retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Turquie
sputniknews, 19 juillet 2016

Turquie : Les services spéciaux US impliqués dans la tentative de coup d’Etat


Des membres des forces spéciales de la police, à Istanbul, le 18 juillet 2016

Vendredi 15 juillet 2016 au soir, une tentative de coup d’État militaire a été entreprise en Turquie. Comme l’affirme l’ex-chef du bureau de renseignement de l’état-major général turc, Ismail Hakki Pekin, les services spéciaux américains seraient derrière ce putsch.


Turquie

Vu l’organisation qui serait derrière ce coup d’Etat, les États-Unis ne pouvaient pas ne pas être au courant de ses intentions de renverser le pouvoir, a indiqué, dans un entretien à Sputnik, Ismail Hakki Pekin, qui occupe actuellement le poste de président adjoint du parti turc Vatan. "Cette organisation n’aurait pas osé entreprendre le coup d’État sans en informer les États-Unis. Je considère que les services spéciaux américains sont derrière cette tentative (de putsch, ndlr)", a-t-il indiqué. Et d’ajouter que la réaction des États-Unis à ce qui se passait en Turquie avait tardé. Toutefois, comme le rappelle l’interlocuteur de l’agence, "l’auteur de la carte de remodelage de la Turquie, Ralph Peters, a déclaré que c’était la dernière chance pour la Turquie et que le coup d’État devait réussir pour que le pays ne se transforme pas en un État islamique". Or, lorsque la tentative a été torpillée, plus aucune déclaration de ce genre n’a été faite, la dernière concernant le putsch étant celle du président Obama, rappelle-t-il.

Ralph Peters

Selon l’une des hypothèses, un groupe de militaires turcs a voulu entreprendre au plus vite des mesures à l’encontre des personnalités militaires qui devraient être prochainement destituées. Mais le chef de l’état-major des forces armées, Hulusi Akar, a décidé de résoudre ce problème au niveau du Conseil militaire suprême et ce pour ne pas nuire à l’image de l’armée turque.

Hulusi Akar

Selon M. Hakki Pekin, plusieurs signaux d’une prochaine tentative de coup d’État émanaient des organisations internationales, des centres analytiques étrangers et des médias. Toutefois, les Forces armées n’ont pas dument réagi. "Le fait qu’une tentative de coup d’État était imminente ne laissait aucun doute. On attendait le Conseil militaire et ces gens devaient être destituées, les listes étaient déjà établies. Je crois qu’ils l’ont entrepris car ils savaient qu’une deuxième opportunité ne se présenterait pas", a expliqué M. Hakki Pekin. Et de conclure que tout autre putsch était à exclure.

sputniknews

Ismail Hakki Pekin

Liens liés a l'article.sputniknews

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source