retour article original

samedi 10 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Interviews
rt.com, 18 octobre 2016

Interviews : Marcus Papadopoulos


Marcus Papadopoulos

Les comptes bancaires de RT ont été bloqués, car de plus en plus de Britanniques y trouvent une version alternative de l’actualité, ce qui va à l’encontre des intérêts des grands médias et du gouvernement, estime le journaliste Marcus Papadopoulos.


Question :

- "Il n’y a eu aucune explication des raisons pour lesquelles les comptes ont été bloqués (1) et la décision n’est pas sujette à discussion, faut-il s’attendre à une explication officielle ?"

Marcus Papadopoulos :

- "C’est une affaire extrêmement déroutante, c’est une journée très triste pour la liberté d’expression en Grande-Bretagne. C’est inacceptable que les banques britanniques de RT disent tout simplement à leur client, avec lequel ils ont travaillé pendant dix ans, que la décision de bloquer leur comptes est définitive et qu’il n’y aura de discussion. Si ma banque m’envoyait une lettre, m’informant que mes comptes bancaires étaient gelés, je m’attendrais à ce que la raison me soit expliquée. RT a tous les droits de s’attendre à cela de la part de la banque.

J’espère sincèrement que cela n’a pas de motifs politiques, car nous savons que le gouvernement britannique n’est pas content du fait que RT travaille dans leur pays. La raison c’est que RT a énormément de spectateurs en Grande-Bretagne, beaucoup de Britanniques s’attachent de plus en plus à RT pour avoir l’information sur les sujet clé du monde, y compris les sujets britanniques. Les Britanniques deviennent de plus en plus persuadés que les versions alternatives présentées par RT sont plus honnêtes que ce qu’ils entendent sur Sky News, par exemple".

-"Est-ce normal qu’il n’y ait pas eu d’avertissement avant l’annonce officielle qui est assez catégorique ?"

- "Un tel comportement envers son client de n’importe quelle banque du monde est inacceptable. Une banque sans sa clientèle n’est rien. C’est pourquoi il faut exercer une pression sur les banques britanniques de RT en vue d’obtenir des explications sur ce qui a conduit à cette décision et qu’elles répondent clairement, par écrit. Si elles ne le font pas, les gens commenceront à se demander si cette décision était politique.

Je pense qu’il faudra également une explication du gouvernement britannique, peut-être du ministère des Affaires étrangères ou du Trésor. RT a tous les droits de diffuser son contenu en Grande-Bretagne, et si aucune banque ne permet à RT d’être son client, cela pourra mettre fin aux diffusions de RT dans ce pays, ce qui sera une catastrophe pour la liberté d’expression".

-"La porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué qu’apparemment Londres s’était libéré de ses engagements dans le domaine de la liberté d’expression, en quittant l’Union européenne. Qu’en pouvez-vous dire ?"

- "Depuis le mois de juin 2016, on évoque beaucoup le fait que la Grande-Bretagne n’a plus besoin de se référer aux actes de droit de l’Homme européen. La situation d’aujourd’hui pourrait être encore une preuve que le gouvernement britannique espère faire ce qui lui plaît, sans se limiter, une fois le pays sorti de l’Union européenne (2). Dans le domaine des médias, la Grande-Bretagne sans limites n’est pas une Grande-Bretagne saine pour les citoyens britanniques. Les Britanniques ont le droit d’avoir des sources d’informations alternatives. RT correspond à cette nécessité, et si le Royaume-Uni l’interdit, cela montre de nouveau que son image de liberté, de droits de l’homme, de liberté des médias n’est qu’une façade".

-"Il y a deux ans, les bannières de RT ont été enlevées partout à Londres. Peut-on le considérer comme campagne contre RT ?"

- "Je dirais qu’il y a une campagne tranquille et concertée pour faire cesser la diffusion de RT en Grande-Bretagne. Les médias occidentaux (3) comprennent qu’en 2016 ils ne sont plus les seuls. Ce ne sont plus les années 1990 quand CNN, Fox News, Sky News et BBC pouvaient dire tout ce qu’ils voulaient sur les événements en ex-Yougoslavie et en Irak. Ce fut un tournant, lorsque RT est venu sur l’arène globale pour offrir à la population mondiale une alternative crédible et bien présentée des événements en Syrie, en Ukraine. Beaucoup de Britanniques comprennent maintenant, grâce à la couverture de RT en Syrie que les terroristes qui jouissent du soutien du gouvernement britannique et américain sont idéologiquement les mêmes personnes qui ont commis les attentats à Londres et qui voudraient le faire partout au Royaume-Uni. Les Britanniques savent que l’argent des contribuables britanniques est versé à des terroristes islamistes en Syrie par leur propre gouvernement. Comment le savent-ils ? En grande partie grâce au travail, aux efforts, à la détermination de RT. Si RT perd la possibilité d’émettre en Grande-Bretagne, le peuple britannique en souffrira et ne sera plus au courant de ce que fait leur gouvernement en Syrie, en Libye, en Ukraine et c’est très dangereux".

Propos recueillis par rt.com

Notes :

(1) https://francais.rt.com/international/27696-redactrice-en-chef-rt-comptes-bancaires-chaine-bloques-royaume-uni

(2) https://francais.rt.com/international/27116-brexit-theresa-may-processus-sortie-ue-fin-mars

(3) https://francais.rt.com/opinions/25633-provoquer-guerre-medias

Liens liés a l'article.rt.com

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source