retour article original

mardi 22 août 2017
Vous êtes ici Accueil Le lobby juif
egaliteetreconciliation, 29 juin 2015

Le lobby juif : Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, se confie


Vue de la Maison Blanche, à Washington DC

« Six juifs assis à la Maison Blanche discutent de l’État palestinien » : c’est ainsi que Michael Oren, ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis (2009-2013) a récemment décrit les discussions sur le Proche-Orient aux États-Unis.


Etats-Unis

Interrogé le 21 juin 2015 au 92nd Street Y, le centre communautaire juif new-yorkais, Michael Oren a qualifié d’« immense » la « profondeur avec laquelle les juifs, les juifs américains, ont été impliqués dans l’élaboration des politiques, et pas seulement dans cette administration [Obama, NDLR], mais même dans l’administration précédente ». Et de poursuivre : « Dans mon analyse de la relation entre la communauté juive américaine et l’État d’Israël, je parle de la façon dont les pères fondateurs de sionisme –et les mères de sionisme– n’avaient pas prévu la réussite juive américaine. [..] Ils ne pouvaient pas prévoir une situation que j’ai rencontrée régulièrement, qui est six juifs assis à la Maison Blanche, trois Israéliens et trois juifs américains, discutant de l’État palestinien. Cela arrive tout le temps. Très souvent, la seule personne non juive dans la pièce était le vice-président [Joe Biden, NDLR] ou le président [Barack Obama, NDLR]  ».

Michael Oren

L’ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis confirme ainsi ce qu’avaient développé John Mearsheimer et Stephen Walt dans le livre Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, paru en 2007. Les universitaires détaillaient notamment la puissance de l’AIPAC sur le Congrès des États-Unis par le levier financier : « Lorsque des questions concernant Israël sont soulevées, le Congrès vote conformément aux positions du lobby, et souvent avec une écrasante majorité. […] En plus des pressions directes exercées sur le Congrès, le lobby récompense –ou punit– les responsables politiques, grâce au levier que constitue le financement des campagnes électorales. […] L’AIPAC, qui se définit lui-même comme le “lobby pro-israélien d’Amérique”, possède une influence quasi incontestée sur le Congrès. Résultat : le pouvoir législatif aux États-Unis s’emploie résolument à défendre Israël. Un débat ouvert sur la politique américaine à l’égard d’Israël n’y a pas droit de cité, alors même que cette politique a des effets sur le monde entier ».

Rédaction

Barack Obama faisant ostentation de son allégeance au lobby juif et à Israël

Liens liés a l'article.egaliteetreconciliation

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source