retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burkina Faso
AFP, 12 avril 2012

Le Burkina Faso, désabusé, largue le coton transgénique

par Romaric Ollo HIEN


La récolte du coton

Seul pays d’Afrique de l’Ouest à s’être lancé dans l’agriculture biotechnologique au début des années 2000, le Burkina Faso a fait un virage à 180 degrés en annonçant renoncer au coton transgénique à cause de sa piètre qualité et des fausses promesses de rendement.


Burkina Faso

Quelque 4 millions des 19 millions de Burkinabè vivent directement ou indirectement de l’« or blanc », principal produit d’exportation et première source de devises du pays depuis la colonisation avant d’être détrôné par l’or en 2009.

Considéré comme un laboratoire pour le continent, le Burkina a jeté l’éponge, la semaine dernière -au moins provisoirement-, en assurant que le coton génétiquement modifié (CGM) n’était pas rentable. « La fibre de coton que nous produisons aujourd’hui est devenue courte », et donc plus difficile à filer, « ce qui signifie que sur le marché c’est une activité qui n’est plus très intéressante pour nous », a expliqué à l’AFP le président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré. Autrefois très apprécié sur le marché mondial pour sa pureté et la longueur de sa fibre, le coton burkinabè a décliné. Cela a fait perdre son label au coton burkinabè, occasionnant des pertes évaluées à 48,3 milliards de FCFA (110 millions de dollars canadiens) pour la période 2011-2016. « Le gouvernement a pris des dispositions pour stabiliser la filière » et injecté de l’argent pour aider les producteurs, a ajouté le président.

Roch Marc Christian Kaboré

L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a décidé d’aller « vers le 100 % conventionnel », a confirmé, le 5 avril 2016, Wilfried Yaméogo, directeur de la principale société cotonnière du pays, la Sofitex.

Wilfried Yaméogo

« C’est une bataille de gagnée », s’est félicité Christian Legay, du Conseil national de l’agroalimentaire biologique qui regroupe des associations de consommateurs et d’agriculteurs et milite pour un moratoire de 5-10 ans sur les OGM au Burkina.

Il y a quinze 15 ans, le coton CGM avait généré d’immenses espoirs. On parlait alors de résistance à la sécheresse dans ce pays sahélien et d’éradication des parasites, notamment des chenilles « hélicoverpa armigera » qui ont ruiné des milliers de paysans en 1991, 1996 et 2000. On promettait aussi une réduction du nombre de traitements phytosanitaire (pesticides) et de meilleurs rendements, avec une augmentation de 50 % à 90 % de la production.

Helicoverpa armigera

En 2003, le Burkina avait accordé des autorisations d’expérimentation à Monsanto et à la multinationale suisse Syngenta. En 2007, le pays a lancé la production à grande échelle du coton transgénique et, à partir de 2009, les autorités ont ordonné aux paysans d’en ensemencer jusqu’à 80 % de leur production, permettant une réduction du temps et de la pénibilité au travail. « Avec le coton CGM on a deux traitements, avec le conventionnel on en a six. Les traitements, ça fatigue », témoigne Célestin Dala, cotonculteur dans le Nayala. Toutefois, Célestin Dala, comme les sociétés cotonnières, souligne qu’il n’y a pas eu d’augmentation des rendements.

Des chercheurs, leaders politiques ou de la société civile s’étaient montrés critiques dès le lancement. « Le principe de précaution n’a pas été respecté », affirme Jean-Didier Zongo, généticien à l’Université de Ouagadougou, accusant Monsanto de pratiques « criminelles » et d’avoir fourni des variétés insuffisamment testées.

Jean-Didier Zongo

Le président burkinabè a toutefois confié à l’AFP que le pays « poursuivait les discussions avec Monsanto ». Certains espèrent des dédommagements du géant américain qui parie sur une nouvelle variété de coton biotechnologique pour la campagne 2020-2021. « Ce que nous réclamons à Monsanto, c’est la correction technique de sa variété, de manière à ce que nous puissions aller sur le marché avec de la fibre conforme aux exigences », affirme M. Yaméogo.

Georges Yaméogo, conseiller technique à la Sofitex, assure qu’« il n’y a pas de rupture » avec Monsanto. « Si dans 3, 4 ou 5 ans, ils trouvent une solution, il n’y a pas de raison qu’on ne reparte pas vers les OGM. C’est un recul tactique, pas un rejet total des OGM ».

Pour Christian Legay, « les inquiétudes, ce sont les expérimentations en cours sur les céréales, notamment le maïs, le sorgho et le nimbé, avec Monsanto ». Mais, souligne-t-il, la renonciation du Burkina au CGM est un « bon avertissement pour les autres pays d’Afrique qui étaient tentés ou incités par le gouvernement américain et courtisés par les firmes d’agrobusiness ».

Romaric Ollo HIEN

AUTEURS 

  • Romaric Ollo HIEN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source