retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie L’affaire Parmalat
3 janvier 2004

Parmalat : l’enquête continue


Publicité de Parmalat

PARMA, Italie (AP) - Les responsables américains auraient découvert lors d’une perquisition à New York des documents « utiles » à l’enquête sur la faillite frauduleuse du géant italien de l’agroalimentaire Parmalat, a annoncé samedi un responsable judiciaire italien chargé de l’affaire.


L’avocat de Parmalat Gianpaolo Zini est détenu à Milan dans le cadre de la faillite du géant de l’agroalimentaire. « Nous avons entendu qu’à New York ils ont des documents utiles découverts lors d’une perquisition dans les bureaux et la résidence de Zini », a précisé ce responsable.

Selon le quotidien « Il Sole-24 Ore », cette perquisition, non confirmée par le bureau du procureur de Manhattan, aurait notamment eu lieu dans les bureaux de Zini sur Park Avenue.

D’autres perquisitions ont eu lieu dans les bureaux à Parme du Banco Di Monte in Parma dans le cadre de cette affaire, qu’on compare d’ores et déjà au scandale Eron, a précisé un responsable.

Vue de Parma

Selon la justice italienne, le PDG de Parmalat Calisto Tanzi a reconnu avoir détourné jusqu’à 500 millions d’euros de la société pour ses affaires familiales. Emprisonné, le dirigeant aurait déclaré que les malversations pourraient s’élever à dix milliards d’euros.

La situation critique de Parmalat a éclaté au grand jour le 19 décembre lorsque le groupe italien a révélé que la Bank of America ne détenait pas les quelque quatre milliards d’euros indiqués dans ses comptes en septembre.

AP

Parmalat : nouvel interrogatoire pour Calisto Tanzi

ROME - En Italie, les magistrats ont procédé à un nouvel interrogatoire de Calisto Tanzi, l’ancien patron du groupe Parmalat au centre d’un scandale financier. Les enquêteurs mutliplient les perquisitions et recherchent un éventuel magot à l’étranger.

M. Tanzi a été entendu pour la 4e fois depuis son incarcération samedi dernier à Milan. Après avoir répondu aux questions, il a lu une déclaration qui a été jointe au procès verbal, a indiqué le juge Guido Salvini, sans autres précisions.

Guido Salvini

Un des avocats de M. Tanzi, Fabio Belloni, a répété que M. Tanzi n’avait jamais pris d’argent « pour son compte personnel » dans les caisses du groupe. « Il n’a rien à cacher. Il n’y a pas de petit ou de grand trésor », avait-il dit en faisant allusion au fait que la justice est à la recherche de fonds détournés.

M. Tanzi a lui-même reconnu lors d’interrogatoires précédents avoir détourné environ 500 millions d’euros appartenant au groupe. Mais il affirme que cet argent a servi à renflouer les caisses de Parmatour, un tour-opérateur dirigé par sa fille Francesca et en proie à de graves difficultés depuis des années. Celle-ci sera interrogée par la justice la semaine prochaine.

L’ex-président du groupe est soupçonné d’être le principal responsable du trou de quelque 10 milliards d’euros découvert dans les comptes du groupe qu’il avait fondé. Ses anciens directeurs financiers, incarcérés depuis mercredi sous l’accusation d’avoir falsifié les bilans, ont affirmé avoir suivi les ordres de leur ancien patron.

© ATS

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source