retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (5ème partie) : Août 2004
SDA-ATS News Service, 21 août 2004

Crimes de guerre américains : Le Pentagone dément l’implication de médecins dans les tortures d’Abou Ghraïb


Le Pentagone, à Washington DC

WASHINGTON - Le Pentagone nie que des médecins militaires aient participé aux sévices infligés à des détenus à la prison d’Abou Ghraïb.

Une revue médicale a affirmé que certains médecins avaient falsifié des certificats de décès et dissimulé des preuves.

Scène de torture à la prison d’Abou Ghraib


"Le secrétariat à la défense est profondément outré par ces allégations et par toute cette charge menée contre les soins médicaux offerts par le personnel américain aux prisonniers et aux détenus", a déclaré un porte-parole de l’armée américaine, le lieutenant-colonel Joe Richard.

Donald Rumsfeld

Pour lui, l’article publié le même jour par la revue britannique "The Lancet" est inexact et basé "sur des comptes rendus de la presse choisis avec soin et des extraits de dépositions faites au Congrès, et non sur du travail d’enquête de première main ou des témoignages".

Des détenus irakiens aux pieds d’un tortionnaire américain, à la prison d’Abou Ghraib

M. Richard a par ailleurs rappelé que des enquêtes étaient en cours en Irak et en Afghanistan. Si des infractions aux Conventions de Genève ont été commises, les responsables devront en rendre compte, a-t-il assuré.

Un tortionnaire américain s’exhibe fièrement près du cadavre d’un détenu, à la prison d’Abou Ghraib

Robert Musil, porte-parole de "l’Association des Médecins pour la responsabilité sociale", a pour sa part estimé que, si ces allégations étaient avérées, les personnes impliquées devraient être "poursuivies devant une cour martiale".

Scène de torture à la prison d’Abou Ghraib

Selon "The Lancet", certains médecins ont caché des preuves de passages à tabac ou auraient falsifié des certificats de décès pour couvrir des meurtres. "Le système médical a participé à la mise au point et à l’application de méthodes d’interrogatoire psychologiquement et physiquement coercitives", ajoute la revue.

SDA-ATS News Service

Un détenu irakien montre de quelle manière il a été opéré par les médecins de l’armée américaine, à la prison d’Abou Ghraib, le 7 mai 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source