retour article original

vendredi 9 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Histoire Les révisionnistes de la Seconde guerre mondiale
robertfaurisson, 12 juin 1986

Histoire : L’affaire Roques

par Robert FAURISSON


Henri Roques

Henri Roques, 65 ans, ingénieur retraité, a rédigé une thèse de doctorat d’université sur Les Confessions de Kurt Gerstein. La soutenance de cette thèse a eu lieu le 15 juin 1985 à l’université de Nantes et elle a obtenu la mention « très bien ». Cette thèse consiste en une étude critique des différents textes qui sont de Kurt Gerstein ou qui lui sont attribués. Ces textes sont généralement considérés comme l’une des preuves essentielles de ce que les Allemands auraient, dit-on, utilisé des chambres à gaz homicides, notamment à Treblinka et à Belzec. Dans The Destruction of the European Jews, Raul Hilberg mentionnait vingt-trois fois le nom de Gerstein.


Kurt Gerstein

Au terme de ses analyses, H. Roques a conclu que, notamment en raison des invraisemblances, des non-sens et des variations de ses différents récits, le témoignage de Kurt Gerstein n’a aucune valeur scientifique. H. Roques a montré, par ailleurs, combien tous ceux qui avaient utilisé les confessions de Gerstein avaient gravement manipulé les textes, en particulier Léon Poliakov. En conséquence, il n’a pas caché qu’il doute aujourd’hui de l’existence des chambres à gaz.

Léon Poliakov

En 1985, la presse française et la presse allemande avaient été informées de la thèse d’Henri Roques, de son contenu, de ses conclusions et de l’attribution à celui-ci de la mention « très bien ». Mais elles n’en avaient pas parlé.

En avril 1986 est paru un article de Georges Wellers dans Le Monde Juif, revue trimestrielle du Centre de documentation juive contemporaine (numéro daté de janvier-mars 1986, p. 1-18). Cet article était violemment hostile à H. Roques.

Georges Wellers

Alors éclatait en France la « bombe à retardement » de l’affaire Roques. A partir d’avril et mai 1986 s’est déclenchée dans les journaux, dans toutes les radios et sur toutes les chaînes de télévision une importante campagne contre « la thèse scandaleuse de Nantes », « la thèse qui nie les chambres à gaz », « la thèse antisémite qui a reçu la mention très bien ».

De très nombreux hommes politiques sont intervenus dans cette campagne. En signe de protestation contre cette thèse, l’Assemblée nationale a observé une minute de silence à la mémoire des déportés morts. Des universitaires français ont signé une pétition. Les syndicats ont manifesté leur indignation. Des universitaires et des hommes politiques allemands ont envoyé des messages de protestation au président Mitterrand, au ministre français de l’Éducation nationale et au président de l’université de Nantes. La Knesset aurait envoyé un message au président Mitterrand.

Le point culminant de cette campagne a été atteint le 23 mai, de 18h à 20h, lors d’une émission très populaire de la station de radio Europe n° 1 : « Découvertes ». H. Roques et son avocat, Éric Delcroix, se sont trouvés opposés à neuf personnes, sans compter le responsable de l’émission : J.- P. Elkabbach. Parmi ces neuf personnes, il y avait notamment G. Wellers et C. Lanzmann, auteur du film Shoah, ainsi que, sur intervention téléphonique, Simone Veil et deux ministres. H. Roques a dit qu’il doutait de l’existence des chambres à gaz tandis qu’Éric Delcroix a dit qu’il ne croyait pas à leur existence. Tous deux ont donné leurs raisons. Du côté de ceux qui disaient croire à l’existence des chambres à gaz, il n’y a guère eu d’arguments mais il y a eu surtout des sermons moralisateurs, des outrages et des injures. C. Lanzmann a lancé à l’adresse d’H. Roques : « Fermez votre sale gueule de rat ! » A la fin de l’émission, Jacques Tarnero a dit : « On s’est fait piéger. » H. Roques a répliqué que les révisionnistes étaient bien forts s’ils avaient réussi, étant deux, à piéger tant de personnes.

Claude Lanzmann

Des millions de Français ont pu, s’ils ont fait preuve d’attention, assister ainsi à l’agonie « en direct » du mythe des chambres à gaz homicides. De la bouche même de Claude Lanzmann, ils ont appris qu’il ne fallait pas confondre, comme un ministre venait de le faire, fours crématoires et chambres à gaz. Lanzmann a dit et répété qu’il n’y avait eu aucune chambre à gaz homicide en Allemagne, ni à Mauthausen (Autriche), mais seulement en quelques points de Pologne.

Plus tard, dans une interview reproduite dans le magazine VSD, S. Klarsfeld a dit :

[Jusqu’ici] personne ne s’est préoccupé de rassembler des preuves matérielles [des chambres à gaz homicides].

A la question : « Parce qu’il n’y avait pas encore de vraies preuves ? » il a répondu : « Il y avait des débuts de preuves qui embarrassaient les faurisonniens mais ne les avaient pas encore réduits au silence. »

Serge Klarsfeld

Et, là-dessus, il a promis qu’il allait enfin publier de vraies preuves avec la collaboration d’un pharmacien, J.-C. Pressac. L’échantillon de preuve « définitive » qu’il a offert est un bon de réception de quatorze pommes de douche et d’une porte étanche au gaz pour la salle de douches du crématoire-III d’Auschwitz-Birkenau [1]. S. Klarsfeld semble ignorer que les Allemands ont fabriqué avant et pendant la guerre, en quantités industrielles, des portes étanches au gaz pour tous les locaux pouvant servir de refuge éventuel, en cas de guerre des gaz. Ces portes n’ont pas plus de signification criminelle que... des masques à gaz ! Dans les bâtiments des crématoires, il y avait très souvent des douches dont l’eau chaude provenait soit de la salle de crémation des cadavres, soit de la salle d’incinération des ordures. Quant à Pressac, il avait déclaré quelques jours auparavant :

« On avait jusqu’ici des témoignages et seulement des témoignages [2] » et il a fait la même promesse que Serge Klarsfeld.

Jean-Claude Pressac

Certains journaux ont modéré leurs attaques quand ils se sont aperçus de la solidité de la position révisionniste. Certains ont même osé publier des lettres favorables à H. Roques. Mais tout le monde paraissait oublier que, depuis un arrêt de la cour d’appel de Paris, en date du 26 avril 1983, il était expressément permis à tout Français d’affirmer, de nier ou de mettre en doute l’existence des chambres à gaz. La cour avait pris cette décision au terme de la bataille judiciaire, longue de quatre ans, qui avait opposé neuf associations à Robert Faurisson. La cour avait même expliqué que, si elle avait pris cette décision, c’était à cause du sérieux du travail de Robert Faurisson sur la question.

Des personnes de droite et des personnes de gauche ont pris, avec des nuances diverses, la défense d’Henri Roques. Les personnes de droite ont tendance à voir dans le révisionnisme une sorte de réaction contre les idées de gauche tandis que des personnes de gauche y discernent une forme de révolution contre les idées reçues de l’establishment.

A droite, des députés du Front national (parti de Jean-Marie Le Pen) ont exprimé quelques doutes sur la réalité du génocide des juifs et ils se sont déclarés plus sensibles à un autre « génocide », celui des chrétiens au Liban. Quant à J.-M. Le Pen, il a fait remarquer que le chiffre total des victimes juives de la seconde guerre mondiale était l’objet de controverses historiques. Il a ajouté :

Quant aux chambres à gaz, je m’en tiens aux historiens officiels, qui pensent aujourd’hui [souligné par moi] qu’elles n’ont fonctionné qu’en Pologne [3].

Mais en France, on le sait depuis l’exemple donné par Paul Rassinier, le révisionnisme est aussi de gauche. A l’émission d’Europe n° 1, H. Roques a pu faire état, avec sa permission, du soutien que lui apportait Michel de Boüard. Ce dernier, qui a soixante-seize ans, est un homme de gauche qui a été déporté au camp de Mauthausen comme interné « N.N. ». C’était un résistant actif, très proche des communistes. Sa haute formation universitaire (c’est un ancien élève de l’École des Chartes) lui a permis de finir sa carrière comme doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Caen. Fait capital : il a été membre du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, organisme directement rattaché au Premier ministre. Il connaît les chiffres exacts de la déportation en France (à l’exception des déportés de Paris et de la région parisienne) et il déplore que le Comité n’ait pas voulu publier en 1974 le résultat d’une enquête qui avait duré vingt ans et qui portait sur le nombre des déportés et des survivants de la déportation. Le Comité craignait, en cas de publication de cette enquête, des incidents notamment avec certaines associations de déportés. Michel de Boüard est membre de l’Institut de France, une fondation qui rassemble des personnalités érudites du monde des sciences, des arts et des lettres.

Michel de Boüard

Mais, à gauche, le révisionnisme le plus actif se trouve du côté de Pierre Guillaume et de ses amis de la Vieille Taupe. Pierre Guillaume a littéralement miné l’édifice holocaustique par une inlassable activité à Paris et en province et par des initiatives personnelles d’un extrême courage. Il a publié les ouvrages de Paul Rassinier, de Robert Faurisson, la traduction en français du Mythe d’Auschwitz (de l’Allemand Wilhelm Stäglich) et un ouvrage dont il est l’auteur : Droit et Histoire où il adopte une position entièrement révisionniste. Toujours à gauche, se situe le dessinateur humoristique « Konk », très connu en France. Celui-ci vient de publier une bande dessinée : Aux Voleurs ! L’ensemble des dessins qui composent le recueil tourne en dérision les escrocs et les jobards et ses trois dernières pages illustrent d’une façon particulièrement claire et pertinente l’escroquerie du mythe des chambres à gaz. Ces trois pages mériteraient d’être reproduites à des millions d’exemplaires pour être distribuées dans toutes les écoles de France. « Konk » écrit : « On a été éduqué pour croire d’office à tout ce qui est monstrueux. »

Pierre Guillaume

Mais le gouvernement français, inquiet des progrès du révisionnisme, semble décidé à utiliser tous les moyens pour venir en aide au mythe défaillant. La France possède depuis l’année dernière un service officiel appelé « Direction de l’information historique » et rattaché au secrétariat d’État auprès des anciens combattants. Cet organisme, digne de « Big Brother », est chargé de lutter contre le révisionnisme, avec l’argent du contribuable, notamment auprès de la jeunesse. Des membres de l’Institut d’histoire du temps présent demandent l’annulation de la thèse maudite et le recours à la répression judiciaire contre H. Roques. Des enquêtes administratives ont été lancées contre les membres du jury qui a accordé à la thèse de ce dernier la mention « très bien ».

Le hasard veut que, l’année même où H. Roques a soutenu sa thèse en France, Carlo Mattogno ait, en Italie, publié Il rapporto Gerstein. Anatomia di un falso. Il « campo di sterminio » di Belzec.

Carlo Mattogno

La thèse d’H. Roques : Les Confessions de Kurt Gerstein. Étude comparative des différentes versions, se présente sous la forme de deux volumes dactylographiés d’un total de trois cent soixante-et-onze pages. Il peut être commandé à La Vieille Taupe, BP 9805, 75224 Paris cedex 05, contre la somme de trois cents francs (frais d’envoi compris).

Robert FAURISSON

Notes :

[1] VSD, 29 mai 1986, p. 3.

[2] Le Matin de Paris, 24-25 mai 1986, p. 3.

[3] National Hebdo, 5 juin 1986, p. 6.

Liens liés a l'article.robertfaurisson

AUTEURS 

  • Robert FAURISSON

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source