retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Le lobby juif
Bocage, 24 avril 2016

Le lobby juif : Ernst Zündel, un homme réduit au silence

Vidéo


Nous avons cité plusieurs fois le nom de "Didi18". Didi18 est une véritable fée, une fée révisionniste qui n’a pas son pareil pour traduire et sous-titrer les vidéos : elle est le "Lucky Luke" de la traduction. Depuis qu’elle a découvert le révisionnisme, elle traduit, traduit, traduit... en français toutes les vidéos anglaises ou américaines et y installe ses sous-titres, pour le plus grand bonheur de nos correspondants.


Canada

Didi18 a découvert récemment une précieuse vidéo : celle qu’avait réalisée le révisionniste germano-canadien Ernst Zündel en 1985 à l’issue de la première partie du "Great Holocaust Trial" -Le "Grand Procès de l’Holocauste"- au Canada. (Le second procès aura lieu en 1988, avec le célèbre Rapport Leuchter : Zündel sera condamné cette année-là mais relaxé en 1992 par la Cour suprême. Ses adversaires n’eurent de cesse de le persécuter et il finit par purger 7 années de détention dans 6 prisons, dans 3 pays et sur 2 continents ; libéré en 2010, il attend en Allemagne depuis 6 ans l’autorisation de retourner vivre auprès de sa femme Ingrid...). Voici cette vidéo de 1985 sous-titrée par Didi18.

Ernst Zündel

Vidéo : Ernst Zündel - Un homme réduit au silence

https://youtu.be/oom8cnBon1c

La vidéo est impressionnante. Le Pr Faurisson, qui a vécu ce procès de près, vient de la visionner à nouveau et de la diffuser à ses correspondants le 23 avril 2016 avec ce commentaire :

Sachez que vous avez là un simple aperçu de la violence qu’il nous a fallu affronter à Toronto pendant de longues années à l’occasion, en particulier, des procès intentés à l’héroïque Ernst Zündel en 1984, 1985, 1988 et plus tard encore. Pour finir la maison d’Ernst Zündel a été totalement ravagée par un incendie criminel. Et le sort de notre ami a finalement été si terrible que je préfère ne plus l’évoquer.

On comprend que tant de personnes s’abstiennent de rallier les rangs des révisionnistes dans la crainte de susciter la colère de certaines organisations ou ligues juives, au Canada, en France ou en bien d’autres pays, à commencer par Israël où le prestigieux historien Ben Zion Dinur, président-fondateur de Yad Vashem à Jérusalem en 1952, s’est vu contraint de donner sa démission quelques années plus tard parce qu’il préconisait la prudence devant les "témoignages" de l’extermination des juifs. Bien à vous.

Robert FAURISSON

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source