bien défaits dans Nadjaf. Selon eux, le ressentiment de la population chiite envers Allaoui aura des conséquences à long terme sur celui-ci.

L’assaut lancée par les Américains contre Nadjaf a suscité une vive inquiétude chez les chiites du Proche-Orient et d’Iran, où dignitaires religieux et hommes politiques ont condamné les combats et appelé à des manifestations antiaméricaines.

Actuellement à Londres où il est soigné pour des troubles cardiaques, le grand ayatollah irakien Ali al Sistani, plus haute sommité chiite irakienne, a appelé à la retenue.

En Iran, la télévision nationale a diffusé presque continuellement des images des combats à Nadjaf, et appelé la population à se rendre en masse aux rassemblements qui suivront les grandes prières du vendredi.

Au Liban, une organisation, le Mouvement populaire de soutien à la Palestine et à l’Irak, a invité à un rassemblement du même genre. Le Hezbollah, organisation chiite libanaise, a appelé à la constitution d’un front uni contre l’assaut lancé contre Nadjaf.

Khaled FARHAN

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Khaled FARHAN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source