retour article original

mercredi 23 août 2017
Vous êtes ici Accueil Le lobby juif
lapravda, 3 février 2017

Le lobby juif : Alain Soral préoccupe la CICAD

Suivi d’un commentaire


Chaque année la CICAD (Coordination Intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation) publie un rapport sur l’antisémitisme. Elle établit une classification des actes antisémites en Suisse-Romande (graves, sérieux, préoccupants). Cette année, le nombre de ces actes serait de 153 (1) (contre 164 en 2015).


Suisse

Alain Soral, Egalité&Réconciliation ainsi que Dieudonné occupent une place importante dans ce rapport. On peut y voir une manière d’adouber ceux qui proposent une critique sérieuse et subversive de l’influence du lobby pro-israélien sur différents pouvoirs en place. Ceux qui se réclament de la dissidence, qui pensent que leur parole est subversive et qui revendiquent une audience massive doivent probablement être déçus de ne pas y figurer.

Dieudonné et Alain Soral

L’entretien avec Alain Soral pour lapravda.ch de mai 2016 (2) a visiblement attiré l’attention de la CICAD. Quelques passages de cet entretien ont été reproduits à la page 9. On notera que la partie en gras (ci-dessous) n’apparait pas dans la retranscription de la CICAD. Omission involontaire ou volonté délibérée de ne pas mettre en lumière un passage qui pourrait être gênant pour leur narration ?

« quand je vois certains signes comme la puissance incroyable de la CICAD en Suisse, je me dis que la Suisse est en train de passer sous contrôle mondialiste. Les signaux d’alerte sont toujours les mêmes, c’est, en général : religion de la Shoah, culpabilisation sur tout ce qui est fierté nationale et identité nationale, l’imposition de force de l’idéologie antiraciste, qui est en général à deux vitesses.

Cela a à voir avec une domination de plus en plus violente d’une communauté qui, en fait, s’appuie essentiellement sur son pouvoir financier international pour imposer sa vision dominatrice, qui correspond tout à fait à la vision de l’Ancien Testament, et habiller ce désir et cette volonté de domination par, soi-disant, un combat de défense des minorités, puisqu’elle serait une minorité –soi-disant opprimée, alors qu’elle est aujourd’hui, de toute évidence, une minorité agissante– et se cacher derrière l’antiracisme pour en fait imposer une vision qui, elle, est totalement raciste, qui est la vision de ce qu’on appelle le « peuple élu », avec le projet de Terre promise. La Terre promise, on commence à le comprendre de plus en plus, ne se limitant pas à la Palestine biblique, mais à la Terre entière ».

Le juif et agent israélien Johanne Gurfinkiel, Secrétaire général de la CICAD

A la page 12, la CICAD se livre à une analyse statistique. Il y a un tableau qui représente l’évolution des actes antisémites de 2004 à 2016, mais également un graphique qui illustre la répartition des actes antisémites par mois pour l’année 2016. Après avoir noté que le nombre d’actes les plus élevés ont été enregistrés au cours de février, mars et juin, la CICAD précise : « Les mois de janvier et février correspondent ainsi à la condamnation d’Alain Soral et à l’interdiction faite à Dieudonné de donner ses spectacles à Hong-Kong. Ces deux événements ont été utilisés comme prétexte afin de mettre en avant des théories de « domination et dictature juives mondiales ».

La CICAD semble regretter de ne pas pouvoir agir suffisamment contre les personnes et les mouvements cités dans le rapport : « Par ailleurs, il convient ici de rappeler que l’extrême droite suisse bénéficie très directement des lacunes du droit pénal. Pour ce qui est de la mouvance dite de la « dissidence » en Suisse romande, celle-ci se nourrit d’influences venant principalement des pays voisins comme la France et des groupes très actifs sur le web comme l’association politique « Egalité et Réconciliation » d’Alain Soral ou les sites proches de Dieudonné ».

Pour lutter contre ce « laxisme », la CICAD émet toute une série de recommandations. Voici ce qu’elle recommande notamment au niveau de l’éducation :

« Mise en place d’une étude dans les établissements scolaires afin de mettre en évidence la présence des préjugés à caractère racistes et antisémites. Une telle enquête permettra d’étudier les opinions, les attitudes racistes, les actes de violence subis, la discrimination, les besoins de formation dans ce domaine et l’état actuel des connaissances ».

Au niveau des réseaux sociaux :

« Les réseaux sociaux, dans lesquels les propos antisémites sont les plus nombreux, doivent être soumis à une surveillance plus rigoureuse. Les posts, pages ou groupes antisémites doivent être systématiquement supprimés ».

A noter que la CICAD propose une définition très large et assez particulière de l’antisémitisme :

« Antisémitisme » signifie, dans son acception commune : « une attitude d’hostilité à l’égard des minorités juives, quel que soit, d’ailleurs, le motif de cette hostilité ». Cette hostilité peut aller d’une aversion individuelle jusqu’à des formes de persécution idéologiques et institutionnalisées ».

On ne saurait résister à l’envie de suggérer à la CICAD, par souci d’honnêteté intellectuelle, de reproduire des définitions alternatives à la sienne dans son prochain rapport.

La Pravda

Vidéo : Qu’est-ce qu’être antisémite ? (Alain Soral)

https://www.youtube.com/watch?v=vMq7zWMqHok

Une affiche de la Ligue de défense juive

Commentaire

La CICAD est une officine israélienne dirigée par des agents israéliens s’efforçant de criminaliser toute critique du régime raciste israélien, du lobby juif (un ensemble d’organisations téléguidées par Israël) et des juifs en général (dont la plupart se considèrent et se comportent comme des agents israéliens). Comme la quasi-totalité des organisations juives (à l’exception des rares organisations juives antisionistes), la CICAD fait statutairement allégeance à Israël. Cela permet de se faire une idée du degré d’hypocrisie de ces Tartufes qui prétendent lutter contre le racisme et se donnent des airs de références morales. En réalité, il n’y a pas plus racistes qu’eux et ils rêvent de pouvoir traiter l’ensemble des non-juifs comme ils traitent les Palestiniens.

Partout dans le monde, le lobby juif mène une campagne islamophobe permanente visant à assimiler les musulmans à des terroristes, à leur imposer des mesures discriminatoires, et à présenter Israël comme « le bastion de l’occident face à la menace islamiste ». Cette campagne islamophobe est relayée par des politiciens non-juifs dont le point commun est leur soutien inconditionnel à Israël.

Partout dans le monde, le lobby juif s’efforce de criminaliser toute critique à son égard, ce qui est caractéristique d’une dictature. Il s’attaque systématiquement à la liberté d’expression des individus et s’efforce partout d’imposer ses mensonges éhontés comme la seule « vérité » permise sous peine de prison.

Le lobby juif s’efforce continuellement de fomenter des guerres, en sorte que les non-juifs aillent au casse-pipe pour le compte du régime israélien. Ainsi, pour ne citer que quelques exemples, on trouve le lobby juif à la manoeuvre derrière les guerres d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie, derrière le coup d’Etat fasciste en Ukraine, et, depuis de nombreuses années, le lobby juif s’efforce de provoquer une guerre contre l’Iran.

L’influence du lobby juif repose sur la corruption systématique des élus de tous bords et l’intimidation de ceux qui refusent de se laisser corrompre. Les premiers servent à imposer des lois liberticides, à commencer par celles censées « justifier » la persécution des révisionnistes, dont le seul tort est de compromettre, par leurs découvertes, le juteux shoah business. Les seconds sont la cible de campagnes de calomnies les taxant d’antisémitisme et les accusant de « soutenir les terroristes ».

Pour avoir été persécuté pendant six ans par les dirigeants de la CICAD avec la complicité d’une magistrature genevoise totalement corrompue, dont les membres rivalisaient de servilité à l’égard de mes adversaires au point de falsifier systématiquement « l’instruction », j’ai eu l’occasion d’observer les méthodes de ce beau monde. Le procureur général, Olivier Jornot, qui s’était fait photographier dans les locaux de la CICAD, arrivait aux tribunal en tutoyant mes adversaires et repartait en leur compagnie.

La CICAD a déposé, à mon encontre, un déluge de plaintes pénales visant successivement soixante articles que j’avais publiés, tous étant systématiquement qualifiés de « propagande antisémite ». J’ai produit deux gros classeurs de preuves démontrant amplement la véracité de chacun des textes litigieux. Encore ne s’agissait-il que d’un échantillon de toutes les preuves que j’aurais pu produire. Aucune de ces preuves n’a jamais été citée par aucun des magistrats successivement saisis du dossier. De même, un rapport de douze pages énumérant des calomnies énoncées par mes adversaires dans leurs plaintes pénales et leurs déclarations aux magistrats a été totalement occulté. Dans le même temps, ces magistrats corrompus reprenaient à leur compte, sous forme de copier-coller, les plus flagrants mensonges de mes adversaires (du genre : le lobby juif n’existe pas, c’est une théorie du complot, de la propagande antisémite) et présentaient ces copier-coller comme le fruit d’une enquête impartiale...

Déjà dans l’Antiquité, dans ses Histoires, Tacite mentionnait « l’hostilité haineuse » des juifs à l’encontre de « tout ce qui n’est pas juif ». Déjà à cette époque, les juifs se caractérisaient par une véritable culture de la calomnie. Ainsi, dans La guerre des Juifs, Flavius Josèphe raconte que le roi juif Hérode a fait exécuter deux de ses fils à la suite d’une campagne de calomnies accusant ses fils de vouloir l’assassiner. De nos jours, en Israël, et selon la police israélienne elle-même, plus de 80 % des plaintes pénales sont des dénonciations calomnieuses.

Le lobby juif et ses laquais utilisent en toutes occasions la formule « civilisation judéo-chrétienne ». En réalité, il s’agit d’une civilisation gréco-romaine. Les juifs n’ont jamais été civilisés. Il suffit d’observer leur comportement à l’égard des Palestiniens pour s’en convaincre. Quand ils peuvent se comporter comme ils l’entendent, leur barbarie est sans limite.

S’agissant du rapport de la CICAD (3) on relèvera, à la page 13, que, dans leur écrasante majorité, les prétendus « actes antisémites » ne sont rien d’autre que des critiques exprimées (y compris à l’égard du lobby juif et d’Israël) ou des opinions révisionnistes. Il n’y a pas un seul acte concret tel qu’une agression physique. Par ailleurs, on mentionnera que bon nombre de juifs on l’habitude d’écrire des tirades du genre « mort aux juifs » sur les forums des sites internet, en se faisant passer pour des non-juifs, que ce soit dans le but de discréditer tel site internet (il est fréquenté par des antisémites !) ou dans le but de « prouver » une perpétuelle « montée de l’antisémitisme ». Idem à propos de graffitis. Cette « montée de l’antisémitisme » vise à inciter les juifs à émigrer en Israël et à donner de l’argent aux organisations telles que la CICAD dont le fonds de commerce est « la lutte contre l’antisémitisme ». Au demeurant, par leurs agissements, les organisations du lobby juif font tout pour rendre les juifs odieux dans le monde entier.

Frank BRUNNER

Notes :

(1) http://www.cicad.ch/fr/cicad-news-press-releases-and-feedback-anti-semitism-news-press-releases-and-feedback/antis%C3%A9mitisme-

(2) https://www.youtube.com/watch?v=rjiGACwATMI

(3) http://www.cicad.ch/sites/default/files/news/pdf/Rapport%20Antise%CC%81mitisme%20en%20Suisse%20romande%20%20HD.pdf

Liens liés a l'article.lapravda

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source