retour article original

mercredi 7 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Union européenne
sputniknews, 5 septembre 2015

Union européenne : L’action doit primer sur la dictature de l’émotion

par Philippe MIGAULT


Le cadavre d’Aylan Kurdi, rejeté sur une plage, près de Bodrum, en Turquie

La mort du petit Aylan Kurdi est une tragédie. Pourtant elle ne doit pas dicter dans l’urgence un infléchissement des politiques migratoires française et européenne. A défaut, c’est toute l’Union européenne qui risque d’être déstabilisée.


Des émigrants près de Gevgelija, en Macédoine, le 2 septembre 2015

L’attitude des quatre Etats membres du groupe de Visegrad (Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie), qui se réunissent aujourd’hui [vendredi 4 septembre 2015] pour manifester leur refus de se voir imposer par l’Union européenne la politique proposée par la France et l’Allemagne, l’accueil obligatoire d’un certain quota d’immigrants, accentue une première fracture au sein de l’Union européenne. Après les Britanniques et les Baltes, de plus en plus de pays signifient leur refus de se voir imposer des populations qu’ils ne peuvent, ni ne veulent, accueillir.

Critiqués par les médias européens qui ont diffusé en boucle, jusqu’à l’écœurement, la photo du garçonnet, les dirigeants de ces pays ne s’en montreront sans doute pas moins inflexibles. Tous sont conscients que l’afflux d’un tel nombre de réfugiés, issus d’une culture allogène, est de nature à accroître très sensiblement la montée en puissance des mouvements politiques identitaires en Europe. Alors que les dernières élections européennes se sont traduites par une percée de ces derniers, il serait contre-productif pour les partis de l’ensemble socio-démocrate/démocrate-chrétien actuellement aux affaires en Europe, d’apporter de nouveaux arguments aux « UEsceptiques ».

Des réfugiés syriens sur l’île de Lesbos, en Grèce, le 4 septembre 2015

Certes, on ne peut exclure qu’un calcul électoral à courte vue ne pousse a contrario au laxisme d’autres Etats. François Hollande sait qu’il n’est sans doute en mesure de gagner l’élection présidentielle française de 2017 qu’à condition de se retrouver au second tour face au Front National et à Marine Le Pen. Il a donc tout intérêt à favoriser la progression de cette dernière. Mais il portera alors la responsabilité d’une crispation dramatique de la société française.

14 % des Français vivent en dessous du seuil de pauvreté, plus de 22 % si on ajoute à cette statistique ceux qui seraient sous ce seuil s’ils ne bénéficiaient pas des différentes allocations de l’Etat. Avec plus de 3,5 millions de chômeurs, 5,7 si on inclue toutes les catégories, une explosion du travail précaire, la peur de perdre son travail est le sentiment le plus partagé des Français. Comment, dans ces conditions, leur expliquer que nous avons les moyens d’accueillir des milliers de personnes, improductives, dont la subsistance dépendra d’un Etat incapable de juguler la montée de la misère parmi ses propres citoyens ?

Certaines belles âmes expliquent que l’assisté d’aujourd’hui sera le cotisant de demain et que l’accueil des immigrants revient à investir sur le long terme. D’autres ajoutent, avec une belle inconscience et un cynisme assumé, que ces immigrants acceptant d’occuper des postes peu qualifiés, ils poussent les Français vers des métiers exigeant une formation accrue. Ils oublient simplement que l’éducation nationale ne sait pas, ou ne veut pas, préparer les jeunes Français aux métiers qui recrutent. Quant à leur argument, il se résume d’un point de vue moral à signifier que nous avons besoin d’hilotes, d’une main d’œuvre à bas coût pour des entreprises qui bâtissent leur marge sur le low-cost, rémunérant leurs salariés aux taux les plus bas. Belle conception du libéralisme ou du socialisme selon le côté de la barrière où l’on se trouve. Au nom de l’ouverture des frontières, du mythe du village planétaire, nourrissons un peu plus misère et inégalités. Pour le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) et les fonctionnaires quelle importance ? Seules les classes moyennes seront impactées… Avec les conséquences politiques induites à moyen terme. Il est vrai que les politiques et les chefs d’entreprise ont ceci de commun que la plupart d’entre eux ne réfléchissent plus qu’à l’horizon des trois ans au mieux, des six mois au pire.

Mais s’il y a de quoi désespérer, il y a aussi de quoi rire dans les arguments de ceux qui prônent la générosité, l’ouverture à double battants de nos portes. Le Liban, nous dit-on, a accueilli un nombre de réfugiés équivalent au quart de sa population, nous donnant l’exemple à suivre. Se rend-t-on compte que le Liban et la Syrie, des décennies durant, ont vécu en étroite symbiose ? Qu’il n’existe pas de barrière linguistique, religieuse entre deux peuples divisés suivant les mêmes lignes communautaires ? Que le Liban, Etat faible, voisin immédiat des zones de combat, n’est pas en mesure de repousser ces immigrants et n’a donc d’autre choix que de les accueillir ? Que le pays, justement, est animé par un vent de contestation notamment suscité par les conséquences de cet afflux massif de Syriens ? Que la dernière fois que le Liban a accueilli autant d’immigrants c’était les Palestiniens ? Que la présence de ceux-ci a déclenché la guerre civile en 1975 et que cinquante ans après leur arrivée ils sont toujours là, parqués dans des camps de misère, sans eau ou presque quelquefois ? Est-ce cela que nous voulons en Europe ?

Des émigrants marchent entre Budapest et la frontière autrichienne, en Hongrie, le 4 septembre 2015

Bien entendu un tel discours est de nature à susciter l’indignation des bien-pensants, à se voir étiqueté xénophobe et raciste. Il est tellement plus facile de clouer au pilori les porteurs d’alerte que de s’avouer ses faiblesses. Car ce sont nos faiblesses, celle des Européens, qui ont suscité la rupture des digues qui retenaient le flux migratoire.

Faiblesse par angélisme d’abord. « We are the world… » On connaît la chanson. Faiblesse par culpabilité colonialiste ensuite. Hors de question de mettre les Etats arabes et turcs devant leurs responsabilités. Pourtant pourquoi la Turquie n’est-elle pas mise en accusation dans le drame du petit Aylan ? Pourquoi personne ne souligne-t-il que celui-ci venait de Kobané, pilonné des jours durant par les fous de l’Etat islamique sous le regard impavide des équipages de chars turcs, attendant que les islamistes les débarrassent de ces Kurdes ? Pourquoi ne relève-t-on pas que ces mêmes Turcs, qu’il faut soi-disant accueillir eux aussi en Europe, ferment les yeux sur le trafic de pétrole qui finance l’Etat islamique à la frontière anatolienne, laissent passer les convois d’armes et les volontaires désirant rejoindre l’Etat islamique ? Si la Turquie ne jouait pas un double jeu, l’Etat islamique n’aurait pas la même capacité de nuisance. Il en va de même des monarchies pétrolières du Golfe. Quelques voix s’élèvent pour s’étonner que celles-ci, gavées de pétrodollars, limitrophes des combats, n’accueillent pas ces immigrants, de confession majoritairement musulmane, laissant aux Etats de culture chrétienne, situés à des milliers de kilomètres, le soin de le faire. Mais ce discours n’est guère relayé. Il ne faut surtout pas souligner que nul, au Moyen-Orient, ne rêve du paradis démocratique et de l’accueil généreux que proposent Riad, Doha ou Abu Dhabi… Faiblesse par idéologie aussi. Parce que nous sommes incapables de préférer le moindre mal, que nous considérons qu’il vaut mieux un affreux chaos qu’un chef d’Etat autoritaire, nous avons tout fait pour que la guerre se prolonge en Syrie, pour pousser Bachar el-Assad vers la sortie. Si nous avions choisi de combattre l’Etat islamique avec Bachar, quelle que soit l’opinion que l’on puisse avoir de ce dernier, au lieu de soutenir les islamistes par notre passivité, voire plus, Aylan serait-il mort ? Faiblesse tout court enfin. Parce que « l’Occident » refuse l’usage de la force nous n’avons rien fait pour détruire les navires des passeurs, comme nous l’avions un temps envisagé, lorsque ceux-ci sont vides de passagers. Aylan serait-il mort s’il n’avait pu prendre la mer faute d’embarcation ?

Nous pleurons cet enfant. Nous finirons par l’oublier. Combien d’autres enfants avons-nous vu mourir sur nos écrans avant de revenir à nos préoccupations matérialistes ? On ne compte plus. Mais en supposant que sa mort suscite notre réaction, elle ne doit pas nous pousser à subir une vague migratoire que nous ne pouvons supporter. Elle doit nous pousser à mettre fin, au Moyen-Orient et en Afrique mêmes, aux crises que nous avons déclenchées ou entretenues par nos faiblesses. A défaut, il serait hypocrite de s’émouvoir à chaque nouvelle image d’un enfant mort. Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.

Philippe MIGAULT

Des émigrants marchent entre Budapest et la frontière autrichienne, en Hongrie, le 4 septembre 2015

Liens liés a l'article.sputniknews

AUTEURS 

  • Philippe MIGAULT

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source