retour article original

lundi 5 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Yemen
Sayed 7asan, 6 juillet 2015

Yemen : Guerre sans merci

par Sayed 7asan


Un nuage de fumée provoquée par un raid aérien sur la ville de Houdieda s’élève d’une usine laitière

La guerre Saudo-américaine contre le Yémen, menée par une coalition des plus riches monarchies du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar, Emirats, Bahreïn, Koweït, etc.) contre le plus pauvre des pays arabes, entre dans son quatrième mois. Selon l’Organisation des Nations Unies, elle a fait plus de 3100 morts et 15000 blessés, 1 million de déplacés et 245000 réfugiés, et elle a créé une crise humanitaire sans précédent pour laquelle l’ONU a décrété le niveau d’alerte humanitaire maximal.


Yémen

Des frappes impitoyables et indiscriminées ciblent l’ensemble des infrastructures civiles, jusqu’aux quartiers résidentiels, marchés, greniers, réservoirs d’eau, hôpitaux, écoles, mosquées, et même les vestiges archéologiques et tombeaux –ce qui rappelle que l’idéologie destructrice de l’Etat Islamique prend bien ses racines en Arabie Saoudite–, sans épargner les convois de civils fuyant les violences, et un véritable état de siège est imposé au Yémen. Plus de 21 millions de personnes (soit 80 % de la population du Yémen) sont privées d’un accès suffisant aux denrées et services de première nécessité : nourriture, eau potable, soins médicaux, électricité et fuel. D’ores et déjà, il apparaît que l’Arabie Saoudite a utilisé des armes non conventionnelles (armes à sous-munition, voire armes chimiques) et s’est rendue coupable de crimes de guerre voire de crimes contre l’humanité.

Cependant, cette guerre reste largement ignorée des médias mainstream, tant en Occident que dans le monde arabo-musulman (à l’exception de l’Iran et des médias proches du Hezbollah au Liban). Les Etats-Unis parrainent cette intervention militaire illégale et criminelle à laquelle ils apportent un soutien total, mettant tous leurs moyens au service des monarchies du Golfe qui ont acquis les armements les plus modernes à hauteur de 100 milliards de dollars pour la seule année 2014 : elles peuvent ainsi déstabiliser la région sans envoyer leurs forces armées, conformément à la doctrine Obama. Il en va de même que les autres pays membres de l’OTAN -Royaume-Uni, France, etc.-, ce qui n’est guère étonnant de la part de soutiens et d’apologistes du terrorisme en Syrie.

Du côté de Riyad, Wikileaks vient de dévoiler le mode opératoire de la censure saoudienne sur l’ensemble du monde arabe, entre corruption et intimidation. Tous ces acteurs apportent un soutien direct à Al-Qaïda ainsi qu’à l’Etat Islamique, qui a fait son apparition sur la scène yéménite et se trouve maintenant à la frontière de l’Arabie Saoudite, son objectif de longue date. L’aveuglement saoudien ne semble pas connaître de limites.

Petites filles dans une manifestation contre les bombardements des forces coalisées à Sanaa

L’agression saoudienne visait non pas à repousser une prétendue avancée de l’Iran et/ou du chiisme, mais à briser les velléités d’indépendance de ce pays historiquement vassal de Riyad. Jusqu’à présent, cette guerre n’a réalisé aucun de ses objectifs annoncés. Au contraire, la résistance yéménite s’est emparée de la plupart des grandes villes du Yémen, et elle prend de plus en plus l’initiative en portant la guerre dans le territoire même de l’Arabie Saoudite, bombardant ses villes frontalières et attaquant ses bases et convois militaires, et faisant des dizaines de victimes parmi les forces saoudiennes –dont l’étendue des pertes est un secret militaire inviolable. Bien plus, cette agression a eu pour résultat d’unir le pays –forces armées régulières de l’ancien président Ali Abdullah Saleh, rebelles Houthis et autres comités populaires– derrière le slogan « Mort à la Maison des Saoud », un développement sans précédent au Moyen-Orient, toute en révélant à la fois la barbarie du régime wahhabite, sa vulnérabilité et son impuissance sur le terrain proprement militaire. Tenue en échec malgré l’avantage conféré par le flot continu d’armements occidentaux, Riyad voit déjà son influence décroître au Moyen-Orient.

Dans un message aux combattants daté du 1er juillet 2015 –qui évoque ceux de Hassan Nasrallah aux combattants du Hezbollah durant la guerre de 2006–, Abd-al-Malik al-Houthi, le chef de la résistance yéménite, a dénoncé la collusion de l’Axe Washington-Tel Aviv-Riyad, dénonçant la guerre et le siège imposés au Yémen comme plus barbares encore que les crimes israéliens à Gaza. Il rejoint sur ce point l’analyse du Secrétaire Général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a rappelé que même les sionistes n’avaient pas une politique de ciblage systématique des hôpitaux, des tombeaux et des vestiges archéologiques. Abd-al-Malik al-Houthi a brandi rien moins que le slogan de la guerre sainte contre le berceau de l’islam, assimilé à la « corne du diable », qui est, selon une fameuse tradition prophétique, une hérésie malfaisante appelée à surgir de la région du Najd –d’où a émergé le wahhabisme. Encore une fois, c’est là un développement sans précédent : jamais l’Arabie Saoudite, qui, depuis mars 2015, a rompu avec sa politique d’actions clandestines et agit maintenant à découvert, n’avait été si violemment ébranlée.

Un petit garçon assis dans les débris près de l’aéroport de Sanaa après un bombardement

Riyad est maintenant dans une impasse : sa campagne aérienne se solde par un échec cuisant, comme le laissaient prévoir les six offensives précédentes menées depuis 2004 par les forces du président Saleh (hier soutenu par l’Arabie Saoudite, et aujourd’hui allié des rebelles Houthis), de même que les expériences israéliennes au Liban et à Gaza, qui en constituent le parfait modèle. Quant à l’option d’une opération terrestre, toutes les données indiquent qu’elle serait absolument désastreuse et ne pourrait se terminer que par une déroute des forces saoudiennes. Mais pas question pour la Maison des Saoud, aveuglée au-delà de tout retour possible, d’accepter un cessez-le-feu qui constituerait une victoire pour le Yémen ; plutôt poursuivre cette guerre de terreur forcenée à tout prix, en torpillant toutes les tentatives d’accord ou de trêve, quitte à se précipiter vers l’abîme.

Les forces de la résistance yéménite, quant à elles, sont loin d’avoir épuisé toutes leurs possibilités, et multiplient les incursions à l’intérieur du territoire ennemi, dont elles pourraient même remettre en question l’intégrité territoriale en revendiquant des provinces yéménites anciennement annexées par l’Arabie Saoudite. Voire, en dernier recours, fermer le détroit stratégique de Bab al-Mandeb –ce dont elles sont tout à fait capables-, l’un des plus importants passages maritimes mondiaux, notamment pour les hydrocarbures, ce qui aurait des répercussions mondiales. Si, à l’exemple de la Syrie, de l’Irak et de la Libye, le Yémen est menacé de désintégration, l’Arabie Saoudite même est aujourd’hui en voie de déstabilisation voire de démantèlement.

La croisade saoudienne fera-t-elle entrer un nouveau pays dans l’Axe de la Résistance, le Yémen –au sujet duquel Hassan Nasrallah déclarait que l’éveil et l’esprit résistant de son peuple étaient tels qu’il pourrait envoyer sans hésiter 100000 ou 200000 hommes pour combattre Israël ? Quoi qu’il en soit, d’ores et déjà, le mouvement Ansarallah prend l’ampleur d’un nouveau Hezbollah, et la guerre saoudienne est vouée à l’échec. Elle annonce très certainement la chute inévitable de la Maison des Saoud -dont l’idéologie wahhabite et la politique extérieure constituent le cancer de l’islam et du monde arabe depuis des décennies-, et, à terme, la fin de la domination américano-israélienne au Moyen-Orient. Plus d’un peuple de la région pourra s’en réjouir.

Sayed 7asan

Un policier court dans un cratère creusé par des frappes aériennes non loin de Sanaa

Vidéo : Guerre Saudo-US au Yémen : Message de Abd-al-Malik al-Houthi aux Résistants (VOSTFR)

https://www.youtube.com/watch?v=FhIKHK2VsQY

Liens liés a l'article.Sayed 7asan

AUTEURS 

  • Sayed 7asan

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source