retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe France
lejdd, 13 mai 2016

France : Un CRS témoigne

par Axel ROUX


Des CRS stoppent l’avancée des lycéens qui manifestent contre le projet de loi travail, à Paris, le 17 mars 2016

Attentats, état d’urgence, manifestations contre la loi travail… Un CRS raconte son ras-le-bol après un an et demi d’opérations de maintien de l’ordre.


France

"J’ai de la chance, j’habite près d’une grande forêt". Vissé sur son canapé, Pascal (le prénom a été modifié), la quarantaine, une taille de géant, se fige un court instant. Puis confesse : "J’y vais souvent me promener en famille. Ça permet d’évacuer le stress, de retrouver un peu de calme". Dans une vitrine à côté de lui, des médailles disposées en évidence encerclent un fanion rouge sur lequel est inscrit la devise des CRS : "Servir". De préférence sans discuter.

Lui a décidé de sortir un peu du bois. Comme un besoin de vider son sac pour éviter l’ulcère. Avec une condition : garder l’anonymat. Le gradé doit bientôt prendre du galon, il ne veut pas prendre le risque d’une sanction disciplinaire. Depuis janvier 2015, il est en première ligne. Du renforcement du plan vigipirate, après les attentats de janvier, à la mise en place de l’état d’urgence après ceux de novembre, en passant par les mouvements sociaux contre la loi El Khomri… Un an et demi d’opérations de maintien de l’ordre et aujourd’hui un énorme ras-le-bol. Pas contre la "haine anti-flic", comme le scandent certains syndicats de police qui appellent à la mobilisation le 18 mai. Mais contre les donneurs d’ordre.

Depuis le début des conflits autour de la loi Travail, il les accuse de jouer avec le feu. Alors que le gouvernement a dégainé mardi l’article 49.3 pour passer en force son texte et que de nouvelles journées de mobilisations sont attendues partout en France, Pascal confie ses inquiétudes au JDD. Et, révèle en filigrane, un sentiment de défiance de plus en plus croissant dans les rangs des forces de l’ordre.

Il en est persuadé : de nombreux débordements auraient pu être évités depuis deux mois. Aussi bien la casse que les blessés côté policiers… Et les violences sur des civils, même si lui préfère le terme de "dommages collatéraux". Comme lors du 1er-Mai, où les ordres ont été donnés de couper le cortège en cours de route pour isoler un groupe de casseurs. Dans le cortège saucissonné, bons nombres de manifestants se sont retrouvées pris au piège sous les gaz lacrymogènes. "Du ni fait ni à faire", tranche le CRS.

D’autant que certaines bandes pourraient être interpellées bien avant. Comme pendant la manifestation du 9 avril. Ce jour-là, son équipe est en faction à proximité de la place de la République, où un cortège de manifestants doit prendre le départ vers la place de la Nation. Vers 13h30, il reçoit un appel. Un groupe cagoulé s’apprête à prendre la tête du cortège. "On les connaît bien, ce sont des ultras connus des services de renseignement", précise le CRS. Encore maintenant, il enrage de la gestion des événements : "On avait un signalement précis. On s’est dit qu’on n’allait pas les laisser passer… On n’a jamais reçu l’ordre”, rapporte-t-il. "Au lieu de ça, on les a laissé progresser tranquillement. Ce jour-là, un collègue officier a été blessé gravement à la jambe par un tir de mortier".

Un CRS agresse une manifestante, à Paris, le 14 avril 2016

Un scénario qui se répète au fil des manifs. "Ces gars-là sont entre 200 et 300 maximums", fulmine le gradé. "Il suffirait de les interpeller avant le départ des cortèges, pas la peine d’être un grand tacticien pour comprendre ça", souffle-t-il. Blasé, il compare la situation avec les forces de l’ordre allemandes qui, le 30 avril, ont procédé à près de 400 arrestations en marge d’un rassemblement du parti populiste AfD. Une opération qu’il juge impossible actuellement en France faute de courage politique. "Ici, on interpelle juste pour les images du 20 heures, pour faire croire qu’il y a de la fermeté de la part du gouvernement".

Une situation qu’il interprète comme la volonté de pourrir le mouvement. "Une manifestation qui se passe bien, on parle du fond. Quand vous avez des casseurs, on se focalise sur les violences et les vitres cassées". Et de s’interroger : "Est-ce que le gouvernement est assez vicieux pour faire ça ?" Une question à laquelle il se gardera de répondre.

Ce qu’il sait en revanche c’est qu’à ce rythme, la situation peut vite devenir très inconfortable. Dans son propre entourage, des voix l’interpellent. "Certains ne comprennent plus ce que je fais", lâche-t-il, désabusé. Avant de reconnaître : "J’ai l’impression d’être devenu un pion politique".

Un virage à 180 degrés par rapport à l’après Charlie et aux scènes de communion du 11 janvier. "Les gens avaient oublié ce que ça pouvait être un attentat d’ampleur. Face à la peur, on était comme des sauveurs", se rappelle le CRS. Un état de grâce limité. "Assez vite, tout le monde est retourné dans son train-train. Il fallait être naïf pour croire que ça allait durer".

Selon lui, l’image protectrice a commencé à s’écorner avec la seconde vague d’attentats de novembre. Un électrochoc sans 11 janvier. "A ce moment, j’ai senti un basculement dans la tête des gens", avance le fonctionnaire de police. "Ils se sont rendus compte qu’on ne pouvait pas tout empêcher. On aura beau s’entraîner, on ne peut pas leur dire : "Dormez sur vos deux oreilles". L’incertitude s’est installée". Voire plus chez certains ?

A ses yeux, la défiance est une part inhérente du métier. "On provoquera toujours du rejet chez certains, c’est comme la pluie et le beau temps", phosphore le CRS. Mais avec le climat sécuritaire de l’état d’urgence, l’opposition donne l’impression d’être montée d’un cran. Dans les cortèges, le slogan d’hier "CRS avec nous" a laissé place au refrain "Tout le monde déteste la police". Rien de bien nouveau, nuance le gradé, qui reste prudent sur la thèse d’une banalisation de la "haine anti-flic". "En Mai 68 c’était "CRS = SS". Les slogans, ça va, ça vient… jusqu’au prochain attentat", résume-t-il froidement.

"Mais pour les nouvelles recrues, c’est différent", prévient Pascal. "Ils arrivent dans un climat explosif sans forcément voir le bout du tunnel. Ils me demandent : "C’est ça être CRS ?"

Sans compter la fatigue. Un an et demi après Charlie, elle n’a jamais été aussi grande. Lui assure tenir le coup mais averti : "J’ai des jeunes collègues qui ont déjà demandé leur mutation". Et la menace est bien présente. Dans moins d’un mois débute l’Euro 2016. "On se prépare comme jamais auparavant", glisse le gradé les yeux dans le vide.

Axel ROUX

http://www.lejdd.fr/Societe/Un-CRS-temoigne-J-ai-l-impression-d-etre-devenu-un-pion-politique-784991

Un groupe de casseurs, à Paris, le 28 avril 2016

Liens liés a l'article.lejdd

AUTEURS 

  • Axel ROUX

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source