retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Amérique du Nord Canada
La Presse, 20 novembre 2015

Canada : Les liaisons dangereuses entre criminalistes et criminels

par Philippe TEISCEIRA-LESSARD


Il n’est pas aisé pour les procureurs de la Couronne de déposer des accusations contre des confrères qu’ils croient coupables d’infractions criminelles : la justice protège très strictement la confidentialité des échanges entre un avocat et ses clients. Leonardo Rizzuto et Loris Cavaliere ne sont toutefois pas les premiers à passer eux-mêmes dans le box des accusés.


Canada

Benoit Cliche, criminaliste de Montréal, a été accusé d’avoir servi de facilitateur et de messager dans l’organisation criminelle de Steven Bertrand, chef d’un réseau de trafiquants de drogue. Ce caïd était à la fois le client et l’ami personnel de l’avocat. Le premier procès s’est terminé sur un désaccord du jury, en 2007, alors que le deuxième et le troisième ont été annulés avant même leur ouverture. Me Cliche est donc un homme libre : il a d’ailleurs représenté hier certains accusés arrêtés dans la rafle policière.

Benoit Cliche

Louis Pasquin a été condamné à une peine de 54 mois en 2009 pour des accusations de gangstérisme et de trafic de drogue liées à son implication dans un groupe criminel. Le juge Carol St-Cyr a déploré que l’avocat se soit servi de son statut pour faciliter l’atteinte d’objectifs illégaux : l’écoute électronique que les policiers avaient réussi à déclencher sur la ligne de Pasquin prouvait qu’il avait joué un rôle d’intermédiaire dans le réseau. Me Pasquin a perdu sa cause pour de bon devant la Cour d’appel, la Cour suprême ayant refusé de l’entendre.

Louis Pasquin

Habitué de défendre des membres des Hells Angels, le criminaliste de Trois-Rivières Roger Bellemare s’est trouvé de l’autre côté des barreaux en 2010, après avoir été trouvé coupable de trafic de cocaïne. Selon la preuve, il avait offert d’acheter une cinquantaine de kilos de cocaïne à un contact, mais n’en a finalement acheté qu’un. Il avait écopé de 40 mois de pénitenciers pour ses gestes. Il avait été piégé par son propre frère, qui collaborait avec les autorités.

Philippe TEISCEIRA-LESSARD

Roger Bellemare

Liens liés a l'article.La Presse

AUTEURS 

  • Philippe TEISCEIRA-LESSARD

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source