retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (1ère partie) : Du 14 décembre 2003 au 30 janvier (...)
AFP, 16 décembre 2003

Proche Orient : Israël pessimiste sur un accord avec les Palestiniens


Des responsables israéliens ont estimé mardi qu’un accord avec les Palestiniens avait peu de chances d’être conclu et qu’il fallait donc impérativement poursuivre la construction de la ligne de séparation controversée en Cisjordanie.


Des responsables israéliens ont estimé mardi qu’un accord avec les Palestiniens avait peu de chances d’être conclu et qu’il fallait donc impérativement poursuivre la construction de la ligne de séparation controversée en Cisjordanie.

"Je suis convaincu que l’actuel gouvernement palestinien d’Abou Alaa (Ahmad Qoreï) ne présage rien de bon", a déclaré le ministre de la Défense Shaoul Mofaz, lors d’un symposium à Herzliya, au nord de Tel-Aviv.

Il a appelé M. Qoreï à engager au plus vite des négociations avec Israël en vue d’appliquer la Feuille de route, le dernier plan de paix international.

Il a imputé au président palestinien Yasser Arafat la responsabilité de la poursuite des violences et réclamé sa mise à l’écart, tout en exigeant le démantèlement des groupes armés palestiniens, indiquant qu’Israël "n’était pas partie prenante d’une trêve entre Palestiniens".

M. Qoreï a indiqué à la télévision publique italienne être prêt à rencontrer son homologue israélien Ariel Sharon "la semaine prochaine, si les conditions sont réunies".

Le chef du service de sécurité intérieure (Shin Beth) Avi Dichter a mis en garde contre l’"illusion" du retour au calme, même si aucun attentat suicide palestinien n’a réussi en dix semaines.

Selon lui, "plus de vingt attaques suicide en voie d’être perpétrées en Israël ont été déjouées", depuis l’attentat du 4 octobre à Haïfa, qui avait fait 22 morts outre son auteur.

Faisant allusion à des attentats anti-palestiniens perpétrés ou préparés par des colons extrémistes, il a mis en garde également contre le risque que représentait le "terrorisme juif".

M. Dichter a lui aussi accusé M. Arafat de ne rien faire pour stopper les attentats des radicaux comme le Jihad islamique et le Hamas.

Il s’est en outre inquiété du nombre croissant d’Arabes israéliens et de Palestiniens de Jérusalem-est annexée impliqués dans des attentats anti-israéliens.

"En trois années d’Intifada, il y a eu 120 terroristes de Jérusalem-est dont 70% impliqués dans des meurtres" a-t-il ajouté.

Il a préconisé qu’Israël termine la ligne de séparation en construction en Cisjordanie qui, selon lui, a déjà permis de déjouer une série d’attentats.

Concernant le "terrorisme juif", M. Dichter a estimé qu’il pourrait devenir un véritable "danger stratégique" pour Israël.

Selon lui, les tentatives des extrémistes juifs visant l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem peuvent avoir des effets catastrophiques.

De son côté, le vice-Premier ministre israélien Ehud Olmert a estimé qu’Israël pourrait être amené à prendre des "mesures unilatérales" dans les territoires palestiniens, s’il s’avérait que la Feuille de route menait à une impasse.

Selon le quotidien Maariv, le Premier ministre Ariel Sharon envisagerait d’évacuer "l’ensemble des colonies juives de la bande de Gaza et des colonies isolées de Cisjordanie dans le cadre d’un redéploiement de l’armée israélienne sur une nouvelle ligne de sécurité".

Un chef colon, Zeev Hever, a lancé mardi une campagne contre le cabinet israélien qu’il accuse de "bafouer le drapeau du sionisme" en projetant de démanteler des colonies.

Selon une source médicale, dans le camp des réfugiés de Balata (nord de la Cisjordanie), six Palestiniens dont un garçon de 12 ans ont été blessés lors d’une opération de l’armée israélienne.

D’autre part, un haut responsable du mouvement islamiste palestinien Hamas a dit mardi, à l’issue d’une rencontre avec une délégation des services de renseignements égyptiens, que son groupe était prêt à cesser ses attaques contre les civils israéliens si l’Etat hébreu arrête ses opérations contre les Palestiniens.

"Nous avons affirmé que nous étions prêts à épargner les civils des deux côtés si l’ennemi sioniste cesse son agression contre les civils palestiniens, notamment les détentions, les meurtres, les démolitions, les destructions de terres agricoles et le blocus et toutes les formes d’agression contre le peuple palestinien", a dit Abdelaziz al-Rantissi aux journalistes.

"La balle est à présent dans le camp sioniste, si les sionistes poursuivent leurs abus et leurs agressions contre les civils palestiniens, ils devront s’attendre à ce que nous ne resterons pas les bras croisés", a insisté M. Rantissi.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source