retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (9ème partie) : Août 2004
AP, AFP, 25 août 2004

Irak : Des inconnus tirent sur des manifestants chiites à Koufa


KOUFA, Irak (AP) - Des inconnus armés ont ouvert le feu, mardi 24 août 2004, sur des manifestants chiites qui défilaient à Koufa, au nord-est de Nadjaf, en soutien à l’imam Moqtada al-Sadr. L’incident a fait au moins deux morts et cinq blessés, selon des témoins et des responsables hospitaliers.


Des reporters d’Associated Press Television News (APTN) ont assisté à la fusillade sans parvenir à identifier l’origine des tirs qui ont duré plusieurs minutes. Des témoins ont affirmé que ces tirs semblaient provenir d’un poste de la Garde nationale situé sur le trajet de la manifestation. Selon Mohammed Abdul Kadhim, employé à l’hôpital Fourat al-Aoussat de Koufa, deux manifestants ont été tués et cinq autres blessés.

La foule visée par les tirs scandait des slogans favorables à Moqtada al-Sadr et brandissait des portrait de l’imam et du grand ayatollah Ali Hussein al-Sistani, plus haut dignitaire chiite d’Irak.

Le grand ayatollah Sistani veut marcher sur Najaf

NAJAF, Irak (AP) - Le grand ayatollah Sistani rentre en Irak, décidé à intervenir à Najaf. L’influent chef du clergé chiite irakien est revenu de Grande-Bretagne, mercredi 25 août 2004, pour prendre la tête d’une marche nationale sur la ville sainte, secouée depuis près de trois semaines par de combats entre les troupes américano-irakiennes et les fidèles de Moqtada al-Sadr.

En l’honneur du retour du grand ayatollah Ali Husseini al-Sistani, des fidèles de Moqtada al-Sadr ont annoncé leur intention d’observer une brève trêve dans chaque région traversée par le religieux sur le chemin de Najaf, selon l’un des conseillers du jeune chef chiite, Aws al-Khafaji.

L’ayatollah Sistani est entré, mercredi 25 août, en Irak, depuis le Koweït, à bord d’un convoi escorté par la police et la garde nationale irakiennes. Il s’est arrêté à Bassorah où il a rencontré le gouverneur de la ville Hassan al-Rachid. Ce dernier a rapporté à la presse que le religieux allait conduire, jeudi 26 août 2004, une marche sur Najaf, qui abrite le tombeau de l’Imam Ali, l’un des sites les plus sacrés de l’islam chiite. "La foule se massera à la périphérie de Najaf et ils n’entreront dans la ville que lorsque tous les hommes armés, excepté les policiers irakiens, se seront retirés", a-t-il dit.

L’appel du religieux, qui exerce une influence considérable sur les chiites irakiens, a résonné, mercredi 25 août 2004, dans les mosquées chiites dans tout l’Irak. De son côté, Abdel Hadi-al-Daraji, un porte-parole de Moqtada al-Sadr à Bagdad a répondu en appelant lui aussi tous les musulmans pour gagner Najaf et "protéger le sanctuaire".

Des tirs nourris résonnaient encore, mercredi 25 août, dans la Vieille ville de Najaf, où l’armée du Mahdi, les résistants de Moqtada al-Sadr, semble donner, depuis mardi 24 août 2004, des signes d’affaiblissements.

"L’armée du Mahdi est finie. Ses heures sont comptées", assurait le général Ghalib al-Jazaari, le chef de la police de Najaf, qui a bouclé le secteur de la vieille ville, interdisant aux voitures de passer. Selon le général al-Jazaari, la police a arrêté plusieurs conseillers de Moqtada al-Sadr en possession d’objets de valeurs provenant du tombeau de l’Imam Ali. Cheikh Ali Smeissim, l’un des principaux lieutenants de Moqtada al-Sadr, figure parmi les personnes interpellées, selon des sources policières.

D’après des témoins, plusieurs centaines de résistants auraient été vus quittant Najaf ces derniers jours.

La police irakienne dit que Moqtada al-Sadr a fui Najaf, ce que démentent ses conseillers. Le chef chiite n’est pas apparu en public depuis plusieurs jours.

D’autres affrontements ont eu lieu ailleurs dans le pays, notamment dans le Sud à Amarah, opposant soldats britanniques et résistants de Moqtada al-Sadr (12 morts), ainsi qu’à Koufa.

Dans le triangle sunnite, l’aviation américaine a bombardé la ville de Falloujah, à l’ouest de Bagdad, pendant plus de deux heures, faisant au moins quatre morts.

Les médias turcs rapportaient pour leur part que deux ressortissants turcs avaient été enlevés sur un chantier en Irak. Leur ravisseurs menaceraient de les exécuter si leur compagnie ne se retire pas du pays dans les trois jours.

Associated Press

Les miliciens chiites ont perdu du terrain à Najaf

Un porte-parole du chef Moqtada Al-Sadr, Ahmed Chaïbani, a reconnu, mercredi 25 août 2004, que la zone contrôlée par les résistants chiites dans la vieille ville de Najaf s’était "considérablement rétrécie". "Ce n’est plus comme avant. La zone que nous contrôlons s’est considérablement rétrécie. Ils (les Américains) essaient de maintenir leur contrôle sur Najaf parce qu’ils ont échoué ailleurs en Irak", a déclaré à l’AFP M. Chaïbani depuis le mausolée de l’imam Ali, quartier général des miliciens.

Les chars américains se trouvaient, mercredi 25 août 2004, à seulement 20 mètres de la partie occidentale du mausolée et prenaient en tenaille les miliciens.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source