retour article original

jeudi 30 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives République démocratique du Congo (1ère partie) : Du 8 février 2004 au (...)
AFP, 21 août 2004

République démocratique du Congo : L’armée intégrée "n’existe que sur le papier"


Une piste forestière, près de Bukavu

L’armée réunifiée de la République démocratique du Congo (RDC) "n’existe que sur le papier", a déclaré, samedi 21 août 2004, à Goma, Bizima Karaha, membre du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), une ex-rébellion qui participe au gouvernement de transition en RDC.

République démocratique du Congo


M. Karaha est l’un des huit députés du RCD qui s’est replié à Goma, en juillet 2004, après avoir critiqué les institutions de la transition de la République démocratique du Congo, en place depuis juin 2003. Depuis il a été exclu de l’Assemblée nationale.

Bizima Karaha

"Officiellement, il existe en RDC 300000 hommes armés. On leur a donné le titre de FARDC (Forces armées de la RDC), mais sur le terrain les FARDC n’existent pas. Elles n’existent que sur le papier", a affirmé M. Karaha lors d’une interview à l’AFP. Pour lui, en dehors d’une unité intégrée de quelque 2800 hommes à Kisangani, il n’y a pas encore eu de "brassage", et les éléments censés composer les FARDC obéissent toujours aux composantes dont ils sont issus, à savoir les ex-rébellions et le gouvernement de Kinshasa qui était en place avant la transition.

Un soldat belge dirige l’instruction de soldats congolais, à Kisangani, en février 2004

"En termes numériques, l’unité de Kisangani représente 0.85 % de l’effectif total des forces armées", a poursuivi M. Karaha. "Comment, s’il a fallu un an pour intégrer 1 % des effectifs on peut procéder à l’intégration des 99 % restant en l’espace de onze mois", c’est-à-dire avant la tenue des élections générales prévues en juin 2005, s’est-il interrogé. L’existence d’une armée réellement intégrée est considérée comme un préalable à la tenue d’élections.

Scène de rue à Kisangani

M. Karaha était connu comme l’un des poids lourds du RCD alors que son mouvement était encore une rébellion, soutenue par le Rwanda. Le président du RCD, Azarias Zuberwa, par ailleurs l’un des vice-présidents de la RDC, a appelé cette semaine à "un arrêt de la transition" afin de "faire le point".

Azarias Ruberwa

La République démocratique du Congo a été ravagée par une guerre de 1998 à 2003 qui a impliqué une demi-douzaine de pays et provoqué, directement ou indirectement, la mort de 3 millions de personnes. Depuis, les différentes rébellions impliquées dans la guerre participent aux institutions de transition, mises en place en juin 2003, et qui doivent théoriquement être remplacées au terme d’élections prévues en 2005. Ces scrutins seraient les premières élections démocratiques en République démocratique du Congo depuis plus de quarante ans.

Agence France Presse

Des miliciens ont investi Bunia et y ont massacré la population, en 2003

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source