retour article original

dimanche 15 janvier 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Philippines
AFP, 6 septembre 2016

Philippines : La « guerre contre la drogue » de Rodrigo Duterte fait 44 morts par jour


Evacuation du cadavre d’un homme tué par la police à Quiapo city, le 3 juillet 2016

Une moyenne de 44 personnes meurt chaque jour depuis deux mois dans la « guerre contre la criminalité » lancée par le nouveau président philippin, Rodrigo Duterte, selon des chiffres officiels rendus publics mardi 6 septembre 2016. Cet avocat âgé de 71 ans a été élu en mai au terme d’une campagne populiste et outrancière sur un programme ultra sécuritaire, promettant d’en finir en six mois avec le trafic de drogue.


Philippines

La police a tué 1033 personnes dans des opérations de lutte contre le trafic de drogue depuis l’investiture de M. Duterte, le 30 juin 2016. Elle soutient que ses agents agissaient en situation de légitime défense. Par ailleurs, 1894 personnes ont été tuées dans des meurtres inexpliqués, selon la police. Les organisations de défense des droits de l’homme considèrent que ces exécutions extrajudiciaires sont commises par des civils encouragés par la rhétorique présidentielle à rendre eux-mêmes la justice. Le chiffre total de 2927 avancé mardi 6 septembre 2016 est supérieur d’un demi-millier au bilan que la police nationale avait annoncé dimanche 4 septembre. Ce nouveau bilan signifie que depuis l’arrivée de M. Duterte à la présidence, 44 personnes sont tuées en moyenne chaque jour dans sa « guerre contre la criminalité ».

Le cadavre d’un homme tué par la police à Manila, le 18 août 2016

Cette violence a été condamnée par de nombreuses capitales étrangères, ce qui est loin d’avoir intimidé l’ancien maire de la ville méridionale de Davao, connu pour son langage ordurier. « D’autres seront tués, de nombreux seront tués, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un dealer dans la rue », a déclaré le président Duterte. « Nous continuerons, je continuerai, jusqu’à ce que le dernier fabricant de drogue meure ».

Le président américain Barack Obama avait prévu, mardi 6 septembre 2016, de faire part à son homologue philippin de ses préoccupations quant à la violence de sa lutte contre la drogue. Après avoir été traité de « fils de pute » par M. Duterte, le dirigeant américain a annulé cette rencontre qui devait se tenir en marge d’un sommet, au Laos, des pays d’Asie du Sud-Est.

Agence France Presse

Des proches entourent le cadavre d’un homme tué par la police à Manila, le 18 août 2016

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source