retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 4 septembre 2004

Irak : Au moins 17 tués dans l’explosion d’une voiture piégée à Kirkouk


KIRKOUK (AFP) - Au moins 17 personnes ont été tuées et 32 ont été blessées, samedi 4 septembre 2004, par l’explosion d’une voiture conduite par un kamikaze devant l’académie de police de la ville pétrolière de Kirkouk, a affirmé le directeur de l’hôpital général de la ville.


"Nous avons reçu pour le moment 15 tués et 32 blessés", a affirmé Rida Abdallah. Le journaliste de l’AFP a vu des ambulances continuer à arriver sur le lieu de l’explosion. "Une voiture conduite par un kamikaze a explosé en face de l’académie de police sur la place al-Ihtifalat dans le sud-ouest de Kirkouk à 15h45 (11h45 GMT) et il y a beaucoup de morts et de blessés", avait auparavant indiqué le chef de la police de la ville, le général Chirkou Chaker Hakim. La police irakienne est déployée dans toute la ville, les principales rues sont bloquées et les forces américaines ont établi des barrages.

L’armée américaine a lancé, samedi 4 septembre 2004, une vaste offensive contre la résistance, dans le nord de l’Irak, alors que deux oléoducs ont été sabotés dans le sud du pays, affectant les exportations de brut qui sont déjà totalement stoppées dans le nord. Au moins huit personnes ont été tuées et quarante-deux blessées, dont deux pilotes d’un hélicoptère américain, dans des combats qui opposent les soldats américains à la résistance dans le centre de Tall Afar, pilonnée par l’aviation américaine.

La 2e Division d’infanterie a annoncé dans un communiqué avoir lancé vers 08h00 (04h00 GMT) une vaste offensive dans cette ville située à 60 km à l’ouest de Mossoul pour "tuer ou arrêter des membres d’une cellule terroriste" non identifiée. Mais elle a rencontré une résistance farouche et les combats se poursuivaient en milieu d’après-midi, selon un correspondant de l’AFP. Des chars, des avions de combat et des hélicoptères pilonnaient les positions de la résistance. Des explosions retentissaient et des colonnes de fumée s’élevaient du centre-ville, selon la même source. Tall Afar, habitée majoritairement par des Arabes et des Turcomans d’obédience chiite, est devenue un "repaire pour les terroristes venant de Syrie", selon l’armée américaine. La frontière syrienne se trouve à environ 75 km de cette ville.

Le directeur de l’hôpital de la ville Fawzi Ahmed a indiqué avoir "reçu les corps de huit personnes alors que quarante blessés ont été admis à l’hôpital", sans préciser s’il s’agissait de civils, de policiers ou de résistants. L’armée américaine a annoncé dans un communiqué avoir tué deux "terroristes" et en avoir arrêté un autre, sans qu’il soit possible de savoir si ces morts figuraient dans le bilan hospitalier.

Deux pilotes d’un hélicoptère Kiowa OH-58D ont pour leur part été blessés vers 09h00 (05h00 GMT) lors d’un atterrissage forcé qui s’est produit "pour une raison encore indéterminée", a affirmé l’armée américaine. "Vers 10h40 (06h40 GMT), en réponse aux tirs ennemis incessants, l’aviation a été appelée en renfort et a commencé à larguer des bombes près de la ville. Aucune victime n’a été rapportée", a ajouté l’armée.

Par ailleurs, deux oléoducs ont été sabotés samedi dans le sud de l’Irak, affectant les exportations de brut, a indiqué le directeur général de la Compagnie pétrolière du sud (SOC), Jabar Ali al-Aibi. "Le sabotage a endommagé deux oléoducs en parallèle, le premier achemine le pétrole vers la station électrique de Harithah et le second de la localité Nahr Omar à Zoubeir", 20 km au sud de la ville méridionale de Bassorah, a-t-il déclaré à l’AFP. "Les exportations vont être affectées sans qu’il soit possible pour le moment d’en connaître le montant", a-t-il ajouté. A Zoubeir, se trouvent d’énormes champs pétrolifères et des réservoirs à partir desquels le pétrole est acheminé vers les terminaux pour l’exportation.

Les exportations de brut depuis le sud de l’Irak se situaient à la fin août à un niveau de 1,8 million de barils par jour, en dépit d’une série d’attaques contre des oléoducs. Les exportations de brut à partir du nord de l’Irak sont interrompues depuis le sabotage, jeudi 2 septembre, de l’oléoduc reliant Kirkouk au port turc de Ceyhan et qui était toujours en feu samedi 4 septembre 2004. "Les travaux pour réparer l’oléoduc pourraient prendre jusqu’à sept jours", a indiqué le chef de la sécurité des oléoducs de la Compagnie pétrolière du Nord (NOC), Ahmed Hassan Ghafif.

Par ailleurs, huit personnes, dont au moins cinq civils, ont été blessées, à Falloujah, dans des tirs attribués à l’armée américaine, selon une source médicale. L’armée américaine n’avait pas d’information dans l’immédiat sur un tel incident.

Douze policiers tués dans une opération au sud de Bagdad

Douze policiers irakiens ont été tués et cinq Gardes nationaux ont été blessés, samedi 4 septembre 2004, dans une vaste opération contre la résistance, dans la ville rebelle de Latifiya, à 30 km au sud de Bagdad, a affirmé à l’AFP un capitaine des services de renseignements de la Garde nationale. "Douze policiers ont été tués alors que cinq gardes nationaux ont été blessés et 200 suspects ont été arrêtés dans le quartier al Baas, au centre de Latifiya", a déclaré cet officier basé dans la caserne de Mahmoudiya (25 km au sud de Bagdad) et qui a refusé de révéler son nom.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source