retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AP, 14 août 2004

Irak : Echec des négociations à Najaf, entre l’occupant et la résistance


NAJAF (AP) - Les négociations en vue d’une trêve dans la ville sainte de Najaf ont été rompues, samedi 14 août 2004, plus d’une semaine après le début des affrontements, a annoncé le conseiller national irakien à la sécurité Mouwaffaq al-Roubaie.


"C’est avec une grande tristesse et de profonds regrets que j’annonce l’échec des efforts que nous avons entrepris pour mettre fin à la crise en Irak", a-t-il dit. Al-Roubaie, qui représentait le gouvernement provisoire irakien, n’a pas précisé les raisons de l’échec des discussions.

L’imam chiite Moqtada al-Sadr avait demandé, vendredi 13 août 2004, le retrait des soldats américains de Najaf et l’amnistie pour tous ses résistants, en échange de leur désarmement et de leur départ des lieux saints de la ville.

On ne savait pas dans l’immédiat si la fin des discussion entraînerait la reprise des combats qui ont éclaté la semaine dernière entre l’armée du Mahdi emmenée par Moqtada Al-Sadr et les forces américaines et irakiennes. Les combats avaient pris fin, vendredi 13 août 2004, à l’ouverture des négociations.

Associated Press

Un porte-parole de Moqtada Al-Sadr impute l’échec des négociations à Iyad Allaoui

Un porte-parole de Moqtada Al-Sadr a accusé, samedi 14 août 2004, le Premier ministre irakien Iyad Allaoui d’avoir rompu les négociations pour mettre fin aux combats dans la ville sainte de Najaf, dans une déclaration à la chaîne Al-Jazira du Qatar. "Nous nous étions mis d’accord avec (le conseiller à la sécurité nationale irakien Mouaffak) al-Roubaï sur tous les points" en discussion, a affirmé Ali Soumeisim. "Mais le Premier ministre intérimaire Iyad Allaoui a mis fin (aux négociations) et a rappelé (M. Roubaï) à Bagdad, alors que les troupes américaines convergent vers Najaf sur deux fronts", a-t-il ajouté.

Tirs nourris d’armes automatiques et de mitrailleuses à Bagdad

Des tirs nourris d’armes automatiques et de mitrailleuses ont retenti, samedi 14 août 2004, dans un quartier de Bagdad où s’était produit il y a deux jours un violent affrontement entre des résistants et la police irakienne, appuyée par l’armée américaine, a constaté l’AFP. Des tirs ont retenti vers 15h30 (11h30 GMT) et un nuage de fumée s’est élevé de la zone où se trouvent une importante mosquée et un cimetière sunnites. Six chars américains bloquaient l’entrée de la rue Haïfa alors qu’un soldat, monté sur un char, appelait dans un porte-voix les habitants du quartier à ne pas sortir de chez eux. "Les coups de feu ont éclaté lorsque des résistants ont essayé d’attaquer un char américain qui passait", a déclaré à l’AFP un habitant du quartier qui n’a pas voulu être identifié. "Les Américains ont riposté. Cela a duré quelques minutes et je ne crois pas qu’il y ait des victimes", a-t-il ajouté.

Jeudi 12 août 2004, un avion de combat et des hélicoptères américains étaient intervenus lorsque des résistants avaient attaqué un commissariat de ce quartier.

Des soldats polonais encerclés à Hilla évacués vers leur base principale

Des soldats polonais encerclés, vendredi 13 août, par des centaines de résistants chiites à Hilla, au sud de Bagdad, ont été évacués, samedi 14 août 2004 au matin vers leur base de Babylone, a déclaré le porte-parole de la division multinationale. "Protégée par les forces de réaction rapide, l’unité de soldats polonais est revenue à sa base vers 07h20 heures locales (03h20 GMT)", a déclaré le colonel polonais Artur Domanski, cité par l’agence PAP. Au cours de l’opération, il n’y a eu ni échanges de tirs ni victimes, a-t-il ajouté. Selon Janusz Zemke, vice-ministre polonais de la Défense, cité par l’agence PAP, l’unité comptait 7O et non pas 20 soldats, comme annoncé précédemment par l’armée.

Vendredi 13 août 2004 dans l’après midi, les soldats polonais sont venus en aide aux policiers irakiens menacés par une foule d’environ 400 personnes, dont certaines armées, manifestant leur soutien au chef radical chiite Moqtada Al-Sadr, selon le ministre. Par la suite, les Polonais et 85 policiers irakiens se sont retrouvés encerclés par les manifestants au commissariat central de police à Hilla où ils ont passé la nuit.

Selon le colonel Domanski, la situation à Hilla était calme dans la matinée de samedi 14 août 2004 et la ville se trouvait sous le contrôle des forces irakiennes.

Selon les sources policières et hospitalières irakiennes, les résistants du chef Moqtada Al-Sadr ont réussi à s’emparer, dans la nuit de vendredi 13 août à samedi 14 août 2004, de deux commissariats dans cette ville, au cours de combats qui ont fait huit morts et 33 blessés.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source