retour article original

mercredi 24 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Grèce
ats/Newsnet, 9 mars 2015

Corruption : Scandale de l’armement en Grèce


Le siège du Ministère public de la Confédération, à Berne, en Suisse

L’enquête en Suisse se poursuit dans le vaste scandale de corruption et blanchiment lié à des contrats d’armement en Grèce. Berne a saisi 35 millions de francs sur des comptes bancaires dans le cadre de cette affaire, qui a déjà valu 20 ans de prison à un ex-ministre grec.


Grèce

L’enquête en Suisse se poursuit dans le vaste scandale de corruption et blanchiment lié à des contrats d’armement en Grèce. Berne a saisi 35 millions de francs sur des comptes bancaires dans le cadre de cette affaire, qui a déjà valu 20 ans de prison à un ex-ministre grec. « Quelque quatre millions de francs ont déjà pu être restitués au gouvernement grec » en 2014, précise, dimanche 8 mars 2015, la porte-parole du Ministère public de la Confédération (MPC). Jeanette Balmer confirmait une information parue dans la « NZZ am Sonntag ». Dans cette affaire, des pots-de-vin ont été versés à des politiciens et des fonctionnaires grecs lors de l’achat de missiles antiaériens, de blindés et de sous-marins, rappelle Jeanette Balmer. « De l’argent a ensuite été transféré sur la place financière suisse », indique Jeanette Balmer. Par ailleurs, en lien avec ce cas, quelque 20 millions de francs ont échappé au fisc grec et atterri en Suisse, « via notamment des opérations dites de compensation ».

Ces sommes ont été mises à jour via un mécanisme compliqué, que le dominical alémanique détaille dans ses pages. Les firmes d’armement impliquées versaient des pots-de-vin, présentés comme des honoraires de conseil, sur des comptes que des fiduciaires grecques possédaient en Suisse. De là, les sommes transitaient via diverses sociétés-écran jusqu’à atterrir sur des comptes de riches Grecs, titulaires de comptes avec de l’argent non déclaré en Suisse. Dans le même temps, ces fortunés ont remis de l’argent en liquide provenant de ces comptes en Suisse aux fiduciaires grecques. Celles-ci ont transféré ces sommes aux personnes du ministère de la Défense soudoyées par des pots-de-vin.

L’enquête vise cinq personnes au total, dont une a été placée en détention provisoire. La porte-parole ajoute que dans le cadre d’une entraide judiciaire, le Ministère public de la Confédération échange des informations avec l’Allemagne et la Grèce, qui conduisent parallèlement des enquêtes. Dans cette affaire, plusieurs personnes ont déjà été condamnées en Grèce. Parmi elles, l’ex-ministre grec de la Défense Akis Tsochatzopoulos, qui avait écopé de 20 ans de prison, en octobre 2013, pour avoir blanchi plus de six millions d’euros provenant de ces pots-de-vin.

ats/Newsnet

Akis Tsochatzopoulos

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source