retour article original

samedi 10 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Interviews
rt.com, 5 octobre 2016

Interviews : Frédéric Pichon s’exprime à propos de la politique des Etats-Unis en Syrie


Frédéric Pichon

Les Etats-Unis ont stoppé tout contact bilatéral avec la Russie sur la Syrie et mènent une politique incompréhensible, ce qui est dû à des tiraillements au cœur du pouvoir. Le chercheur Frédéric Pichon se penche sur les possibles conséquences.


Question :

- "Comment la décision des Etats-Unis de suspendre la coopération sur le dossier syrien (1) avec la Russie va-t-elle influencer la lutte contre le terrorisme dans la région ?"

Frédéric Pichon :

- "Je crois que la position des Etats-Unis qu’on avait cru rejoindre celle de la Russie et qui consiste à dire qu’il n’y a pas de rébellion modérée (2), que le problème de la guerre en Syrie est un problème terroriste, n’était qu’une apparence. Le bombardement d’une unité de l’armée syrienne en septembre 2016 (3) l’a prouvé et il semble que les Etats-Unis ne veulent pas appliquer sincèrement cet accord. Du coup, la Russie considère que désormais elle a les coudées franches, personne ne pourra la faire sortir de Syrie, et que les Etats-Unis prennent un risque énorme à continuer de cacher la réalité. C’est-à-dire que la rébellion en Syrie est essentiellement djihadiste et soutenue par des parrains extrémistes depuis l’extérieur. Les Russes ne comptent plus sur les Etats-Unis. Ce qui est étonnant, c’est qu’il y a eu une frappe de drones américaine contre le responsable de Fatah al-Sham. Cette politique américaine est assez illisible, je pense que c’est dû aux tiraillements énormes qui ont lieu en ce moment au cœur du pouvoir américain entre certains lobbyistes, la CIA et le Pentagone".

-"Une attaque contre l’ambassade russe à Damas (4) est survenue le 4 octobre 2016, juste après l’annonce de Washington de suspendre la coopération. Pensez-vous que ces événements soient liés ?"

- "Bien entendu, rien n’arrive par hasard. Ce n’est pas la première fois que l’ambassade russe à Damas est bombardée. Il y a un an, j’avais vu et entendu cette attaque. On va dire qu’il y a une concomitance qui est peut-être le fruit du hasard. Le revirement américain sur le dossier syrien fait passer la Russie pour le diable, ce qui est une inversion des choses. Les Russes et un certain nombre de pays semblent prendre à cœur la lutte contre le terrorisme, beaucoup plus que les Etats-Unis ou les Occidentaux".

-"Bien que l’ambassade a été attaqué depuis un territoire contrôlé par les rebelles, les Etats-Unis prétendent qu’il est difficile de séparer les « bons » des « mauvais » rebelles (5). Est-ce effectivement le cas ?"

- "A partir du moment où des groupes armés acceptent de coopérer sur le terrain avec des groupes qui sont considérés par l’ONU et même par les Etats-Unis comme des organisations terroristes, on ne voit pas trop où est la complication. Ces groupes dits « modérés » commettent une erreur et, à ce titre, ils cautionnent d’une certaine manière l’extrémisme et le djihadisme. On ne voit pas comment on pourrait essayer de les séparer. On a pourtant une réponse guerrière qui est de les faire se séparer en les bombardant".

-"Le ministère des Affaires étrangères russe estime que les Etats-Unis sont prêts à un « accord avec le Diable » pour renverser Bachar el-Assad (6). Pensez-vous qu’ils soient désormais prêts à travailler davantage avec les rebelles pour y parvenir ?"

- "Je ne le crois pas du tout. A moins vraiment qu’ils soient totalement aveuglés, je ne crois pas que les Etats-Unis veuillent recommencer l’erreur qu’ils ont commise en Irak. C’est-à-dire de participer au démantèlement et ne pas être capable de gérer l’après. S’ils avaient voulu le faire, ils l’auraient fait depuis longtemps, bien avant 2015. Je pense que Barack Obama a bien conscience que conserver en l’état les structures du gouvernement syrien, c’est indispensable".

-"Le représentant russe auprès de l’ONU estime que les efforts conjoints des Etats-Unis et de la Russie sont le moyen le plus efficace pour aboutir à une paix en Syrie. Pensez-vous que cette coopération puisse être rétablie ?"

- "Ces dernières semaines ont été illustrées par de véritables trahisons des accords qui avaient été conclus entre les deux puissances. La confiance est quand même sérieusement minée. Maintenant, la politique de la Russie est de s’appuyer toujours sur le droit international et d’en arriver par les solutions légales au niveau du droit international à faire converger des acteurs sur ces objectifs. Côté russe, je ne pense pas qu’on abandonnera cette solution, mais je ne sais pas si cela fonctionnera".

rt.com

Notes :

(1) https://francais.rt.com/international/27154-syrie-washington-suspend-pourparlers

(2) https://francais.rt.com/international/26968-washington-menace-geler-cooperation-syrie

(3) https://francais.rt.com/international/26662-syrie--selon-moscou-drone

(4) https://francais.rt.com/international/27177-lambassade-russie-damas-cible-tirs

(5) https://francais.rt.com/international/26455-washington-informe-moscou-opposition-moderee-syrie

(6) https://francais.rt.com/international/27167-etats-unis-sont-prets-accord

Liens liés a l'article.rt.com

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source