retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Soudan (1ère partie) : Du 9 février 2004 au 31 août 2004
AFP, 25 août 2004

Soudan : Le Conseil de sécurité de l’ONU exprime son soutien à l’Union africaine


Le Conseil de sécurité des Nations Unies a exprimé, mardi 24 août 2004, son ferme soutien à l’Union africaine (UA) pour son action en vue de résoudre la crise humanitaire au Darfour, et appelé le gouvernement soudanais et les autres parties à coopérer avec elle.


"Les membres du Conseil ont exprimé leur ferme soutien au rôle dirigeant joué par l’Union africaine pour résoudre la crise humanitaire dans la région du Darfour au Soudan", a dit le président du Conseil, l’ambassadeur de Russie à l’ONU Andreï Denissov, dans une déclaration à la presse.

Il a fait cette déclaration alors que le Conseil venait de se réunir pendant près de trois heures pour écouter un rapport d’étape sur la situation au Darfour, présenté par le sous-secrétaire général de l’ONU pour les affaires politiques, Tuliameni Kalomoh.

Le Conseil apprécie le travail accompli par Jan Pronk, l’envoyé spécial pour le Soudan du secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et attend son propre rapport dont la présentation est prévue pour le 2 septembre 2004, a poursuivi M. Denissov. En attendant, "les membres du Conseil appellent le gouvernement du Soudan et toutes les autres parties au conflit à travailler avec l’Union africaine et avec l’ONU dans la recherche d’une solution à la crise", a-t-il conclu.

Le Conseil avait donné 30 jours à Khartoum pour démontrer sa détermination à remplir certains engagements, notamment désarmer les milices qui terrorisent la population du Darfour et faciliter l’arrivée de l’aide humanitaire, sous peine de sanctions. Le délai de 30 jours expire théoriquement le 30 août 2004. De source diplomatique, on a indiqué que M. Kalomoh s’était contenté de rapporter tous les développements survenus récemment au Soudan et au Darfour, sans donner une appréciation qualitative de ces développements. De même source, on a précisé que ce soin sera laissé à M. Pronk.

Plusieurs membres du Conseil ont souligné que des progrès avaient été constatés au Darfour, notamment en termes d’accès de l’aide humanitaire aux camps de réfugiés, et que le gouvernement de Khartoum avait semblé faire preuve de bonne volonté, a-t-on indiqué.

Le gouvernement soudanais a signé avec M. Pronk un plan d’action en 12 points qui comporte notamment l’établissement de zones sécurisées destinées aux réfugiés et le retrait de ces zones de tout élément armé, qu’il s’agisse de l’armée régulière, des rebelles ou des milices arabes "djandjawid" qui sont accusées d’avoir commis des exactions contre la population locale. Mais selon les observateurs de l’ONU et les ONG sur le terrain, l’insécurité persiste dans la plus grande partie de la région, les djandjawids rôdent toujours autour des camps et les personnes déplacées sont terrorisées à l’idée de retourner dans leurs villages.

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source