retour article original

jeudi 8 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Proche Orient
10 juin 2016

Proche Orient : A propos d’une certaine presse, propagandiste masquée du régime israélien

par Rudi BARNET


Le lieu d’une fusillade, à Tel Aviv, le 8 juin 2016

Certains soirs, face au poste de télévision, on reste sans réaction devant le sourire compassé de gens "propres sur eux" qui, sans la moindre gêne, déversent une propagande sordide. Alors, devant ce ramassis de contrevérités, de manipulations des faits, d’occultation de l’Histoire allant jusqu’au négationnisme, on a parfois envie de pleurer ou de hurler... mais le cri reste dans la gorge.


Israël

Au JT, ce soir-là, c’était un "reportage promotionnel" vantant la force technique et économique de l’appareil politique israélien, mettant l’accent sur la splendeur des buildings de Tel-Aviv, la quiétude de ses plages, le dynamisme de businessmen issus de l’armée, l’exceptionnelle sérénité de la population devant les menaces d’attentat... et autres qualités du régime. D’emblée, le présentateur fixe le cadre : "La menace terroriste est constante en Europe. Comment cela se passe-t-il en Israël, ce pays confronté au terrorisme depuis plus de vingt ans (...) Mais ils ont appris à ne pas céder à la peur, à vivre avec la menace terroriste..." Ce présentateur affirme donc clairement que Palestinien et Djihadiste ne sont que des prénoms, terroriste est le nom de famille !

... Et cinq cents mille citoyens du plat pays sont priés d’avaler cette ignominie (1).

Tout comme, dans les années quarante, quand les Allemands appelaient "terroristes" ceux qui osaient leur résister, les maîtres actuels de cette petite terre, et leurs partisans, ont aussi décidé qu’il n’y avait pas de Palestiniens, pas de résistants... seulement des terroristes.

Ces "communicants" –appellation plus conforme que celle, respectable, de journalistes– tiennent cependant à garder un vernis de moralité. Quand vous interpellez le "grand reporter" responsable de ce genre de bidonnage médiatique, il vous répond "mon rôle est d’informer et non pas de militer", et, la main sur le cœur, il proclame qu’il a une approche objective du drame et "de l’empathie à l’égard des victimes".

Mais à l’antenne, pas le moindre signe visible de cette soi-disant objectivité, ni de cette attitude humaniste... La déontologie ne s’use que si l’on s’en sert, n’est-ce pas. Pendant les quelques quatre minutes que dure ensuite le "reportage", pas un Israélo/palestinien n’apparaîtra à l’image et, pour bien ancrer le terme dans la mémoire du spectateur, le mot "terroriste" sera martelé une vingtaine de fois. Avec des trémolos dans la voix, le "grand reporter" citera les "trente-quatre personnes tuées depuis 2015"... passant sous silence que depuis cette même date, c’est par centaines que des Palestiniens ont été assassinés, sans compter les blessés (près de quinze mille selon diverses ONG internationales).

... Mais qu’importe les faits, seule la promotion du régime israélien compte pour ces groupies de Netanyahu.

Après la dernière agression contre les Gazaouis (2014), les maîtres de Tel-Aviv ont lancé une vaste opération de propagande en direction des USA et de l’Europe occidentale pour tenter de redorer la triste image d’Etat totalitaire que ses crimes avaient laissé dans l’opinion internationale. Cette campagne de propagande, financée par un budget de plusieurs millions de dollars (!), fonctionne en ce moment à pleine puissance... et comporte, entre autres, des invitations de séjour, tous frais payés, à des télévisions sympathisantes de son idéologie.

Il faut se rendre à l’évidence : inutile d’encore tenter de dialoguer avec ces communicants, qui ont fait allégeance à ce régime d’extrême droite. Inutile de les interpeller, gentiment ou de manière véhémente, inutile de vouloir faire appel à leur intelligence ou à leur conscience. Inutile... ce sont des croyants !

Un checkpoint israélien à Qalandiya, en Cisjordanie

Pourtant, ils sont informés ces gens des medias "mainstream", ils connaissent l’Histoire, ils savent que cet état d’Israël a été fondé sur le sang du peuple qui vivait sur cette terre. Ils savent que rien n’a changé depuis 1936 (quatre-vingt ans !) quand les sbires de Ben Gourion plaçaient des bombes dans les trains et dans la foule des marchés palestiniens. L’objectif est toujours le même : conquérir cette terre et chasser les autochtones... et asservir ceux qui n’ont pas choisi l’exil. Comme l’a révélé Ilan Pappe, historien israélien, l’armée israélienne a opéré, de 1947 à 1948, un véritable nettoyage ethnique en tuant ou faisant fuir près de huit cents mille Palestiniens et en rasant systématiquement plus de cinq cents villages.

Ils savent aussi que ce régime bafoue journellement les droits des êtres humains, ne respecte pas les lois internationales, que son armée terrorise la population des territoires qu’elle occupe illégalement et qu’elle assassine délibérément ceux qui lui résistent. Ils n’ignorent pas que la colonisation se développe journellement, au point de rendre impraticable tout projet de "deux états pour deux peuples"... qui n’est plus qu’un discours pour la frime médiatique. Ils savent aussi que le régime israélien a édicté quatre-vingt articles de loi discriminant 20 % de ses habitants... des lois instituant des régimes d’apartheid dans de multiples secteurs (enseignement, culture, expression, circulation des personnes, économie... etc.

Ils savent tout cela, ces communicants... Alors ? Il faut se faire une raison : ils mènent une croisade et rien ne peut les atteindre. Leur conviction est bétonnée : les Palestiniens ne sont que des Arabes... terroristes.

Alors, devant une émission de télévision dans laquelle les auteurs affichent sans fard leur collusion avec ce régime criminel, la nausée monte à la gorge... Et une question apparaît, une question inquiétante. Et si, à l’instar des prêcheurs de Daesh, le discours fallacieux de ces communicants, diffusé à des centaines de milliers de concitoyens de mon pays, avait un objectif similaire : renforcer le régime israélien en amenant des jeunes européens à partir là-bas pour s’engager dans les troupes de Netanyahu et consort ?

Invraisemblable ? A ce jour déjà, plusieurs milliers de jeunes occidentaux (dont environ 8000 Français selon certaines sources) se sont enrôlés dans l’armée israélienne pour "buter de l’arabe" ! ... Comme cet Elor Azria, sergent Franco-israélien, qui a froidement achevé un jeune Palestinien -il s’appelait Abed al-Fattah Yusri al-Sharif- d’une balle dans la tête, alors qu’il gisait grièvement blessé et désarmé sur le tarmac de Hébron... "ce chien méritait de mourir pour avoir voulu blesser un de mes amis", a-t-il fièrement crié. Cet assassin –comment le qualifier autrement ?– a été porté en triomphe pour sa "bravoure"... avant de passer les fêtes de Pessah en famille.

Qui a entendu les protestations de ces communicants qui proclament avoir "de l’empathie pour les victimes", et quand ont-ils informé sur les "exécutions extra-judiciaires" qui se déroulent régulièrement aux infâmes check points ? Quelle valeur donnent-ils à la vie d’un Palestinien ?

En ce moment ils donnent priorité à un attentat meurtrier de deux jeunes Palestiniens dans un bistrot de Tel-Aviv et en profitent pour marteler une fois de plus cette stupidité ignoble : "un antisioniste est un antisémite". Ils savent pourtant que les Palestiniens sont des sémites, contrairement à l’immense majorité des colonisateurs venus d’Europe... Et sont-ils conscients qu’ils traitent d’antisémites de grandes figures de la communauté juive, tels Albert Einstein, Hanna Arendt (Lire la lettre au New-York Times du 2/12/1948), Shlomo Sand, Ilan Pappe... tant d’autres.

Est-ce vraiment délirant de penser que l’objectif de ces communicants est essentiellement de servir le régime de Netanyahu et Lieberman en tentant de radicaliser autant que possible le public de leur pays ? ... Et le parallèle avec les prêches des fanatiques appelant au djihad, est-il vraiment absurde ?

Rudi BARNET

Des soldats israéliens contrôlent des Palestiniens à l’entrée de Yatta, en Cisjordanie, le 9 juin 2016

Note :

(1) Rudi Barnet est belge.

AUTEURS 

  • Rudi BARNET

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source