retour article original

lundi 5 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe Russie
sputniknews, 11 août 2016

Russie : Pourquoi Kiev voulait-il commettre des attentats en Crimée ?


Un des saboteurs capturés

Dans la nuit du 7 au 8 août 2016, des unités spéciales du ministère ukrainien de la Défense ont entrepris une tentative de percée dans la péninsule criméenne, qui a finalement avorté. Deux militaires russes ont trouvé la mort dans le pilonnage depuis le territoire ukrainien. Le président russe, Vladimir Poutine, a qualifié cet acte de stupide et de criminel. Il a également promis que la Russie ne tarderait pas à réagir et à assurer la sécurité dans la région. Suite à l’attaque, le dirigeant russe a en outre ajouté qu’il était inutile pour la Russie de participer à la rencontre du G20 au format Normandie.


Russie

On sait maintenant pourquoi des unités spéciales du ministère ukrainien de la Défense ont entrepris une tentative de percée dans la péninsule criméenne. Des saboteurs ukrainiens arrêtés en Crimée ont raconté qu’ils n’avaient pas pour but de saboter les entreprises industrielles ni de tuer quelque membre que ce soit des autorités de la péninsule. Leur objectif était plutôt de porter atteinte à l’activité touristique criméenne. Afin d’y arriver, ils planifiaient de commettre une série d’explosions pour semer la terreur parmi les voyageurs et "tuer le tourisme" en Crimée, rapporte le journal russe Kommersant (1) se référant à des sources proches du dossier. En outre, les saboteurs ukrainiens ont avoué avoir suivi une formation spéciale au sein de la Direction principale de renseignement du ministère ukrainien de la Défense, avec lequel ils ont largement coopéré. Ils faisaient tous partie d’un des groupes envoyés sur la péninsule russe par le renseignement ukrainien.

sputniknews

Les explosifs des saboteurs ukrainiens

Note :

(1) http://www.kommersant.ru/doc/3060170

Liens liés a l'article.sputniknews

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source