retour article original

jeudi 8 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe Suisse
Le Courrier, 18 juillet 2015

Suisse : Mobilisation des jeunes contre les stages non rémunérés

par Eric LECOULTRE


Vue du Palais des Nations, à Genève

L’article 23 de la Déclaration universelle des droits de l’homme stipule notamment que « quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante ». Or, l’Organisation des Nations Unies (ONU), censée promouvoir ces principes dans le monde, emploie bon nombre de stagiaires non rémunérés à Genève. Ces derniers se regroupent désormais au sein de l’association Pay your interns (payez vos stagiaires). Avec plusieurs associations étudiantes genevoises, dont la faîtière Conférence Universitaire des Associations d’EtudiantEs, et la Communauté genevoise d’action syndicale, ils organisent, samedi 18 juillet 2015 après-midi, un rassemblement à la place des Nations pour demander la fin de ces « emplois précaires » (1).


Suisse

Cette mobilisation se nomme « la journée des stagiaires » et succède à une première édition organisée en 2014 à Bruxelles. Une centaine de stagiaires s’étaient déjà réunis à Genève à l’occasion du cortège du 1er mai 2015. Dans « la ville la plus chère du monde », la pratique touche durement les jeunes diplômés. Selon un recensement datant de 2013, deux tiers des stagiaires de l’ONU ne sont pas payés. La plupart des organisations internationales installées au bout du lac Léman sont également concernées.

En plus de revendiquer des salaires décents, le mouvement insiste sur la formation, souvent négligée par les employeurs. « Ces conditions de travail sont incompatibles avec les valeurs prônées par l’ONU, telles que la diversité ou l’égalité des chances », estime Andrea, de l’Association des étudiants de l’Institut des hautes études internationales et du développement. Les jeunes ne bénéficiant pas d’un soutien familial ou d’une bourse se retrouvent très vite exclus de ces opportunités, rappelle-t-il. « L’ONU, qui place la promotion de la jeunesse au cœur de son discours, doit servir d’exemple ».

Pay your interns veut mettre cette situation en lumière et obtenir l’oreille attentive de l’ONU afin de négocier les conditions d’engagement. Le chemin s’annonce long : interrogée le 1er mai 2015 par 20 Minutes, l’organisation, soumise uniquement au droit international, a estimé offrir « une expérience inestimable » et « la possibilité à des étudiants diplômés d’améliorer leurs connaissances sur l’ONU ».

Mais les stagiaires de la grande machine onusienne ne sont pas les seules concernés. Ces dix dernières années, près de 13000 nouvelles places de stages ont été créées en Suisse : la nouvelle recette du dumping salarial, déplore la Conférence Universitaire des Associations d’EtudiantEs. « Les étudiants ne sont généralement pas conscients de leurs droits », souligne Quentin Stauffer, permanent à la Conférence Universitaire des Associations d’EtudiantEs. « A Genève, si un stage n’est pas reconnu par une institution publique, comme l’université, il est considéré comme un emploi et doit être rémunéré ».

Quentin Stauffer

Certaines branches subissent les conséquences de cette tendance. Matilde Legrand, de l’Association des étudiants en logopédie, explique que les nouveaux diplômés doivent désormais s’astreindre à deux années de stages en institution, payés 1820 francs à temps plein, avant de pouvoir ouvrir un cabinet. « Deux ans de précarité, alors que ces praticiens sont prêts à travailler ». Mais ce n’est pas tout : l’Office médico-pédagogique a récemment proposé de ne plus payer l’année de stage obligatoire comprise dans le master en logopédie.

« Avec ce mouvement, nous voulons réunir les étudiants et les informer sur leurs droits, déclare Quentin Stauffer. Nous allons également alerter l’université de Genève pour qu’elle porte une plus grande attention aux stages qu’elle promeut auprès de ses étudiants ».

Politiquement, cette problématique est au point mort. Un projet de loi socialiste, déposé le 28 janvier 2014 au Grand Conseil [parlement cantonal] genevois, vise à rendre la rémunération et la formation des stagiaires obligatoires. Il a récemment été traité par la commission de l’économie. L’ensemble de la droite l’a refusé.

Eric LECOULTRE

Le Grand Conseil genevois

Note :

(1) Le rassemblement débute à 17h00 devant le Palais des Nations (flashmobs et prises de paroles) et se poursuit jusqu’à 19h00 au parc Barton (pique-nique).

Liens liés a l'article.Le Courrier

AUTEURS 

  • Eric LECOULTRE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source