retour article original

jeudi 8 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Proche Orient
info-palestine, 6 mai 2016

Proche Orient : Imad Barghouthi à nouveau kidnappé par les forces d’occupation


Un Palestinien arrêté par l’occupant juif au carrefour de Beit Einoun, en Cisjordanie, le 4 avril 2016

L’astrophysicien palestinien Imad Barghouthi a été arrêté à nouveau par les forces d’occupation israéliennes à Nabi Saleh checkpoint au nord-ouest de Ramallah, le 24 Avril 2016.


Cisjordanie

Barghouthi, âgé de 53 ans, est professeur de physique théorique sur les plasmas dans l’espace, à l’Université Al-Quds. Ancien employé de la NASA aux États-Unis, son travail scientifique est reconnu internationalement. Il avait précédemment été arrêté, le 6 décembre 2014, alors qu’il se rendait à une conférence scientifique dans les Émirats Arabes Unis, et condamné à la détention administrative sans inculpation ni jugement. Il avait été libéré le 22 Janvier 2015, suite à un tollé international dans la communauté scientifique, avec les protestations émises par l’AURDIP (Association des Universitaires pour Respect du Droit International en Palestine), le BRICUP (Comité britannique pour les universités de Palestine), le Committee of Concerned Scientists, le MESA (Middle East Studies Association, le Comité pour la liberté académique, et Euroscience.

Imad Barghouthi

A l’époque, son avocat, Jawad Boulos, a déclaré que « Barghouthi a été arrêté en raison des déclarations qu’il a faites en soutien aux militants palestiniens lors de l’invasion israélienne de la bande de Gaza l’été dernier ». « Dans un interrogatoire après son arrestation, il a été interrogé sur ce qu’il avait écrit sur Facebook et déclaré à la télévision contre l’occupation », avait déclaré Boulos à la prestigieuse revue scientifique Nature.

Jawad Boulos

Après sa libération, Barghouthi a écrit une lettre aux organisations internationales qui l’avaient soutenu : « Je demande à la communauté internationale qui s’est exprimée sur mon nom à prendre la parole également au nom de tous les prisonniers politiques palestiniens. Il y a environ 500 Palestiniens en détention administrative, emprisonnés sans inculpation ni jugement. L’utilisation systématique de l’emprisonnement arbitraire par les forces israéliennes pour punir les Palestiniens viole le droit international humanitaire tel que stipulé dans la Quatrième Convention de Genève ».

Des Palestiniennes lavent la vaisselle devant une grotte servant d’abri, au village d’al-Mufaqarah, le 14 avril 2016. Al-Mufaqarah fait partie de douze localités situées dans une "zone de tir" israélienne et dont les habitants n’ont pas le droit de construire des bâtiments

Le Réseau Samidoun de solidarité avec les Prisonniers palestiniens appelle à la libération immédiate du scientifique palestinien Imad al-Barghouthi. Les arrestations en cours d’universitaires palestiniens, de scientifiques, d’écrivains et de journalistes palestiniens sont une tentative de la part de l’occupation israélienne de faire taire les voix palestiniennes reconnues.

Nous exhortons les organisations scientifiques et universitaires internationales à exiger la libération de Barghouthi. De plus, Samidoun souligne que des cas comme celui de Imad al-Barghouthi représentent un déni fondamental du droit des Palestiniens à l’éducation et à la liberté académique.

Cette affaire souligne la nécessité du boycott universitaire international des institutions académiques israéliennes -un appel adopté par un nombre croissant d’associations universitaires et de syndicats de travailleurs. Ces institutions sont profondément complices dans les structures de l’occupation, qui nient les droits humains des Palestiniens à tous les niveaux, y compris leurs droits fondamentaux à l’éducation et à la liberté académique.

Samidoun Traduction : Info-Palestine.eu

Des enfants palestiniens jouent près d’un checkpoint de l’occupant juif, à Hebron, le 15 avril 2016

Liens liés a l'article.info-palestine

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source