retour article original

samedi 10 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Interviews
rt.com, 16 juillet 2015

Interviews : Panagiotis Sotiris s’exprime à propos de la trahison du peuple grec par ses dirigeants


Des manifestants devant le parlement, à Athènes, le 15 juillet 2015

Panagiotis Sotiris, de l’université Egée, qui a assisté à la manifestation de cette nuit a confié à la chaîne RT que le peuple grec avait maintenant l’impression d’avoir été trahi.


Panagiotis Sotiris

Question :

- "Comme vous avez participé à cette manifestation Monsieur Sotiris, dites-nous à quel point les gens sont en colère ? Croyez-vous que les troubles vont se poursuivre ?"

Panagiotis Sotiris :

- "L’agitation va continuer dans les jours qui viennent, parce que le gouvernement grec a capitulé devant les exigences de nos créanciers européens et a obtenu un nouveau plan de renflouement contre de nouvelles mesures d’austérité, ce qui va accroître la récession et faire encore augmenter le taux de chômage.

Ainsi, dans un proche avenir, nous assisterons à beaucoup plus de protestations, et je ne parle pas de protestations d’anarchistes comme celle dont nous avons été témoins hier. Je parle d’une confrontation avec la société. D’une certaine façon le gouvernement grec a tourné le dos aux couches de la population qui l’ont soutenu, porté au pouvoir et qui ont massivement voté « non » lors du référendum. C’est le principal signal qu’on a vu hier : la rupture de Syriza avec son électorat, avec les composantes de la société qui avaient placé leurs espoirs dans Syriza."

Des policiers esquivent des cocktails Molotov, à Athènes, le 15 juillet 2015

-"Et quant à Alexis Tsipras, qui admet « désapprouver le projet d’accord sur de nombreux points », pourquoi est-ce qu’il ne croit pas en cet accord ?"

- "Il ne croit pas dans son propre accord parce qu’il très négatif, il contient beaucoup de mesures d’austérité, de réformes néo-libérales, il ne donne pas de place aux procédures démocratiques ou à la souveraineté populaire. C’est comme si le gouvernement n’était, en fait, pas en mesure de gouverner, puisque les décisions seront dictées par nos créanciers.

Si, de toute évidence, il ne souscrit pas à cet accord, le résultat, c’est qu’il l’a accepté ; et la raison pour laquelle il l’a acceptée, c’est qu’il n’avait pas d’alternative. Je crois que nous constatons les limites de la pensée du leader de Syriza. Il est évident que la seule autre alternative possible consistait à rompre avec l’Union européenne et à sortir de la zone euro."

-"Et pourquoi le gouvernement n’a pas pris en considération cette option ?"

- "Il n’était pas prêt à s’y préparer ou même à l’accepter comme une solution possible. Et si vous n’êtes pas prêt à la rupture, alors vous allez capituler. C’est la leçon que nous avons tiré de la Chypre et que Syriza n’a pas retenue."

Propos recueillis par rt.com

Un manifestant arrêté, à Athènes, le 15 juillet 2015

Liens liés a l'article.rt.com

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source