retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burundi
sputniknews, 9 novembre 2016

Le Burundi ou le courage de tout un pays

par Mikhail GAMANDIY-EGOROV


Des manifestants à Bujumbura, le 4 juin 2015

Dans un monde où la multipolarité s’impose de jour en jour, il ne faut pas forcément être grand ou puissant pour assumer pleinement sa souveraineté et défendre ses intérêts nationaux.


Burundi

Une conférence de presse a été organisée, à Moscou, par l’ambassade du Burundi en Russie. A ce titre, l’ambassadeur burundais, Dr. Edouard Bizimana, a fait un exposé de la situation au Burundi, des pressions occidentales auxquelles fait face le pays, des éclairages politisés émanant des médias du mainstream occidental, de l’initiative de quitter la Cour pénale internationale (CPI) et des soutiens extérieurs.

Edouard Bizimana

Tout d’abord, M. Bizimana a rappelé les raisons invoquées par certaines forces, intérieures comme extérieures, pour créer la déstabilisation dans le pays dans le cadre de la dernière élection présidentielle. Et avait expliqué les positions du gouvernement burundais. Il a également noté que les attaques armées contre les forces de l’ordre ne pouvaient plus être caractérisées comme étant des « manifestations pacifiques », ce sur quoi insistaient les élites occidentales, politiques comme médiatiques. En passant, cela ne vous rappelle rien ? La Syrie ? L’Ukraine ? Le Venezuela ? Comme quoi, les méthodes de « certains » restent les mêmes un peu partout.

Malgré les défis lancés à la nation burundaise et les grandes pressions extérieures, la situation a réussi à se stabiliser. Le pays a aujourd’hui retrouvé une vie normale. D’ailleurs, un fait notoire qui a été rappelé par l’ambassadeur du Burundi : celui qu’aucune ambassade étrangère n’avait fermé ses portes à Bujumbura, y compris durant la période annoncée comme « critique » dans les médias occidentaux. M. Bizimana a aussi rappelé que les pays occidentaux avaient adopté la mauvaise approche dès le départ et devraient, à ce titre, revoir leur politique envers le Burundi. Une politique qui, selon l’ambassadeur, reste la recherche de la domination de la vie politique du pays et l’exploitation de ses ressources. Ce à quoi s’oppose radicalement le leadership de la République du Burundi.

L’ambassadeur burundais n’a pas manqué d’évoquer aussi la récente annonce du Burundi de quitter la Cour pénale internationale, décision largement soutenue par le parlement du pays, faisant du Burundi le premier pays africain à avoir officiellement annoncé son retrait de cette institution, accusée par de nombreux Africains et observateurs étrangers d’être une cour servant les intérêts néocolonialistes. Une décision pour rappel presque immédiatement suivie par l’Afrique du Sud, leader du continent africain ayant déjà rempli tout le protocole de retrait de la Cour pénale internationale, puis par la Gambie. A notre question posée à Dr. Bizimana afin d’avoir son opinion si ce processus de retrait de la Cour pénale internationale par les Etats africains serait global au niveau continental, y compris au niveau des pays francophones, l’ambassadeur s’est dit optimiste et croit effectivement à un retrait généralisé des pays africains de cette institution, à la réputation fortement négative.

Des manifestants exhibent des cartouches, à Bujumbura, en juillet 2015

Le représentant de la mission diplomatique burundaise en Russie n’a pas manqué de remercier les pays ayant soutenu le Burundi dans la défense de sa souveraineté nationale, et ce malgré les fortes pressions exercées, aussi bien au niveau africain qu’externe. En l’occurrence, la République démocratique du Congo, pays voisin du Burundi et avec lequel la coopération n’a jamais cessé, à la différence du Rwanda, autre voisin qui lui est accusé d’avoir participé aux tentatives de déstabilisation. En outre, la Russie et d’autres pays amis du Burundi ont été remerciés pour leur soutien international, y compris au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. L’ambassadeur a d’ailleurs rappelé que la Russie et le Burundi traversent actuellement un moment important de leurs relations bilatérales, aussi bien au niveau politique qu’économique. En parlant d’économie, des investisseurs russes s’intéressent à investir au Burundi. Certains s’y sont déjà implantés.

Comme quoi et une fois de plus, le temps est plus que jamais au changement. Si les élites occidentales ont toujours du mal à se débarrasser de leur mentalité d’imposer un diktat dans ce qu’ils considèrent encore comme leur « pré-carré », l’exemple du Burundi, pays d’un petit plus de 10 millions d’habitants, confirme à lui seul que l’heure est plus que jamais à la souveraineté et à la dignité, dans un cadre multipolaire. Chaque nation, quelle qu’elle soit, est libre de choisir la politique à adopter pour son développement, de même que dans le choix de ses partenaires. Si l’Occident politique a encore beaucoup de mal sur ce sujet, il devra néanmoins se rendre rapidement à l’évidence, au risque de perdre tous ses intérêts en Afrique sur le long-terme. L’Afrique digne se réveille. Le processus enclenché par le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie vis-à-vis de la Cour pénale internationale ne fait que le confirmer. D’autres suivront sous peu. Quant aux puissances non-occidentales comme la Russie et la Chine, ou encore l’Iran, ils soutiendront certainement à leur niveau aussi ce processus qui ne compte nullement s’arrêter.

Mikhail GAMANDIY-EGOROV

Des soldats à Bujumbura, le 3 février 2016

Liens liés a l'article.sputniknews

AUTEURS 

  • Mikhail GAMANDIY-EGOROV

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source