retour article original

jeudi 8 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Europe Suisse
Le Courrier, 19 septembre 2016

Suisse : La leçon de vie d’Eric, coursier en chaise roulante

par Simon PETITE


Vue de l’hôpital cantonal de Genève

Tétraplégique depuis 1989, Eric Grassien vient d’être embauché à l’Hôpital cantonal de Genève.


Suisse

« Ça a changé ma vie », confie Eric Grassien dans sa chaise roulante un immense sourire aux lèvres. Le « ça », c`est son engagement en qualité de coursier à l’Hôpital cantonal de Genève ceci depuis le 1er juillet 2016. Cette chance, « il la doit à lui-même » insiste, Anne-Marie Ledran, assistante du Pr Philippe Morel, l’homme qui est à l`origine de la nouvelle vie d`Eric.

Eric Grassien

Il faut dire qu`Eric n`a pas eu une existence facile. En réalité, c`est tout le contraire. Juste après lui avoir donné naissance sa mère est contrainte de l`abandonner. Il ne la connaîtra jamais. A l`âge de 22 ans, Eric est fauché par un chauffard. Depuis ce jour funeste, il est tétraplégique. Seuls son bras et sa main droits ont échappé à l`immobilité. Le dernier coup du sort a lieu huit ans après son accident. Sa femme -qu`il avait épousée avant l`accident et qui lui avait donné une fille- se donne la mort après avoir assassiné leur enfant.

On aurait pu croire qu`Eric ne survivrait pas à cet enchaînement de tragédies. C`est mal connaître le personnage ! Doté d`un courage et d`une positivité incroyables, Eric décide d`aller de l`avant. Pendant dix ans, il va subvenir seul à ses besoins en vendant ses journaux de rue dans les gares romandes, dictant au passage un livre autobiographique (1).

C`est d`ailleurs à la gare de Cornavin que le Pr Morel -qui a lu son livre- rencontre pour la première fois l`infortuné. Lorsque, six mois plus tard, le directeur du département de chirurgie de l`Hôpital cantonal de Genève appelle Eric pour lui proposer un poste de coursier, ce dernier croit d`abord à une mauvaise blague.

Philippe Morel

Mais le professeur ne plaisantait pas. La preuve : Eric est aujourd`hui salarié de l`Hôpital cantonal de Genève et bénéficie d`un contrat à durée indéterminée. « Les gens me regardent différemment » explique-t-il avec fierté.

Du côté du département de chirurgie, les réactions par rapport à l`arrivée d`Eric sont très positives, comme le souligne Anne-Marie Ledran. L`humour et le moral à toute épreuve du nouveau venu ont fait de lui un élément incontournable du service. L`assistante du Pr Morel se plaît à répéter qu`Eric « donne une belle leçon de vie » à tous les collaborateurs du département. « Lorsque nous (avec le Pr Morel) avons rencontré Eric, nous lui avons proposé un temps partiel. C`est lui qui a insisté pour travailler à plein temps », se souvient-elle. Eric refuse toute charité.

Le coursier est-il gêné dans son travail de tous les jours par son handicap ? A le voir évoluer sur son lieu de travail, pas le moins du monde. Avec ses larges couloirs et ses nombreux ascenseurs spacieux, l`hôpital semble particulièrement adapté aux allées et venues de sa chaise roulante. Eric relève toutefois que des progrès restent à faire. Rien à voir, toutefois, avec le monde extérieur. Pour l`avoir accompagné pendant un après-midi, on comprend mieux pourquoi Eric a une sainte horreur des trottoirs et des escaliers. « J`ai envie de lancer un coup de gueule contre les trams les toilettes publiques ou les cinémas qui ne nous laissent entrer que par la porte de derrière », tonne-t-il. « Coup de gueule », voilà une expression qui revient souvent dans la bouche d`Eric et il n`en est pas à son premier.

Le Courrier s`est plusieurs fois fait l`écho de son combat pour la liberté de mouvement et la dignité des handicapés. Selon Eric, il faudrait que les architectes et les décideurs politiques s`assoient dans une chaise roulante pendant un ou deux mois, afin qu`ils intègrent dans leurs plans et leurs programmes les préoccupations des personnes « à mobilité réduite ». Eric refuse toutefois de réduire les handicapés à une catégorie déterminée. « On a tous un handicap », affirme-t-il. « Dans mon cas, on le voit plus que pour d`autres... »

Simon PETITE

Note :

(1) Eric Grassien, Un homme libre - le handicap à bras le corps, Editions Labor et Fides. En vente dans toutes les librairies.

Liens liés a l'article.Le Courrier

AUTEURS 

  • Simon PETITE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source