retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
sputniknews, 8 novembre 2016

Informations internationales : Ces 4 médias invisibles qui influencent les actualités du monde entier


Le 9 juillet 2016, deux colonnes de croyants orthodoxes sont parties, l’une de l’Est de l’Ukraine, l’autre de l’Ouest pour se retrouver à Kiev, célébrer ensemble la traditionnelle fête du baptême de la Russie (l’Ukraine ayant toujours fait partie de la Russie –kiévienne, de Moscou, de Saint Saint-Pétersbourg ou soviétique). Ce long pèlerinage tout en prière est une marche pour la paix et pour l’unité du pays. Alors que les autorités ne cessent de décrier les volontés séparatistes, elles auraient dues applaudir cette initiative. Mais non, elle leur fait peur et pour cause

Ces quatre agences de presse les plus influentes du monde, qui constituent la principale source (et souvent unique) des actualités internationales, sont souvent inconnues du grand public. D’où proviennent les actualités que vous lisez, regardez ou écoutez chaque jour dans les différents médias ? Et si on vous disait qu’il n’y a qu’une seule source ?


Le 27 juillet 2016, à Kiev, entre 30000 et 80000 personnes, selon les sources, se sont retrouvées pour prier ensemble. Une foule pacifique, lumineuse, joyeuse, très loin des marches aux flambeaux organisées par les nationalistes, loin des cris de guerre et de l’agressivité d’un pouvoir chancelant. La symbolique est très forte : une partie du peuple est ouvertement entrée en dissidence, appelle à la paix et montre que c’est possible

Vous êtes-vous jamais posés la question : mais d’où viennent les actualités et pourquoi les médias que vous consultez parlent tous en gros de la même chose ? La chaîne germanophone Medien Klagemauer TV (1) s’inquiète de la propagande unanime des médias et lance une alerte pour expliquer à son public à quoi il est confronté. Il s’agit de l’ossature sur laquelle se base tout le système médiatique et pourtant elle est presqu’inconnue du grand public. La majorité des nouvelles internationales proviennent de quatre agences de presse seulement basées à New York, Paris, Londres et Berlin.

Le monopole de ces quatre agences a plusieurs conséquences :

Il détermine le choix des sujets, de quoi on parle ainsi que de quoi on ne parle pas. Les reportages présentent souvent des similitudes, voire sont totalement les mêmes. Medien Klagemauer TV (Kla tv) prend en exemple que les principaux médias n’ont pas parlé de la procession de paix en Ukraine et du voyage de paix à Moscou, puisque selon la radio-télévision suisse SRF « les grandes agences de presse n’en ont rien dit ». Selon Kla.tv, cet événement a été crucial, car son but était d’inciter le gouvernement de Kiev à mettre fin à la guerre dans le Donbass.

« Des participants parlent d’environ 100000 personnes qui seraient arrivées à Kiev. D’autres parlent de chiffres allant jusqu’à un million de personnes qui ont passé la nuit dans Kiev et autour de Kiev dans de nombreux camps de tentes, chez des milliers de particuliers, dans des institutions religieuses et des hospices et qui, après la procession, sont rentrées chez elles dans des cars et des trains en grand nombre », raconte la chaîne.

Vidéo : Voici la cérémonie à Kiev

https://www.youtube.com/watch?v=WI6FP0r9NOQ

D’après la chaîne allemande, « le gouvernement de Kiev s’est gardé de révéler le vrai nombre de participants ». Et de souligner, « la procession de paix a été minimisée par les médias principaux occidentaux ou n’a pas du tout été mentionnée bien que les images en disent long ». Mais à la question adressée à la radio-télévision suisse le 25 juillet 2016 de savoir pourquoi elle n’avait rien dit sur la procession de paix en Ukraine, la radio a coupé net : « À ce jour, nous n’avons reçu des agences indépendantes, dont nous recevons des images (Reuters, AP, AFP), aucune information et aucun matériel vidéo concernant cette marche. Selon les recherches de notre correspondant, la marche n’est pas aussi importante que prétendue. » Mais qui se trouve derrière ces grandes agences de presse ? Kla tv nous les présente :

• L’agence américaine Associated Press (AP), avec plus de 4000 employés dans le monde entier, AP appartient aux entreprises de médias des États-Unis et à sa rédaction principale à New York. Les informations de l’AP sont utilisées par environ 12000 médias et atteignent ainsi chaque jour plus de la moitié de la population mondiale.

• L’Agence France Presse (AFP), qui est quasiment publique, a son siège à Paris et emploie également environ 4000 personnes. Chaque jour, l’AFP expédie plus de 3000 informations et 2500 photos à des médias dans le monde entier.

• L’agence britannique Reuters à Londres, est une agence privée, et emploie un peu plus de 3000 personnes. En 2008, Reuters a été acheté par Thomson le patron canadien des médias –une des 25 personnes les plus riches du monde– et a fusionné en Thomson Reuters dont le siège est à New York.

• L’agence de presse allemande (DPA) emploie environ 1000 journalistes dans environ 100 pays. La DPA possède des maisons d’édition de médias allemands et des stations de radiodiffusion. Sa rédaction principale est depuis 2010 dans la Axel-Springer-Hochhaus à Berlin. La DPA collabore étroitement avec l’AP américaine et possède la licence pour la commercialisation des services de l’AP dans l’espace germanophone.

Si on regarde de plus près, on constate que les sujets traités par ces quatre agences de presse ainsi que les angles d’attaques sont souvent les mêmes, explique la Medien Klagemauer TV. Et même si déjà quatre agences de presse comme principales sources d’information pour le monde entier sont déjà loin d’être suffisantes, en réalité il n’y a qu’une vision mainstream derrière et une illusion de choix.

C’est-à-dire que « le droit de la population mondiale à la liberté de la presse et à la liberté d’opinion est bafoué », constate Kla tv.

Bien entendu, il ne faut pas oublier qu’il existe à côté de ces grandes agences de presse des agences nationales plus petites. Pourtant, elles ne disposent souvent d’aucun réseau de correspondants à l’étranger, c’est-à-dire, aucune possibilité de voir ce qui se passe à l’extérieur du pays par leurs propres yeux. Il ne leur reste qu’à collaborer avec ces quatre grandes agences pour avoir de l’actualité mondiale. Ne vous laissez donc pas tromper : si c’est écrit « avec l’AFP » c’est bien de l’information diffusée par l’AFP et non pas par le média que vous consultez et c’est aussi le point de vue de l’AFP. Ce système médiatique d’agences qui permet d’être informé de tout ce qui se passe dans le monde en quasi temps réel présente les inconvenants de n’offrir qu’une vision des évènements, de sélectionner ces derniers, voire pire, si la source rapport un fait de manière erronée tous les médias vont le relayer de manière erronée. Pour permettre une vraie liberté de l’information, la France, qui s’est bien gardée de libéraliser son agence de presse, à l’époque des radios libres et des premières chaînes de télévision privées, pourrait prendre exemple sur le monde russophone. Alors que la Russie est souvent décriée, il existe pourtant trois agences de presse dans ce pays, deux publiques dont Rossiya Segodnya et une privée.

sputniknews

Note :

(1) https://www.kla.tv/index.php?a=showaboutus

Liens liés a l'article.sputniknews

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source