retour article original

mardi 15 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 24 août 2004

Soudan : L’ordre du jour de l’Union africaine adopté pour le Darfour


ABUJA (AFP) - Le gouvernement soudanais et les rébellions du Darfour ont adopté à l’unanimité l’ordre du jour des pourparlers de paix proposé par l’Union africaine (UA), a annoncé, mardi 24 août 2004, à Abuja, le président nigérian Olusegun Obasanjo.


Les discussions vont être interrompues brièvement avant de reprendre sur le premier sujet, qui est l’acheminement de l’aide humanitaire dans la province soudanaise en guerre, a déclaré M. Obasanjo, président en exercice de l’Union africaine. "Je crois que nous avons fait des progrès", a-t-il déclaré aux journalistes. "Ce matin, nous avons adopté à l’unanimité le projet d’ordre du jour avec des amendements mineurs", a-t-il indiqué, ajoutant qu’il était impossible de dire quand cette première session de pourparlers prendrait fin.

Les discussions étaient initialement prévues pour la seule journée de lundi 23 août. Les parties se sont de nouveau retrouvées, mardi 24 août, au siège de la Cedeao (Communauté écononomique des Etats d’Afrique de l’ouest) à Abuja, en présence du président Obasanjo ainsi que de responsables africains et des Nations Unies. Les délégués devaient définir un ordre du jour à partir d’un document remis, lundi 23 août 2004, par l’Union africaine, aux négociateurs, couvrant un vaste champ de sujets, humanitaire, sécuritaire, économique et politique.

La première journée avait révélé de profondes divergences entre Khartoum et les rebelles du Darfour sur le contenu des discussions, et n’avait pas permis de progresser sur la voie du déploiement dans la province soudanaise d’une force de paix de 2000 hommes, envisagée par l’Union africaine. Les parties belligérantes insistent sur l’importance d’un cessez-le-feu signé, en avril 2004, au Tchad, mais qu’elles s’accusent mutuellement de violer.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jack Straw, en visite, mardi 24 août 2004, au Darfour, a appelé à "un véritable effort du gouvernement soudanais pour assurer la sécurité et également pour permettre des progrès dans les discussions de paix". Il s’est rendu à Abou Chouk, le plus grand camp de déplacés de la région d’El Facher, capitale de l’Etat du Darfour nord.

Selon les Nations Unies, près de 1,6 million de personnes sont affectées par la crise, dont près de 1,4 million de déplacés ou de réfugiés. La guerre civile a fait entre 30000 et 50000 morts depuis son déclenchement en février 2003.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source