retour article original

samedi 22 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 17 août 2004

Irak : Une mission de bons offices arrive à Najaf, où les combats ont repris


NAJAF (Irak) (AFP) - Une mission de bons offices irakienne est arrivée, mardi 17 août 2004, dans la ville sainte de Najaf, théâtre de nouveaux combats entre miliciens chiites et forces américaines et irakiennes, pour tenter de convaincre le chef Moqtada Al-Sadr de déposer les armes.


A Bagdad, où se poursuit la Conférence nationale censée lancer le processus démocratique en vue des élections de janvier 2005 en Irak, au moins sept personnes ont été tuées et 47 blessées par la chute de plusieurs obus, selon des sources médicales.

Une délégation de la Conférence nationale, qui doit rencontrer Moqtada Al-Sadr pour lui demander de retirer sa milice du mausolée de l’imam Ali, haut lieu de l’islam chiite, est arrivée, mardi 17 août après-midi, sur une base militaire américaine de Najaf. L’initiateur et chef de la délégation Hussein Al-Sadr, un parent du chef chiite rebelle, a précisé qu’il "ne s’agissait pas de négociations mais d’une mission amicale pour remettre le message de la Conférence nationale", qui réunit, depuis dimanche 15 août 2004, 1300 délégués de toutes les régions d’Irak. La résolution demande le retrait du mausolée de l’Armée du Mehdi, la remise des armes et la transformation de la milice en parti politique, a-t-il ajouté. Sept chiites, dont deux femmes, et un sunnite composent cette délégation.

A Bagdad, outre les sept personnes tuées par des obus de mortier, un soldat américain et un garde de sécurité ont été blessés par la chute d’un autre obus près de la "zone verte", périmètre ultra-protégé où se tient la Conférence nationale.

Dans la ville sainte chiite, à environ 130 kilomètres au sud de Bagdad, les combats avaient repris, mardi 17 août 2004 au matin, avec violence, près du mausolée d’Ali, où les soldats américains appuyant les forces de sécurité irakiennes tentent de déloger les résistants de Moqtada Al-Sadr qui tiennent la vieille ville. Dans ces combats, un photographe irakien de l’agence de presse britannique Reuters, Ali Abou al-Chich, âgé de 25 ans, a été légèrement blessé. Face à la situation sur le terrain, le chef de la police de Najaf, Ghaleb al-Jazaïri, a menacé de prendre d’assaut le mausolée si les résistants refusent de désarmer.

Moqtada Al-Sadr a, quant à lui, lancé une invitation au pape Jean Paul 2, pour résoudre le conflit qui a éclaté le 5 août. "Nous saluons la proposition du pape et nous l’invitons à résoudre la crise", a déclaré un porte-parole de Moqtada Al-Sadr, Ahmed al-Chaibani. Le Vatican, qui avait proposé, lundi 16 août, sa médiation, a confirmé, mardi 17 août 2004, qu’il était disponible pour une telle mission, mais à condition que les deux camps souhaitent vraiment une solution pacifique.

Les chefs de gouvernement italien et britannique, Silvio Berlusconi et Tony Blair, qui se sont rencontrés en privé en Italie, ont de leur côté estimé que les autorités irakiennes devaient faire tout leur possible "pour trouver une solution politique" à la violence, et que les groupes résistants devaient "accepter l’appel à cesser les violences (...) et prendre part au débat politique". Le président irakien Ghazi al-Yaouar, en visite en Turquie, a pour sa part prévenu que le gouvernement ne pouvait tolérer la poursuite de cette rébellion.

Un responsable du secteur pétrolier en Irak a par ailleurs affirmé que les exportations de pétrole par le sud du pays sont réduites de moitié depuis huit jours en raison des menaces proférées par des résistants de Moqtada Al-Sadr contre les oléoducs approvisionnant les deux terminaux méridionaux. Cette baisse des exportations cause un manque à gagner de 30 millions de dollars par jour, selon le gouvernement irakien.

Sur le plan politique, plusieurs centaines de délégués ont menacé, mardi 17 août 2004, de quitter la Conférence nationale, si la procédure de vote pour désigner le Conseil national législatif n’était pas modifiée, a affirmé un délégué.

Un journaliste américain enlevé en Irak avait enquêté quelques jours avant son rapt sur la destruction d’une ambulance par des soldats italiens et la mort de plusieurs de ses occupants, selon un échange de couriels avec des amis et une organisation de défense de la presse. Micah Garen, 36 ans, explique dans cette correspondance, dont l’AFP a obtenu une copie, que des troupes italiennes basées à Nassiriah ont ouvert le feu sur une ambulance, tué quatre passagers et fait passer l’incident pour l’explosion d’une voiture piégée.

Le général Rabia Souheil Najm, adjoint du chef des renseignements intérieurs ("moukhabarat") de l’ancien régime, a été arrêté, dans la nuit de lundi 16 août à mardi 17 août 2004, près de Tikrit, au nord de Bagdad, lors d’une opération américano-irakienne.

A Baaqouba, au nord de la capitale, trois soeurs irakiennes ont été blessées, lundi 16 août 2004 au soir, par un obus de mortier.

Dans le sud du pays, à Nassiriyah, trois carabiniers italiens ont été blessés pendant la nuit de lundi à mardi dans des combats avec des rebelles.

Par ailleurs, un vendeur de voitures jordanien enlevé il y a huit jours a été libéré, mardi 17 août 2004, avant l’aube, lors d’une opération de police près de Kerbala, dans le centre de l’Irak.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source