retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse
poggia, 6 novembre 2015

Corruption swiss made

par Mauro POGGIA


Mauro Poggia

Je n’ai pas été élu pour faire des courbettes et des ronds de jambes. Je n’ai pas été élu pour cirer des bottes ou, mieux encore, pour enfiler des pantoufles. Je l’ai été, du moins j’ai la prétention de le penser, pour dénoncer les perversions de notre système et pour tenter de rétablir la justice et l’équité, aussi longtemps que je le pourrai. Alors souffrez, Mesdames et Messieurs les profiteurs, que je dénonce la corruption de vos esprits. Une corruption malheureusement encore bien légale, certes, mais insoutenable aux yeux de l’élémentaire décence.


Suisse

Avez-vous été élus pour porter le profit d’une minorité au-dessus de l’intérêt public ? Pourtant, en toute impunité, dans l’indifférence moite d’une opinion publique vascillant entre incrédulité et résignation, certains parlementaires ne sont impunément que les mercenaires d’intérêts privés. Et cela en toute transparence, dans l’indifférence des médias.

Chez nous tout n’est que charme et volupté. La culture du compromis a sombré dans la compromission. Dans le domaine de l’assurance maladie sociale, qui n’a d’ailleurs plus de social que le nom, tout se fait au grand jour désormais. Avec le sourire s’il vous plait ! Pourquoi se cacher quand la victoire est si proche ?

L’hémicycle du conseil national, à Berne

Alors que la Fédération des médecins suisses (FMH) en est encore à défendre un concept révolu de médecine libérale avec une naïveté déconcertante, le Conseil des Etat [chambre des cantons au parlement fédéral], après le Conseil national [chambre du peuple au parlement fédéral], s’apprête à donner suite à une motion du conseiller national [parlementaire fédéral] UDC zürichois Jurg Stahl, demandant... la suppression de l’obligation de contracter

http://www.parlament.ch/f/suche/pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20133265

Jurg Stahl

En d’autres termes, si les coûts de la médecine ambulatoire augmentent au motif qu’il y a trop de médecins spécialistes, les assureurs feront le tri. Ils choisiront les médecins qu’ils entendent rembourser. Simple et efficace.

Que l’on se rassure, il n’y aura aucune limitation du libre choix de son médecin, bien sûr. Juste un petit détail : si le médecin choisi n’est pas sur la liste de votre assureur, il vous faudra le payer de votre poche !

Ainsi, avant de prendre rendez-vous avec un médecin, vous serez bien inspiré de veiller à ce que votre assureur l’ait bien fait figurer sur sa liste.

Quant aux médecins qui ne seront sur aucune liste, ils pourront mourir économiquement avec la satisfaction béate d’exercer librement leur profession... Quoi de plus beau que de mourir libre !

Et la FMH, une fois de plus (une fois de trop) à côté de la plaque, à moins qu’elle ne soit complice, regarde le train passer.

Personne ne s’émeut du fait que le conseiller national Stahl ait son adresse postale au Groupe Mutuel

http://www.parlament.ch/f/suche/pages/biografie.aspx?biografie_id=514

ni que 7 des 13 membres de la Commission de la santé du Conseil des Etats soient liés à des assureurs :

Ivo Bischofberger, AI, membre du Groupe de réflexion santé du Groupe Mutuel

Ivo Bischofberger

Roland Eberle, TG, membre du Groupe de réflexion santé du Groupe Mutuel

Roland Eberle

Konrad Graber, LU, membre de la CSS

Konrad Graber

Felix Gutzwiller, ZH, membre de Sanitas et de Axa

Felix Gutzwiller

Karin Keller-Sutter, SG, membre de Bâloise Holding

Karin Keller-Sutter

Alex Kuprecht, SZ, membre de Forum Santé Suisse

Alex Kuprecht

Urs Schwaller, FR, membre du Groupe Mutuel

Urs Schwaller

Quant aux nouveaux élus, nous verrons bientôt, mais ne nous faisons aucune illusion.

Et voici, cerise sur le gâteau, que l’on vient nous proposer un candidat UDC au Conseil fédéral [exécutif de la confédération] qui n’est autre que Heinz Brand, conseiller national des Grisons, président du conseil d’administration de ... santésuisse.

Heinz Brand

Ainsi la formule magique, nouvelle version, permettra "magiquement", par un tour de passe-passe de plus, à nos chers (très chers) assureurs de continuer impunément à danser sur notre ventre. Si vous avez des coliques, demandez à votre assureur quel médecin il vous autorise à consulter !

La vergogne est un sentiment désormais d’un temps révolu, et on se permet au Parlement fédéral ce que l’on s’interdirait au sein du plus modeste conseil d’administration. Nous savons que dans toute pomme il peut y avoir un ver ; mais lorsqu’il est certain qu’il y a plus de vers que de pépins, l’avenir du pommier est en jeu.

Mauro POGGIA

Liens liés a l'article.poggia

AUTEURS 

  • Mauro POGGIA

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source