retour article original

samedi 10 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Amérique du Nord Etats-Unis d’Amérique
rt.com, 21 juin 2016

Les Etats-Unis parlent d’une Russie « agressive », alors que l’OTAN avance à l’Est

Opinion

par Robert BRIDGE


Bases militaires américaines et bases militaires russes en 2014

Les bases poussent plus vite que les MacDonalds, l’OTAN vient contrarier Moscou à sa frontière, et l’Ouest continue de parler « d’agression russe » à un public de plus en plus suspicieux, selon l’écrivain et journaliste américain Robert Bridge.


Etats-Unis

Dans le dernier épisode du feuilleton destiné à faire trembler les Occidentaux rien qu’à la mention du nom de « Vladimir Poutine », un article de Newsweek (1) déclarait sur sa première et apocalyptique page « Comment et pourquoi la Russie est en marche vers la guerre ». La Russie a été accusée –par la cour sans jury de l’OTAN– de mener les mêmes opérations que n’importe quelle autre nation qui espère garder sa souveraineté : dépenser de l’argent pour moderniser son armée. L’auteur de l’article, Andrew Monaghan, qualifie nerveusement les fonds que le Kremlin a mis de côté pour ses dépenses militaires de « chiffres impressionnants ». En 2010, la Russie « a dédié 610 milliards de dollars à un procédé de transformation qui doit durer 10 ans…pour assurer la modernisation d’au moins 70 % de son équipement militaire, y compris l’achat de milliers de pièces high-tech et d’équipement lourd tels que des chars, de l’artillerie, des avions et des navires », hurle Monaghan, comme si la Russie venait d’inventer le concept d’armée nationale.

Andrew Monaghan

Cependant l’auteur ne mentionne pas que le Pentagone dépense à peu près la même somme chaque mois (2) pour nourrir l’appétit vorace de son empire militaire. Et depuis que les conflagrations mondiales ont éclaté suite aux interventions des forces de l’OTAN à l’étranger, de nombreux pays ne perçoivent pas ce monstre que sont les Etats-Unis comme une chose lointaine et positive. Ils le voient bien sûr comme une menace directe à leur survie nationale.

La Russie, qui se retrouve en ligne de front avec cette invasion, n’a pas perdu de temps pour moderniser (3) son armée après avoir compris que la promesse de Washington de coopérer avec Moscou dans la lutte contre le terrorisme -pour ne pas mentionner le système de défense anti-missiles construit pas les Etats-Unis en Europe de l’Est (4)- était une arnaque élaborée, destinée à mener la Russie en bateau en lui faisant croire à une sécurité bilatérale avec la superpuissance mondiale. « Les politiques antirusses [de Washington] ont convaincu les dirigeants russes que faire des concessions ou négocier avec l’Occident était inutile. Il est devenu évident que l’Occident soutiendra toujours tout individu, mouvement ou gouvernement antirusse, que ce soit des oligarques qui trichent, des criminels de guerre ukrainiens notoirement coupables, des terroristes wahhabites soutenus par l’Arabie saoudite en Tchétchénie ou des punks profanant des cathédrales moscovites », ont écrit les docteurs Evgenia Gurevich, Victor Katsap, Dmitri Orlov et Andreï Raevski.

De leur côté, les médias et think tanks occidentaux accusent régulièrement la Russie d’avoir des desseins diaboliques en ce qui concerne ses voisins, et ce malgré le fait que la Russie n’a pas montré le moindre signe de comportement menaçant. Prenons par exemple le chapeau d’un article récemment publié dans le magazine Foreign Policy, dont la référence à une étude de la Rand Corp. (5) a dû faire trembler les minuscules pays baltes : « Si demain les chars et les troupes russes devaient envahir les pays baltes, les forces de l’OTAN, sous armées et en sous-effectifs, seraient écrasées en moins de trois jours ».

L’article a été publié le jour où le Secrétaire américain de la Défense, Ash Carter, a annoncé un plan de 3,4 milliards de dollars pour munir l’Europe de l’Est et les pays baltes de davantage d’artillerie lourde et de véhicules blindés. En d’autres termes, un bon jour de paie pour les nombreux entrepreneurs américains dans le domaine de la défense, qui veulent désormais que les pays d’Europe de l’Est, qui croulent déjà sous les dettes, vident leurs portefeuilles ou se retrouvent seuls face à la menace invisible de « l’agression russe ». « Nos estimations pour 2016 indiquent une augmentation de 1,5 % en termes réels. C’est un progrès. Mais j’appelle les alliés à conserver et à renforcer ce dynamisme », a déclaré le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, cette semaine, lors d’une conférence de presse. Personnellement, je trouve que cette déclaration résonne comme du chantage.

Jens Stoltenberg

Vérifions rapidement les faits : si Moscou était aussi agressive que les dirigeants de l’OTAN veulent nous le faire croire, la carte autour de la Russie serait bien différente. L’Ukraine serait déchirée et balkanisée entre pas moins de deux républiques autonomes, et la Géorgie, qui a lancé une audacieuse attaque contre les gardiens de la paix russes en Ossétie du Sud, le 7 août 2008, aurait de la chance si elle s’en était sortie avec rien de moins qu’une longue occupation de son territoire. Mais jusqu’à maintenant, la Russie n’a jamais lancé d’invasion militaire en Ukraine, comme l’avaient prédit de nombreux experts occidentaux, et la Géorgie (libérée de l’ancien président Mikhail Saakachvili, qui a ordonné l’attaque des gardiens de la paix russes) reste un Etat libre et indépendant, et ses relations avec la Russie s’améliorent.

Mikhail Saakachvili

Cela a-t-il l’air d’un pays qui veut à tout prix rétablir son empire ?

Je suis convaincu que l’Occident non seulement anticipait, mais espérait aussi que la Russie sauterait sur l’opportunité d’envahir l’Ukraine, alors que la capitale, Kiev, succombait à des forces néo-fascistes soutenues par l’Occident. Une invasion par les forces russes aurait paralysé Moscou dans un conflit prolongé qui n’aurait réussi qu’à détruire les relations de la Russie avec les pays européens pour très longtemps, peut-être pour toujours. Cela aurait aussi donné carte blanche aux forces de l’OTAN pour décider du destin de la Syrie, un destin que les Etats-Unis ont déjà décidé unilatéralement –sans même un soupçon de démocratie– et qui ne prévoit pas de place pour le président Bachar el-Assad.

Bachar el-Assad

L’autre excuse avancée pour l’expansion de l’OTAN à la frontière russe est le référendum de la Crimée (6) qui a eu lieu au summum de la crise politique de Kiev. Bien que les médias occidentaux l’admettent très rarement -beaucoup de journalistes qui devraient connaître la situation mieux que personne continuent de qualifier l’annexion comme résultat d’une invasion– la Russie n’a jamais employé la force militaire contre la péninsule. Aujourd’hui les habitants de Crimée –sondage après sondage (7)– n’ont que des choses positives à dire sur leur nouveau statut national.

Une femme vote à Sevastopol, à l’occasion du référendum organisé en Crimée, le 16 mars 2014. Les électeurs avaient le choix entre rester en Ukraine, malgré le coup d’Etat fasciste oprganisé par les Etats-Unis, ou la réunification à la Russie. Le résultat officiel du référendum est de 96,6 % de « oui » au rattachement à la Russie

Vendredi 17 juin 2016, le président Poutine s’est exprimé (8) sur l’avancée de l’OTAN à la frontière russe sous le faux prétexte de l’agression russe : « Après le Printemps arabe, ils se sont rapprochés encore plus de nos frontières. Pourquoi avaient-ils besoin de soutenir le coup d’Etat en Ukraine ? », a déclaré Poutine lors d’une séance plénière au Forum économique international de Saint Pétersbourg. Le dirigeant russe croit que de telles mesures ont été prises pour justifier l’existence de l’alliance nord-atlantique. « Ils ont besoin d’un ennemi externe, d’un opposant externe –sinon pourquoi auraient-ils besoin de cette organisation ? » a-t-il expliqué.

Vladimir Putin

Monaghan, de son côté, pense que la militarisation et la modernisation de la Russie « ne sont pas une réponse à ce que fait l’OTAN, mais illustre plutôt ce qu’il se serait passé de quoi qu’il arrive ». En d’autres termes, rien de ce que l’OTAN fait dans l’arrière cour de la Russie ne peut expliquer la militarisation de la Russie ; la Russie se militarise parce c’est la Russie. Cette explication est soit une auto-illusion intentionnée soit un énorme mensonge. Cela fait des années que Moscou prévient qu’à moins que l’OTAN ne démontre qu’elle veut un véritable partenariat, et non un tas de déclarations creuses, il n’y a pas d’autres options qu’une nouvelle course à l’armement.

Tout bien considéré, la Russie a fait le bon choix. Même avant que Washington ne montre son jeu, révélant que ses appels à la coopération avec la Russie n’étaient que du bluff, Moscou avait déjà compris que l’oncle Sam cachait quelque chose.

Aujourd’hui, le léviathan de l’armée américaine a pris de telles monstrueuses proportions qu’il est presque impossible de compter avec certitude le nombre de bases militaires que les Etats-Unis opèrent à l’étranger. Le journaliste Nick Turse a rapporté, en 2011, qu’il y a « un nombre qu’aucun Américain ne connaît, c’est le nombre de bases militaires américaines à l’étranger ». Aujourd’hui, selon les chiffres publiés par le Pentagone, le drapeau américain flotte dans 750 sites militaires américains dans d’autres pays et sur des territoires américains à l’étranger », a écrit Turse. « Ce chiffre n’inclus pas les petits sites militaires de moins de 5 hectares ou ceux que l’armée militaire évalue à moins de 10 millions de dollars ».

Evidemment, le Pentagone –qui finance près de 75 % des dépenses de l’OTAN avec l’argent des contribuables américains– est devenu si grand et complexe qu’il a perdu la trace de 2,3 milliardss de dollars, a déclaré l’ancien Secrétaire américain de la Défense Donald Rumsfeld à des journalistes, le 10 septembre 2001.

Non seulement l’OTAN devient une menace pour des centaines d’Etats souverains à travers le monde, avec ses ambitions extrêmement impérialistes, mais, le même machiavélisme ayant fini par anéantir l’Empire romain, elle a réussi à devenir une menace pour lui-même.

Aujourd’hui, la Russie ne prend aucun risque avec l’imprévisible hégémon mondial, dont la liste des nations qu’il a envahi s’allonge chaque année. Evidemment, l’armée russe s’est engagée dans un « processus de transformation » au même moment où l’OTAN martèle à sa porte. Cependant, au lieu d’ouvrir grand ses portes au poids lourd occidental, la Russie parie sur une stratégie sur le long terme, investissant dans une défense nationale forte. Et c’est un « acte d’agression » que l’OTAN ne peut tout simplement pas tolérer.

Robert BRIDGE

Des F-15C Eagles américains sont ravitaillés à la base aérienne de Bodø, en Norvège, le 25 mai 2016

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Notes :

(1) http://europe.newsweek.com/how-and-why-russia-moving-war-footing-putin-nato-469090?rm=eu

(2) https://francais.rt.com/international/21918-pentagone-justifie-augmentation-budget-militaire

(3) https://francais.rt.com/opinions/21483-garde-vos-desirs-russie

(4) https://francais.rt.com/international/20447-kremlin--systeme-defense-antimissile

(5) https://www.rand.org/content/dam/rand/pubs/research_reports/RR1200/RR1253/RAND_RR1253.pdf

(6) https://francais.rt.com/international/17263-crimeens-satisfaits-celebration-anniversaire-russie

(7) https://francais.rt.com/lemonde/1068-an-apres-crimeens-voteraient-nouveau

(8) https://francais.rt.com/international/22352-poutine--washington-developpe-nouveau

Liens liés a l'article.rt.com

AUTEURS 

  • Robert BRIDGE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source