retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 1er septembre 2004

Irak : Nouvelle attaque aérienne américaine contre Fallujah


BAGDAD (AFP) - La France restait mobilisée, mercredi 1er septembre 2004, au plus haut niveau, pour obtenir la libération de ses deux journalistes enlevés en Irak, dont elle était toujours sans nouvelle au lendemain de l’expiration de l’ultimatum fixé par leurs ravisseurs.

Par ailleurs, sept otages, trois Indiens, trois Kenyans et un Egyptien ont été libérés à Falloujah, le bastion de la rébellion sunnite à l’ouest de Bagdad, selon un journaliste de l’AFP sur place.


Le chef de la diplomatie française Michel Barnier est arrivé, mercredi 1er septembre, à Doha, en provenance d’Egypte, dans le cadre d’une tournée régionale entamée, dimanche 29 août 2004, au Caire, pour tenter d’obtenir la libération des deux journalistes français.

Christian Chesnot et Georges Malbrunot sont retenus en otages, avec leur chauffeur syrien, depuis le 20 août, par "l’Armée islamique en Irak". Le groupe islamiste, qui a revendiqué le meurtre de l’otage italien Enzo Baldoni, exige que la France annule une loi interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école, qu’il appelle "loi sur le voile islamique". Cette dernière doit entrer en application jeudi 2 septembre 2004, jour de la rentrée scolaire en France. "Je garde espoir", a dit M. Barnier dans une interview diffusée par la télévision qatarie Al-Jazira. "Je ne peux pas imaginer une autre issue qu’une issue positive".

Au terme d’une entrevue avec son homologue français, le ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem, a lancé un appel solennel "pour que les journalistes français soient épargnés" tout en s’élevant contre la tentative de leurs ravisseurs de s’ingérer dans le débat politique français. "Il faut respecter le système politique français", a dit cheikh Hamad ben Jassem. M. Barnier s’est de nouveau rendu en Jordanie mercredi 1er septembre 2004 au soir.

En France, la mobilisation est restée forte, mercredi 1er septembre, en l’absence d’informations sur le sort des journalistes. Le président Jacques Chirac a déclaré que les "pouvoirs publics vont continuer à prendre toutes les initiatives possibles" pour obtenir leur libération.Les autorités ont reconnu toutefois qu’"il n’y a pas d’élément nouveau" au lendemain de l’expiration du nouvel ultimatum de 24 heures fixé, lundi 30 août 2004 au soir, par le groupe islamiste.

Une délégation du Conseil français du culte musulman devait se rendre, mercredi 1er septembre 2004, en Irak, a annoncé un responsable de la Mosquée de Paris. Le pape Jean Paul 2 s’est pour sa part joint au concert sans précédent de voix qui, incluant même des groupes radicaux comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais, ont appelé à la libération des journalistes.

Au lendemain de l’annonce du meurtre de 12 otages népalais en Irak, un massacre sans précédent, des émeutes ont éclaté à Kathmandu, où des milliers de manifestants ont attaqué des cibles arabes, dont la principale mosquée de la ville qu’ils ont incendiée. Une personne a été tuée et trois autres blessées. Le gouvernement a instauré un couvre-feu illimité et un jour de deuil national a été fixé à jeudi 2 septembre 2004.

En Irak, les sept otages libérés à Falloujah étaient détenus par l’"Armée secrète islamique-Brigade des drapeaux noirs". Les ravisseurs ont indiqué dans un communiqué les avoir relâchés après que la compagnie de transport koweïtienne qui les employait eut accepté de se retirer d’Irak comme ils l’exigeaient. L’employeur a démenti son retrait mais indiqué avoir versé une rançon de plus d’un demi million de dollars aux ravisseurs.

Un autre otage de nationalité turque, enlevé le 7 août 2004, a été libéré dans le nord de l’Irak, selon des informations non confirmées de la chaîne turque NTV.

Sur le plan politique, le Conseil national irakien a tenu sa première séance alors que des tirs de mortiers ont fait trembler l’édifice dans lequel elle se tenait à l’intérieur de la "zone verte", le périmètre ultra-protégé qui abrite notamment le siège du gouvernement et l’ambassade américaine. Un Kurde, Fouad Maassoum, a été élu à la présidence de ce parlement de 100 membres qui doit notamment voter le budget, veiller à l’application des lois par le gouvernement et soutenir le processus électoral.

Le président irakien Ghazi al-Yaour est attendu, dimanche 5 septembre 2004, à Paris, première étape d’une tournée européenne qui doit le conduire à Berlin, Rome, et Bruxelles, a appris l’AFP de source diplomatique arabe.

Par ailleurs, le chef du Congrès national irakien Ahmad Chalabi a affirmé avoir échappé à un attentat dans la localité de Latifiya, à 25 km au sud de Bagdad, où un représentant du chef radical chiite Moqtada Sadr à Bagdad a été tué, selon un responsable du mouvement.

Enfin, à Mossoul, un policier irakien a été tué et 18 blessés lors d’une attaque au mortier, selon des sources médicales et policières.

Aux Etats-Unis, l’Irak reste au coeur de la campagne présidentielle. Le candidat démocrate John Kerry a accusé, mercredi 1er septembre 2004, le président américain George W. Bush d’avoir bâclé la paix en Irak assurant qu’il ne "serait pas entré en guerre sans un plan pour gagner la paix".

Au moins trois morts dans un raid aérien à Fallujah

Au moins trois personnes ont été tuées dans un raid de l’aviation militaire américaine, mercredi 1er septembre 2004 au soir, contre la ville de Falloujah, à l’ouest de Bagdad, a-t-on appris auprès de la police irakienne. Deux habitations ont été détruites lorsqu’un avion de combat américain a tiré deux missiles sur le quartier résidentiel Jabal. "Jusqu’à présent, nous avons reçu trois morts et de nombreux blessés", a déclaré à l’AFP le lieutenant Walid Mohammad, de la police chargée de garder l’hôpital de la ville.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source