retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (8ème partie) : Août 2004
AFP, 15 août 2004

Proche Orient : Des milliers de Palestiniens prisonniers d’Israël font la grève de la faim


Un Palestinien détenu en Israël

JERUSALEM (AFP) - Des milliers de Palestiniens détenus par Israël ont entamé, dimanche 15 août 2004, une grève indéfinie de la faim afin de protester contre leurs conditions d’incarcération.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Rafah, le 10 août 2004


Plus de la moitié des 3800 Palestiniens détenus en Israël pour raisons sécuritaires ont observé ce mot d’ordre de même qu’une proportion similaire de ceux se trouvant dans des prisons militaires en Cisjordanie, a indiqué un porte-parole de l’adminitration pénitentiaire Ian Domintz. En tout, quelque 8000 Palestiniens sont emprisonnés par Israël. "1464 ont refusé leur premier repas aujourd’hui", a précisé à l’AFP M. Domintz, ajoutant que cette attitude serait considérée comme une grève de la faim uniquement si elle se poursuivait 48 heures.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Rafah, le 10 août 2004

Ce mouvement touche les prisons de Nafhah et Eshel (dans le sud d’Israël) ainsi que celle de Hadarim (au nord de Tel-Aviv). Les grévistes se nourrissent uniquement de liquides, notamment de lait, a ajouté le porte-parole. "Ils (les prisonniers) n’obtiendront rien (...) Ni moi-même, ni le Premier ministre (Ariel Sharon), ni le gouvernement, ni l’administration pénitentiaire ne sont prêts au moindre compromis avec eux", a réagi à la radio de l’armée israélienne, le ministre de la Sécurité intérieure Tzahi Hanegbi.

Tzahi Hanegbi

Le ministre palestinien chargé du dossier des prisonniers, Hicham Abdelrazak a de son côté annoncé des manifestations de soutien dans les territoires occupés. "Cette grève de la faim n’a pas un caractère politique. Il s’agit d’une lutte pour les droits fondamentaux", a-t-il affirmé aux journalistes à Gaza en précisant que le mouvement allait s’amplifier cette semaine.

Des Palestiniens manifestent avec les portraits de proches prisonniers des israéliens, à Naplouse, le 9 août 2004

Les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, groupe armé lié au mouvement Fatah du dirigeant palestinien Yasser Arafat, ont pour leur part exigé la libération des prisonniers et menacé de multiplier des attaques anti-israéliennes. "Nos ennemis sionistes seront tenus entièrement responsables des conséquences s’ils ne relâchent pas les prisonniers, et nous renouvelons notre appel à nos combattants, où qu’ils se trouvent, de poursuivre leurs opérations spéciales, en particulier celles qui visent à enlever des soldats israéliens", ont-elles affirmé dans un communiqué parvenu à l’AFP.

Des enfants palestiniens dans les décombres de leur maison détruite par l’armée israélienne, à Rafah, le 8 août 2004

Les grévistes de la faim -dont environ 600 condamnés à la prison à vie- ont menacé de se "transformer en martyrs" en se laissant mourir.

Un hélicoptère sans pilote israélien, destiné à la surveillance

Interrogée par la radio israélienne, une avocate des prisonniers, Me Abir Bakr, a justifié leur mouvement de protestation. "Les prisonniers ont des droits, qui ne sont pas respectés (...) Le plus souvent, ils ne peuvent ni téléphoner à leurs parents ni être visités par eux à cause des bouclages" dans les territoires occupés, a-t-elle affirmé.

Selon un responsable du "Club des prisonniers palestiniens", une organisation de défense de détenus basée à Bethléem en Cisjordanie, M. Abou Mohammed, les détenus réclament en outre la suppression des vitres les séparant de leurs parents durant les visites, l’installation de téléphones publics dans les prisons, la fin des fouilles corporelles "humiliantes" et des punitions en cellules spéciales très étroites.

Des policiers palestiniens à Ramallah, le 8 août 2004

L’administration pénitentiaire s’est empressée de réprimer les grévistes en confisquant leurs appareils électriques -notamment les postes de télévision et de radio-, et leur interdisant de recevoir des journaux, des friandises, cigarettes et des visites.

La mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem

Un Palestinien a par ailleurs été tué, dimanche 15 août 2004, à Jérusalem-est par les tirs d’un garde-frontières israélien qu’il venait de blesser à coups de couteau.

Un Palestinien lance une pierre sur un véhicule militaire israélien, à Al-Amari, le 14 août 2004

Le décès du Palestinien porte à 4230 le nombre de personnes tuées depuis le début de l’Intifada fin septembre 2000, dont 3232 Palestiniens et 927 Israéliens.

Agence France Presse

Un Palestinien renvoie à l’expéditeur une grenade lacrymogène tirée par les Israéliens, à Balata, le 14 août 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source