retour article original

dimanche 4 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Moldavie
sputniknews, 22 octobre 2015

Corruption : La Moldavie est rongée


Renato Oussaty

Renato Oussaty, leader de l’opposition, a quitté la Moldavie après l’ouverture d’une affaire pénale à son encontre, après qu’il a diffusé sur internet les enregistrements de conversations entre l’ex-premier ministre Vlad Filat et l’homme d’affaires Ilan Chor. L’opposant a promis de revenir d’ici la fin de la semaine, "préparé pour l’instruction" dont il fait l’objet.


Moldavie

La Moldavie est plongée actuellement dans une véritable "anarchie judiciaire". Plusieurs groupes d’opposition manifestent dans le centre de Chisinau, qu’ils soient pro-européens ou partisans d’une politique moldave indépendante, unis par le même mécontentement envers le gouvernement actuel "enlisé dans la corruption", selon les manifestants. Les révélations par Renato Oussaty des conversations entre Filat (actuellement en détention) et Chor s’inscrivent dans la même tendance. Ces deux derniers discutent, dans les enregistrements, de solutions pour "régler les problèmes" grâce à la ressource administrative.

L’escroc juif Ilan Chor

Les manifestations moldaves ont commencé le 6 septembre 2015, après l’annonce, en août, du transfert à l’étranger d’environ 1 milliard de dollars du trésor, soit près d’un huitième du budget moldave. Après cela, les révélations de corruption au sein du gouvernement se sont enchaînées. Ainsi, le procureur général moldave, Corneliu Gurin, a déclaré au parlement qu’avant les élections législatives de 2014 Vlad Filat avait reçu 250 millions de dollars d’un entrepreneur contre la promesse de lui accorder en retour le contrôle de plusieurs banques. L’argent déposé sur les comptes de ces banques a ensuite disparu.

Vlad Filat

La série de révélations de corruption au sein du gouvernement moldave a eu pour conséquence que la ligne pro-européenne de Chisinau affichée par les autorités s’est avérée défaillante, même du point de vue de l’Occident. Ainsi, début octobre 2015, les USA ont suspendu le financement de plusieurs projets d’infrastructure moldaves concernant l’agriculture et la réparation des routes pour plus de 100 millions de dollars. Comme l’a déclaré l’ambassadeur des USA en Moldavie, James Pettit, "le pays s’est noyé dans la corruption et n’a accompli aucun progrès pour éradiquer ce phénomène". Comme l’a promis le diplomate, le financement pourrait être rétabli si Chisinau prenaient les mesures appropriées.

James Pettit

Les événements en Moldavie n’ont ajouté de l’optimisme qu’à la Roumanie, qui y a vu une opportunité de renforcer son influence dans la république. Bucarest et Chisinau se sont entendus, début octobre 2015, sur un prêt de 150 millions dollars à la Moldavie. Comme l’affirmait alors le ministre roumain des Finances, Eugen Teodorovici, "un prêt à taux bas aidera le gouvernement moldave à pallier ses difficultés financières". Mais le premier ministre moldave, Valeri Strelets, a déjà déclaré qu’une "campagne avait débuté contre le gouvernement, qui avait entrepris des démarches pour éradiquer la corruption".

sputniknews

Valeri Strelets

Liens liés a l'article.sputniknews

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source