retour article original

mardi 6 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Syria
Investig’Action, 7 mai 2016

Syria : L’information mensongère continue

par Nabil ANTAKI


Une partie d’Alep tenue par les forces gouvernementales, en avril 2015

Mercredi 27 mars 2016, 14 civils au moins ont été tués lors d’un raid aérien de l’armée syrienne qui a notamment touché un hôpital dépendant de Médecins Sans Frontières à Alep. L’information a été abondamment relayée dans la presse occidentale où l’on a déploré la perte du dernier pédiatre de la ville. Alors que la brutalité d’Assad est à nouveau pointée du doigt, il convient de rappeler une question essentielle quand les médias nous informent sur un conflit : avons-nous entendu les différentes parties ? Nous reproduisons ici le témoignage d’un avocat résidant à Alep, il dénonce la désinformation permanente sur la guerre en Syrie : “Il y a encore des pédiatres à Alep, mais les médias ne parlent pas de la partie contrôlée par le gouvernement et bombardée par les rebelles”. Ce témoignage n’enlève rien au drame des civils tués dans la destruction de l’hôpital de Médecins Sans Frontières. Mais il souligne l’urgence de trouver une solution politique au conflit qui déchire la Syrie depuis cinq ans. (Investig’Action)


Syria

Au sujet des récents événements, je constate que les médias [traditionnels, ndlr] continuent de mentir par omission. Depuis le début de la guerre à Alep il y a quatre ans, ils ne rapportent pas du tout les faits dans leur ensemble.

Alep est bombardée tous les jours depuis 2012 par des groupes terroristes causant des morts et des blessés. Personne n’en a jamais eu cure ; si ce n’est pour se féliciter du « bon boulot qu’ils font » [allusion à la déclaration de Laurent Fabius, ndlr]. Il est temps que l’Occident se réveille et arrête de soutenir ces terroristes.

Nous sommes très révoltés, ici, à Alep, par le manque d’impartialité et d’objectivité des médias. Ils ne parlent que des souffrances et des pertes humaines dans la zone Est de la ville contrôlée par al-Nosra, un groupe terroriste affilié à al-Qaïda, qu’ils qualifient toujours de « rebelle », ce qui est une manière de le rendre respectable. Et ils restent muets sur les pertes et les souffrances endurées quotidiennement dans nos quartiers de l’Ouest d’Alep à cause des tirs d’obus lancés par ces terroristes. Ils ne parlent pas davantage du blocus et des coupures totales d’eau et d’électricité qu’ils nous infligent…

Des terroristes à Ariha, le 28 mai 2015

Les médias n’ont rien dit des bombardements continus et des carnages qui ont eu lieu depuis une semaine, dans la partie Ouest de la ville [où habite le Dr. Nabil], où aucun quartier n’a été épargné et où il y a tous les jours des dizaines de morts. Ces omissions sont d’autant plus révoltantes que ces quartiers représentent 75 % de la superficie d’Alep et comptent 1.5 millions d’habitants –contre 300000 dans la partie Est occupée par les groupes terroristes.

Cette information tronquée laisse entendre que les groupes terroristes qui nous attaquent sont les victimes. Pire, les médias ont détourné notre appel « Sauver Alep » en laissant croire que cet appel exigeait l’arrêt des hostilités par « les forces d’Assad ». Ce qui est faux. D’ailleurs, il n’y a pas de « forces d’Assad » : il y a les forces de l’armée régulière syrienne qui défendent l’Etat syrien.

Ils [les médias traditionnels, ndlr] auraient pu au moins avoir la décence de mentionner les carnages causés par les tirs des terroristes qui ont fait de nombreux morts. Comme cela s’est encore produit hier, vendredi [29 avril 2016], où un de leurs tirs a frappé une mosquée à l’heure de la prière. Les attaques et les pertes dont nous souffrons sont présentées de manière à laisser le public dans le flou quant aux véritables responsables de ces crimes.

Des terroristes à Alep, le 3 août 2015

Depuis trois jours, les médias accusent le « régime Assad » et les Russes d’avoir bombardé et détruit un hôpital soutenu par l’ONG Médecins sans Frontières à l’Est de la ville. Ils affirment que le « dernier pédiatre d’Alep » a été tué dans ce bombardement. Nous avons encore de nombreux pédiatres à Alep. Cela montre bien que, pour les médias, seule compte cette partie Est occupée par les rebelles, et que les trois quarts de la ville d’Alep administrée par l’Etat syrien, où pratiquent encore de nombreux pédiatres, ne comptent pas.

L’hôpital mentionné n’est pas sur la liste des hôpitaux de Syrie établie avant la guerre par le ministère de la santé. Donc, s’il existe, il a été installé après la guerre. Je ne crois pas que les forces gouvernementales ou l’aviation russe bombardent délibérément un hôpital. Il n’y va pas de leur intérêt.

Nous avions constaté la même partialité quand le plus grand hôpital d’Alep, al-Kindi (1), avait été frappé par les obus terroristes d’al-Nosra, puis incendié intentionnellement, en 2013. Ils n’y avaient pas prêté attention. Nous sommes écœurés et révoltés par cette désinformation permanente.

Nabil ANTAKI Propos recueillis par Silvia CATTORI

Nabil Antaki

Note :

(1) https://www.youtube.com/watch?v=gRw5XEmWaJk

Source : Arrêt sur Info http://arretsurinfo.ch/alep-linformation-mensongere-continue-par-nabil-antaki/

Liens liés a l'article.Investig’Action

AUTEURS 

  • Nabil ANTAKI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source