retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, AP, 5 septembre 2004

Irak : Féroces combats dans le Nord, entre la résistance et l’occupant


L’attente de la libération des deux journalistes français se prolongeait, dimanche 5 septembre, Paris prônant "la discrétion, la mesure et la patience" dans cette affaire, alors que des combats ont repris à Tall Afar, dans le nord de l’Irak, où au moins 13 personnes avaient été tuées samedi 4 septembre 2004.


La libération des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, présentée, jeudi 2 septembre, comme imminente, se faisait toujours attendre dimanche 5 septembre. "Toutes les indications confortent l’espoir d’une prochaine libération" mais "la plus grande prudence s’impose", a déclaré le ministre de l’Intérieur français Dominique de Villepin en accueillant, samedi 4 septembre 2004, à Paris, la délégation du Conseil français du culte musulman (CFCM), de retour d’Irak.

Fouad Alaoui, un des membres de la délégation du CFCM, l’organe représentatif des musulmans français, a indiqué avoir "grande confiance pour que l’aboutissement soit positif". Dans un entretien publié, dimanche 5 septembre 2004, par le quotidien régional français L’Est républicain, Mohammed Bechari, un autre membre de la délégation, a affirmé que, à la suite d’une "rumeur", les ravisseurs des Français avaient voulu faire mourir les deux journalistes, pensant qu’ils étaient "des agents au service de certains pays engagés dans le conflit". "Nous avons évidemment démenti cette rumeur", a-t-il ajouté.

Le ministre des Affaires étrangères français Michel Barnier est rentré, samedi 4 septembre 2004 au soir, à Paris, après une mission de plusieurs jours dans la région visant à obtenir la libération des deux Français. Rappelant que, selon ses informations, Christian Chesnot et Georges Malbrunot "seraient en bonne santé et sont correctement traités", M. Barnier a ajouté qu’"il faut analyser ces informations avec toutes les précautions nécessaires". "La patience, la mesure et la discrétion sont toujours une garantie et un élément de la sécurité", a-t-il dit. "Il ne serait franchement pas responsable de ma part de faire un pronostic" concernant le jour de leur libération, a-t-il ajouté.

Un officier américain du Commandement central (Centcom) américain, a déclaré, samedi 4 septembre, que la Force multinationale (FMN) que dirigent les Etats-Unis en Irak avait aidé Paris à s’adresser "aux interlocuteurs adéquats" pour négocier la libération des journalistes. Christian Chesnot et Georges Malbrunot ont été enlevés, le 20 août 2004, avec leur chauffeur syrien, sur la route de Bagdad à Najaf. Leurs ravisseurs, "l’Armée islamique en Irak", exigent que la France abroge une loi interdisant le port des signes religieux ostensibles, comme le voile islamique, à l’école publique.

Ce groupe islamiste, déjà responsable de l’assassinat du journaliste italien Enzo Baldoni, a revendiqué, dans une vidéo diffusée, samedi 4 septembre, par la chaîne qatariote Al-Jazira, l’attentat ayant visé, mercredi 1er septembre 2004, le convoi du chef du Congrès national irakien (CNI), Ahmed Chalabi.

En Italie, Piero Fassino, secrétaire national des Démocrates de gaucheopposition), a déploré, samedi 4 septembre 2004, que son gouvernement n’ait pas déployé les mêmes efforts que la France pour la libération d’Enzo Baldoni.

Dans le nord de l’Irak, les combats ont repris, dimanche 5 septembre 2004 au matin, entre la guérilla et les forces américaines et irakiennes, dans le centre de la ville de Tall Afar, qui a été bombardé par des hélicoptères. Deux Irakiens ont été tués et neuf autres ont été blessés dans les combats, a indiqué Faouzi Ahmad, directeur de l’hôpital de la ville, sans préciser s’il s’agissait de civils ou de combattants. Selon le lieutenant de police irakien Ghaith Mohammad al-Obeidi, la résistance contrôlait totalement la ville vers 11h00 (07h00 GMT).

L’armée américaine avait lancé, samedi 4 septembre 2004, une vaste offensive contre cette ville, située à 70 km de la frontière syrienne Syrie et qu’elle considère comme un "repaire pour les terroristes venant de Syrie". En six heures de combats, au moins 13 personnes avaient été tuées et 58 autres blessées, dont deux pilotes d’un hélicoptère américain abattu par les résistants.

D’autre part, le corps sans vie d’un ressortissant égyptien a été retrouvé, dimanche 5 septembre 2004, sur une route proche de Baïji, selon des sources médicale et policière. "Un otage égyptien, Nasser Salam" a "été retrouvé les pieds et poignets ligotés, avec une balle dans la tête, et étranglé par un keffieh", a indiqué un officier de police, Mohamed Issama, mais l’ambassade d’Egypte à Bagdad a indiqué qu’aucun ressortissant égyptien en Irak portant ce nom n’était porté disparu.

Enfin, la Compagnie de pétrole du Nord (NOC) a indiqué que l’incendie qui ravage, depuis jeudi 2 septembre, l’oléoduc reliant Kirkouk à la Turquie, après un sabotage ayant interrompu les exportations de brut par le nord de l’Irak, devait être éteint dimanche 5 septembre, et que les travaux de réparation commenceraient lundi 6 septembre 2004.

Agence France Presse

Une voiture piégée explose à l’extérieur d’une base américaine au nord de Bagdad

BAGDAD (AP) - Une voiture piégée a explosé à l’extérieur d’une base américaine à Dijiel, une ville située à 40 km au nord de Bagdad, ont annoncé, dimanche 5 septembre 2004, l’armée américaine et la police irakienne. Un soldat américain et deux civils irakiens ont été blessés par l’explosion, a précisé le sergent Robert Powell, porte-parole de la 1ère Division d’infanterie. Il a ajouté que trois suspects, arrêtés près du site de l’attentat, avaient été emmenés à la base pour y être interrogés. Le soldat blessé se trouvait dans un état stable après avoir été évacué dans un hôpital militaire, selon le sergent Powell, alors que les Irakiens blessés étaient soignés sur le site de l’explosion. Selon des témoins, une Volkswagen a explosé près de la base et un Humvee américain était en feu.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source