retour article original

jeudi 8 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe
AFP, 22 décembre 2015

Europe : Un million de migrants arrivés en 2015

Suivi d’un commentaire


Des réfugiés syriens parvenus en Macédoine, le 14 mai 2015

Un million de migrants sont arrivés depuis janvier en Europe, en empruntant pour la plupart les voies maritimes périlleuses de la Méditerranée, le flux migratoire le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale, ont annoncé, mardi 22 décembre 2015, l’Organisation internationale pour les migrants et l’ONU.


Un réfugié syrien embrasse sa fille près d’Idomeni, en Grèce, le 10 septembre 2015

« Au 21 décembre, quelque 972000 avaient traversé la mer Méditerranée, d’après les chiffres du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés. En plus, l’Organisation internationale pour les migrants estime que plus de 34000 s’étaient rendus en Bulgarie et en Grèce après avoir traversé la Turquie », ont indiqué l’Organisation internationale pour les migrants et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés dans un communiqué conjoint. « Le total représente le flux migratoire le plus élevé depuis la Seconde guerre mondiale » en Europe, a expliqué l’Organisation internationale pour les migrants dans une autre note envoyée aux médias. En 2014, plus de 219000 réfugiés et migrants avaient franchi la Méditerranée. Au total, 3692 personnes sont mortes ou portées disparues cette année en mer, selon l’Organisation internationale pour les migrants.

Des réfugiés syriens atteignent le rivage de l’île de Lesbos, en Grèce, le 23 septembre 2015

Parmi les migrants qui ont traversé la Méditerranée cette année, « une personne sur deux cette année -un demi-million de personnes- étaient des Syriens fuyant la guerre dans leur pays », selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrants. Les Afghans ont représenté 20 % des arrivées et les Irakiens 7 %.

« Alors que les sentiments anti-étrangers augmentent dans certains endroits, il est important de reconnaître les contributions positives des réfugiés et migrants aux sociétés dans lesquelles ils vivent », a affirmé le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres, cité dans le communiqué. Il a appelé à défendre les « valeurs européennes fondamentales » comme la promotion des droits de l’homme, de la tolérance et de la diversité. « Nous savons que les migrations sont inévitables, nécessaires et souhaitables », a relevé pour sa part le directeur général de l’Organisation internationale pour les migrants, William Lacy Swing.

Des réfugiés syriens atteignent le rivage de l’île de Lesbos, en Grèce, le 24 septembre 2015

La très grande majorité des réfugiés et migrants -plus de 821000- est passée par la Grèce. Quelque 810000 d’entre eux sont arrivés par la mer. Rien qu’en décembre, l’Organisation internationale pour les migrants estime que quelque 67700 ont débarqué sur les côtes grecques.

Au total, environ 150000 sont arrivés depuis janvier en Italie, près de 30000 en Bulgarie, plus de 3800 en Espagne, 269 à Chypre et 106 à Malte, selon l’organisation basée à Genève.

Agence France Presse

Vue du bidonville appelé "nouvelle jungle", près de Calais, en France, le 8 octobre 2015

Commentaire

On se demande sur quel raisonnement se fonde l’allégation selon laquelle les « migrations sont inévitables, nécessaires et souhaitables ». En effet, dans la plupart des cas, les émigrants auraient préféré rester chez eux. Ils ont décidé d’émigrer pour fuir la misère ou la guerre.

Par ailleurs, il est absurde d’accueillir par centaines de milliers, voire par millions, des émigrants auxquels on n’a à offrir ni emplois, ni logements décents, et qui se retrouvent exploités à outrance par des employeurs sans scrupules, voire réduits en esclavage par des organisations criminelles, ou clochardisés dans des bidonvilles comme la fameuse jungle de Calais, en France.

En réalité, ce qui serait nécessaire et souhaitable c’est que les Occidentaux -le plus souvent à l’instigation du lobby juif- cessent de fomenter des guerres sur l’ensemble de la planète et que le libre échange soit aboli, en sorte que l’économie locale des pays pauvres -à commencer par l’agriculture- ne soit pas ruinée par la concurrence déloyale des multinationales et des géants de l’agroalimentaire. Lorsque les émigrants seront en mesure de vivre décemment chez eux, ils n’éprouveront plus la nécessité de risquer leur vie ou d’aller se faire clochardiser en Europe.

Frank BRUNNER

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source