retour article original

mercredi 24 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AFP, 24 août 2004

Irak : Assaut imminent à Najaf, un reporter italien retenu en otage


BAGDAD (AFP) - Les forces américaines rejointes pour la première fois par les Gardes nationaux irakiens s’apprêtaient, mardi 24 août 2004, à donner l’assaut aux résistants de Moqtada Al-Sadr, toujours retranchés dans le mausolée d’Ali à Najaf, tandis qu’un groupe armé a revendiqué la prise d’otage d’un reporter italien.


Par ailleurs, deux membres du gouvernement, les ministres de l’Environnement et de l’Education, ont échappé à Bagdad à des attentats séparés qui ont tué cinq de leurs gardes du corps et blessé six passants, selon des sources médicales.

Douze Irakiens, dont trois enfants, ont été tués et 54 blessés, mardi 24 août 2004, lors d’affrontements entre des résistants chiites et les troupes britanniques dans la ville d’Amara, selon un bilan de sources médicales.

L’aviation américaine a procédé, mardi 24 août 2004 avant l’aube, à des "frappes chirurgicales" sur une position près de Falloujah, a annoncé l’armée américaine sans pouvoir dire s’il y avait eu des victimes parmi les résistants.

A Washington, un rapport commandé par le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld sur les tortures à Abou Ghraib, publié mardi 24 août 2004, estime qu’il "n’existe aucun élément montrant qu’une politique d’abus a été promue par de hauts responsables ou la hiérarchie militaire". Le rapport dirigé par James Schlesinger, ancien secrétaire à la Défense, affirme cependant que les tortures ayant eu lieu dans la prison entre octobre et décembre 2003 représentent à la fois "un comportement déviant et un échec de leadership militaire et de discipline". En outre, un soldat américain soupçonné d’avoir eu un rôle central dans les sévices perpétrés à Abou Ghraib a accepté de plaider coupable de certaines charges retenues contre lui, a annoncé son avocat à une audience sur la base américaine de Mannheim, en Allemagne.

Concernant la situation à Najaf, le ministre irakien de la Défense Hazem Chaalane a averti que "si (le chef chiite) Moqtada Al-Sadr se rend, il sera sain et sauf. S’il résiste, il n’a devant lui que la mort ou la prison". "D’importantes forces irakiennes vont s’approcher du mausolée en attendant le signal de l’assaut à moins que les éléments (de l’Armée du Mehdi) se rendent. Ils n’ont que quelques heures pour le faire", a-t-il ajouté devant des journalistes sur une base américaine à l’entrée de Najaf, la ville sainte chiite du centre de l’Irak.

Ces déclarations du ministre semblaient confirmer l’imminence d’un assaut des Gardes nationaux (auxiliaires de l’armée) qui se sont déployés pour la première fois à 400 mètres du mausolée de l’imam Ali.

Le gouverneur de Najaf, Adnane al-Zorfi, avait prévenu plus tôt que la Garde nationale "allait nettoyer la ville et le mausolée de la milice s’ils (les résistants) ne partent pas rapidement de leur propre chef". Cette offensive interviendrait alors que l’anniversaire d’Ali, gendre du Prophète révéré par les chiites, sera fêté lundi 30 août 2004.

Le Premier ministre irakien Iyad Allaoui exige le départ de l’Armée du Mehdi du mausolée, la remise des armes des résistants aux forces de sécurité irakiennes, et la transformation de l’Armée du Mehdi en parti politique, pour mettre fin aux combats qui durent depuis le 5 août 2004.

Après deux semaines de combats, le bureau de Moqtada Al-Sadr avait déclaré, vendredi 20 août 2004, que les résistants quitteraient le mausolée, mais les négociations buttent toujours sur la procédure de remise des clés de l’édifice au bureau du plus haut dignitaire chiite irakien, le grand ayatollah Ali Sistani.

Le chef de la diplomatie irakienne, Hoshyar Zebari, a par ailleurs rejeté un appel lancé, la semaine dernière, par l’Iran, pour la tenue urgente d’une réunion des voisins de l’Irak sur la situation à Najaf.

Un groupe islamiste se faisant appeler "Armée islamique en Irak" a affirmé, dans une vidéo diffusée par Al-Jazira, détenir un otage italien, et a accordé à Rome un délai de 48 heures pour retirer ses troupes d’Irak. Cet otage est le journaliste Enzo Baldoni, disparu il y a cinq jours sur la route de Najaf, comme deux journalistes français dont on est toujours sans nouvelles. Le gouvernement italien a aussitôt rejeté l’ultimatum, réaffirmant le maintien de sa présence "civile et militaire" en Irak.

Amman a confirmé de son côté qu’un homme d’affaires jordanien avait été enlevé par des hommes armés en Irak. En revanche, un Libanais qui y était retenu en otage depuis plus d’une semaine a été relâché, selon un document vidéo diffusé par une télévision libanaise, dans lequel ses ravisseurs annoncent sa libération.

A Bagdad, un soldat américain a été tué et deux ont été blessés, lundi 23 août, dans une attaque contre leur patrouille, a annoncé, mardi 24 août 2004, la Force multinationale.

Les prix du pétrole ont continué à se replier, mardi 24 août 2004, en raison du retour à la normale des exportations irakiennes. Mais selon les analystes, la tendance des cours reste à la hausse, le marché s’inquiétant notamment de la poursuite des combats à Najaf.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source