retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée Equatoriale
AFP, 26 août 2004

Guinée équatoriale : Audition du premier Equato-guinéen au procès de Malabo


Paysage près de Mbini

Le procès des auteurs présumés d’une tentative de coup d’Etat en Guinée équatoriale a été suspendu, jeudi 26 août en fin de journée, à Malabo, à l’issue du témoignage complexe d’un premier accusé équato-guinéen, et devait reprendre, vendredi 27 août 2004 au matin.

Guinée équatoriale


Entendu tout au long de l’après-midi, Agustin Massoko était le vice-président de Triple Option, la société dont Nick du Toit, le Sud-Africain accusé d’être le chef d’un groupe de 14 mercenaires présumés, était propriétaire en Guinée équatoriale. "Je suis probablement ici parce que j’étais vice-président de Triple Option", a-t-il expliqué au tribunal, avant de tenter de démontrer son innocence au cours d’une déposition particulièrement compliquée de près de quatre heures.

Vue de Mbini

M. Massoko était actionnaire minoritaire de Triple Option, à l’instar d’un autre accusé équato-guinéen, l’ancien vice-ministre de la Planification et du Développement économique Antonio Javier Nguema Nchama, également président de Triple Option. Parmi les autres actionnaires de la société, outre Nick du Toit, actionnaire majoritaire avec des associés sud-africains, figurait également Armengol Ondo Nguema, délégué national à la sécurité et propre frère du chef de l’Etat Teodoro Obiang Nguema, a-t-il rappelé à la Cour.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

M. Massoko a notamment expliqué au tribunal avoir constaté des "anomalies" lors d’un voyage avec Nick du Toit en Afrique du Sud, au cours duquel ils avaient rencontré des entreprises intéressées par des marchés de sécurité en Guinée équatoriale. Il a dit avoir été troublé par le fait que les contacts que lui présentaient du Toit étaient tous d’anciens militaires et que de la documentation "parlait mal" de la Guinée équatoriale et de son président et évoquait le gouvernement en exil de l’opposant Severo Moto, cerveau de la tentative de putsch, selon l’accusation. Il a également noté que de employés sud-africains de Triple Option, qui comparaissent également dans cette affaire, lui mentaient. "J’ai fait un rapport dès mon retour au pays que j’ai remis à un conseiller pour qu’il soit transmis à Armengol Ondo Nguema", a-t-il déclaré, ajoutant avoir été interrogé à ce sujet par les services de sécurité intérieure avant l’arrestation des mercenaires présumés. Il a également raconté avoir ramené d’un autre voyage en Afrique du Sud, après leur arrestation, des documents sur la tentative, qu’il a remis aux enquêteurs équato-guinéens.

Severo Moto

Il a aussi indiqué avoir servi d’interprète lors des interrogatoires des mercenaires présumés, avant d’être finalement arrêté lui aussi. "On m’a dit d’impliquer des personnes dans cette tentative", a-t-il déclaré avant de citer les noms de deux ministres et d’être interrompu par le président, qui lui a intimé de ne pas répondre à son avocat qui le relançait.

Agence France Presse

Scène de rue à Mongomo

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source