retour article original

lundi 22 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AP, 14 août 2004

Soudan : Le président soudanais promet de mettre fin aux violences au Darfour

par Mohamed OSMAN


KHARTOUM (AP) - A la veille du déploiement au Darfour des premières forces d’interposition rwandaises, le président soudanais Omar el-Béchir a dénoncé, samedi 14 août 2004, les « comploteurs » et les « ennemis » alimentant la crise au Darfour, tout en promettant de mettre fin au conflit qui a fait 30000 morts depuis 18 mois.


Les déclarations du président, retransmises par la radio nationale, s’inscrivent dans la ligne de la thèse du gouvernement soudanais qui impute les violences aux rebelles dans cette région de l’ouest du pays.

L’ONU, l’Union européenne et les organisations humanitaires affirment plutôt que le gouvernement a largement appuyé les miliciens arabes Janjawid, grâce à des véhicules, des avions et des hélicoptère. Les Janjawid sont accusés d’avoir mené des raids contre les fermiers noirs du Darfour, des sédentaires en conflit avec les nomades arabes au sujet de l’usage de l’eau. Ils ont tué des milliers de personnes et ravagé des villages entiers.

Plus de deux millions d’habitants du Darfour ont un besoin urgent de nourriture, et un million ont quitté leur domicile. L’ONU a qualifié le conflit de pire crise humanitaire du monde.

Le président soudanais a soutenu que les rebelles noirs ont pris les armes en février 2003 parce qu’ils étaient mécontents qu’un accord soit en vue dans un autre conflit au sud du pays. « Chaque bonne chose qui arrive au Soudan est accueillie défavorablement par les comploteurs engagés (contre le gouvernement), et par conséquence, la conspiration des ennemis s’amplifie », a-t-il affirmé dans ce discours enregistré jeudi 12 août 2004.

Samedi 14 août, le président rwandais Paul Kagame a affirmé que le premier contingent rwandais, qui doit se déployer, dimanche 15 août 2004, à la demande de l’Union africaine, pour protéger les observateurs dépêchés sur place, « utilisera la force pour protéger les civils » qui se trouveraient en danger au Darfour. Un premier groupe d’une dizaine de soldats rwandais s’est envolé samedi dans un avion-cargo emportant au Soudan des armes, des munitions et le matériel nécessaire à la force de 154 hommes que Kigali a mobilisé. Ils doivent être rejoints par autant de soldats nigérians, qui n’ont pas fait connaître la date de leur arrivée. Leur mission est de protéger les observateurs africains chargés par l’Union africaine de surveiller l’application du fragile cessez-le-feu conclu entre les rebelles et les forces gouvernementales.

M. Kagame a affirmé que les Rwandais étaient prêts à utiliser la force pour protéger les populations. « S’il était établi que des civils sont en dangers, alors nos forces interviendront certainement et utiliseront la force pour protéger les civils », a-t-il dit. « De mon point de vue, ça n’a aucun sens de protéger des observateurs si la population est en train de mourir ».

Le Rwanda a fait pression pour que l’Union africaine donne un mandat permettant à la force internationale d’utiliser la force pour interrompre les attaques contre les civils.

Mohamed OSMAN

AUTEURS 

  • Mohamed OSMAN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source