retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en France
rt.com, 25 janvier 2017

Corruption : François Fillon est scandalisé par la « misogynie » de l’article accusant sa femme d’avoir eu un emploi fictif


Pénélope et Francois Fillon

Après la révélation que l’épouse du candidat à l’élection présidentielle aurait perçu des centaines de milliers d’euros de rémunération, notamment à titre de collaboratrice de son mari, ce dernier a vivement nié qu’il s’agissait d’un emploi fictif.


France

« Je vois que la séquences des boules puantes est ouverte. Je ne ferai pas de commentaire parce qu’il n’y a rien à commenter. Et je voudrai simplement dire que je suis scandalisé par le mépris et par la misogynie de cet article [...] Alors parce que c’est mon épouse, elle n’aurait pas le droit de travailler ? », s’est offusqué François Fillon lors d’un déplacement dans la Gironde.

Le candidat de la droite à l’élection présidentielle était appelé à réagir à un article publié le 25 janvier 2017 par le journal Le Canard enchaîné, accusant sa femme, Pénélope Fillon, d’avoir été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci, ainsi que par la Revue des deux mondes.

Thierry Solère, porte-parole du candidat, a confirmé à l’AFP que Pénélope Fillon avait « bien été la collaboratrice de François Fillon » et qu’elle avait « travaillé à la Revue des deux mondes ». « Il est fréquent que les conjoints de parlementaires soient leurs collaborateurs », a-t-il affirmé, sans citer de chiffre de rémunération.

Thierry Solère

D’après « les feuilles de paie » de Pénélope Fillon, évoquées par l’hebdomadaire français, celle-ci aurait été rémunérée de 1998 à 2002 par son mari, député de la Sarthe, sur l’enveloppe réservée à cet effet pour les députés et les sénateurs.

Le fait d’embaucher des proches comme collaborateurs à l’Assemblée ou au Sénat n’est pas interdit pour les parlementaires, à condition que ce ne soit pas un emploi fictif. Ces emplois dits « familiaux », qui nourrissent des suspicions, sont pourtant critiqués par certains politiques, comme le candidat à la primaire de la gauche Benoît Hamon, qui, en réaction à la polémique, a proposé qu’on « n’ait plus le droit d’embaucher ni un enfant, ni son cousin, ni un parent, ni sa femme ».

Benoît Hamon

L’enveloppe qui sert à rémunérer les assistants parlementaires, basés à l’assemblée ou dans les permanences des circonscriptions, vient en sus de l’indemnité du député. « Calculé en principe pour trois collaborateurs », selon le site de l’assemblée, son montant est de 9561 euros par mois actuellement.

A partir de 2002, après l’entrée de François Fillon au gouvernement, Pénélope Fillon, sans profession connue et qui est toujours restée en retrait des activités politiques de son mari, devient collaboratrice du suppléant de celui-ci, Marc Joulaud. D’après les chiffres obtenus par Le Canard enchaîné, c’est à cette période qu’elle sera rémunérée le plus (de 6900 à 7900 euros mensuels).

Marc Joulaud

Une collaboratrice de François Fillon de l’époque, interrogée par Le Canard, dit « n’avoir jamais travaillé avec elle ». « Je n’ai pas d’info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre », assure-t-elle.

Le journal affirme que Pénélope Fillon a de nouveau été rémunérée en 2012 « pendant six mois au moins » quand François Fillon est redevenu député, après cinq ans à Matignon. « Au total, Pénélope aura perçu environ 500000 euros brut sur les caisses parlementaires » en huit ans, affirme l’hebdomadaire.

Pénélope Fillon « a toujours travaillé dans l’ombre, car ce n’est pas son style de se mettre en avant », a fait valoir Thierry Solère, qui précise aussi que celle-ci est « diplômée ».

Le Canard Enchaîné affirme également que Pénélope Fillon a été salariée, entre le 2 mai 2012 et décembre 2013, de la Revue des deux mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière (Pdg de Fimalac), un ami de François Fillon. Elle touchait alors environ 5000 euros bruts par mois.

Interrogé par l’hebdomadaire, le directeur de la revue, Michel Crépu, se dit « sidéré » : « Je n’ai jamais rencontré Pénélope Fillon et je ne l’ai jamais vue dans les bureaux de la revue ».

rt.com

Michel Crépu

Liens liés a l'article.rt.com

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source