retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Sciences
AFP, 24 juin 2015

Sciences : Le « ver plat de Nouvelle-Guinée » étend son territoire


Platydemus manokwari

Un ver plat très envahissant, le plathelminthe de Nouvelle-Guinée, identifié dans de nombreux territoires de la région Pacifique et en France, est désormais signalé aussi dans d’autres îles du Pacifique, à Porto Rico et en Floride, annonce une étude mardi 23 juin 2015.


Carte de répartition de Platydemus manokwari

Originaire de Nouvelle-Guinée, Platydemus manokwari, la seule espèce de plathelminthe terrestre figurant dans la liste des 100 espèces exotiques envahissantes les plus néfastes au monde, gagne du terrain, a constaté une équipe internationale de chercheurs dirigée par Jean-Lou Justine, de l’Institut français de Systématique, Évolution, Biodiversité, une unité du Muséum d’Histoire naturelle de Paris. « Il a été trouvé dans des pays et territoires supplémentaires dans le Pacifique : Nouvelle-Calédonie (Grande Terre et îles Loyauté), Tahiti (Polynésie française), Wallis et Futuna, Singapour et les Îles Salomon, mais aussi à San Juan (Porto Rico) et dans plusieurs jardins à Miami, en Floride », précise le Muséum dans un communiqué. Très plat, ce ver mesure 5 cm de long et 5 mm de large. Son dos est couleur olive noire, avec une bande centrale claire. Son ventre, au milieu duquel se trouve sa bouche, est plus clair. Platydemus manokwari se nourrit essentiellement d’escargots terrestres, « mettant en danger les espèces de mollusques endémiques des régions envahies », souligne le Muséum.

Jean-Lou Justine

Pour les scientifiques, dont les travaux ont été présentés, mardi 23 juin 2015, dans la revue Peer J, une prolifération de cette espèce représenterait une menace pour la biodiversité. Après les escargots, il va en effet manger tout ce qui est sur le sol et qui est mou, comme les vers de terre, entraînant une baisse de la fertilité des sols. Les chercheurs jugent la découverte du ver en Floride « très préoccupante », selon le communiqué. « Jusqu’à présent, les territoires infestés étaient pour la plupart des îles. Or la propagation de l’espèce d’île en île est limitée. Au contraire, les vers plats maintenant établis en Floride, en Amérique continentale donc, ne seront pas soumis à ces limitations ». En outre, ils peuvent « facilement être transportés passivement avec des plantes infestées, des parties de plante ou du sol ».

Pour les scientifiques, Platydemus manokwari « devrait être considéré comme une menace importante pour les États-Unis et même pour l’ensemble du continent américain ». Déjà signalé dans de nombreux territoires de la région Pacifique, il avait été identifié pour la première fois sur le continent européen, en France, en 2014.

Agence France Presse

Un Platydemus manokwari près d’une coquille d’escargot

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source