retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 17 août 2004

Irak : Le "processus démocratique" est une escroquerie politique

Suivi d’un commentaire


NAJAF (Irak) (AFP) - Une mission de bons offices irakienne est arrivée, mardi 17 août, dans la ville sainte de Najaf, pour tenter de convaincre le chef Moqtada Al-Sadr de déposer les armes, tandis que le vote prévu pour l’élection du Conseil national législatif irakien a été repoussé à mercredi 18 août 2004.


Les huit membres de la délégation de médiateurs sont arrivés au mausolée de l’imam Ali au moment où les combats opposant les miliciens chiites aux soldats américains, venus en appui aux forces de sécurité irakiennes, ont repris autour du mausolée dans la vieille ville de Najaf. L’initiateur et chef de la délégation, Hussein al-Sadr, un parent du chef chiite, a précisé qu’il "ne s’agissait pas de négociations mais d’une mission amicale pour remettre le message de la Conférence nationale", qui réunit depuis dimanche 1300 délégués de toutes les régions d’Irak. La résolution demande le retrait du mausolée de l’Armée du Mehdi, la remise des armes et la transformation de la milice en parti politique, a-t-il ajouté. Sept chiites, dont deux femmes, et un sunnite composent cette délégation.

A Bagdad, où se poursuit la Conférence nationale censée lancer le processus démocratique en vue des élections de janvier 2005 en Irak, au moins sept personnes ont été tuées et 47 blessées par la chute de plusieurs obus, selon des sources médicales. Un soldat américain a été tué et plusieurs ont été blessés dans une série d’attaques dans le quartier de Sadr City, fief des résistants de Moqtada Al-Sadr à Bagdad, a indiqué, mardi 17 août 2004, l’armée américaine. De même source, on apprenait qu’un drone américain, appareil sans pilote, s’est écrasé mardi près de Balad.

De violents accrochages ont opposé, mardi 17 août 2004 au soir, les résistants de Moqtada Al-Sadr aux troupes britanniques à Bassorah, a annoncé l’armée britannique.

Le vote prévu pour l’élection du Conseil national législatif irakien a été repoussé à mercredi 18 août, a annoncé, mardi 17 août, Fouad Massoum, chef du Comité préparatoire de la Conférence nationale, appelant les délégués à revenir à 10h00 (06h00 GMT). Sur les 100 sièges, 19 sont déjà occupés par les membres du feu Conseil de gouvernement, créé par les forces de la Coalition après la chute du régime de Saddam Hussein en avril 2003 et dissout en juin 2004. Selon les règles de la Conférence, le vote pour désigner les 81 délégués restants se fait par listes bloquées et la gagnante est celle qui obtient 51 %.

Dans le combats à Najaf, qui ont repris, mardi 17 août 2004 au matin, près du mausolée, un photographe irakien de l’agence de presse britannique Reuters, Ali Abou al-Chich, âgé de 25 ans, a été légèrement blessé.

Face à la situation sur le terrain, le chef de la police de Najaf, Ghaleb al-Jazaïri, a menacé de prendre d’assaut le mausolée si les résistants refusent de désarmer.

Moqtada Al-Sadr a, quant à lui, lancé une invitation au pape Jean Paul 2 pour résoudre le conflit qui a éclaté le 5 août 2004. "Nous saluons la proposition du pape et nous l’invitons à résoudre la crise", a déclaré un porte-parole de Moqtada Al-Sadr, Ahmed al-Chaibani. Le Vatican, qui avait proposé, lundi 16 août, sa médiation, a confirmé, mardi 17 août 2004, qu’il était disponible pour une telle mission à condition que les deux camps souhaitent vraiment une solution pacifique.

Les chefs de gouvernement italien et britannique, Silvio Berlusconi et Tony Blair, qui se sont rencontrés en privé en Italie, ont de leur côté estimé que les autorités irakiennes devaient faire tout leur possible "pour trouver une solution politique" à la violence, et que les groupes rebelles devaient "accepter l’appel à cesser les violences (...) et prendre part au débat politique". Le président irakien Ghazi al-Yaouar, en visite en Turquie, a pour sa part prévenu que le gouvernement ne pouvait tolérer la poursuite de cette rébellion.

Un responsable du secteur pétrolier en Irak a affirmé que les exportations de pétrole par le sud du pays étaient réduites de moitié depuis huit jours en raison des menaces proférées par des résistants de Moqtada Al-Sadr contre les oléoducs approvisionnant les deux terminaux méridionaux. Cette baisse des exportations cause un manque à gagner de 30 millions de dollars par jour, selon le gouvernement irakien.

Par ailleurs, un vendeur de voitures jordanien enlevé il y a huit jours a été libéré, mardi 17 août 2004, avant l’aube, lors d’une opération de police près de Kerbala, dans le centre de l’Irak.

L’ONU organisera, jeudi 19 août 2004, des cérémonies simultanées, à Genève, New York et Amman, pour marquer le premier anniversaire de l’attentat contre son siège à Bagdad qui avait coûté la vie à son représentant en Irak, outre 21 personnes. Le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan sera présent à la cérémonie de Genève où habitait et est enterré le plus haut responsable mort dans l’attentat, le Brésilien Siergio Vieira de Mello.

Agence France Presse

Commentaire

La conception du "processus démocratique" concocté par les Américains et leurs potiches met en évidence, une fois de plus, la fourberie de ces gens. Jamais le gouvernement des Etats-Unis n’aurait osé présenter une telle proposition aux électeurs américains.

En effet, l’occupant a décrété que, dans le futur Conseil national législatif, 19 % des sièges seront réservés à des membres du Conseil de gouvernement mis en place par l’occupant, avant la transmission théorique du pouvoir à l’actuel gouvernement potiche. Concrètement, cela signifie que 19 % des sièges du Conseil national législatif irakien seront réservés à des agents de la CIA. Et on ose parler de processus "démocratique".

Rien ne justifie que certains sièges soient réservés par avance à une faction quelconque, tandis que les autres sièges sont soumis au vote. Il s’agit manifestement là d’une magouille destinée à assurer, sinon une majorité automatique, du moins une minorité de blocage aux marionnettes de l’occupant. C’est comme si on décrétait que 19 % des sièges seront réservés aux petits copains de George Walker Bush.

Cette combine digne des plus minables politicards démontre que l’occupant n’est nullement sincère quand il prétend restaurer la démocratie en Irak. Il ne veut restaurer qu’une apparence de démocratie. La réalité demeurera despotique.

Les Irakiens qui ont décidé de boycotter cette bouffonnerie ont eu entièrement raison de le faire, et on peut s’attendre à un grand nombre de démissions parmi les membres du futur Conseil national législatif, quand ils comprendront à quel point tout a été perverti dès le départ. Seuls resteront ceux qui se seront laissés acheter.

Il appparaît clairement que les résistants irakiens n’ont aucun motif fondamental pour renoncer à la lutte armée, car ils subiront l’oppression de l’occupant et de ses marionnettes aussi longtemps qu’ils ne s’en seront pas débarrassés par les armes.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source