retour article original

dimanche 25 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Syria
ATS, 8 février 2017

Syria : Environ 13000 personnes auraient été pendues dans une prison de Damas


La prison de Saidnaya vue par satellite

Amnesty International a accusé, mardi 7 février 2017, le régime syrien d’avoir pendu quelque 13000 personnes en cinq ans, entre 2011 et 2015, dans une prison gouvernementale près de Damas (1). L’organisation non gouvernementale a dénoncé une "politique d’extermination".


Syria

Intitulé "Abattoir humain : pendaisons et extermination de masse à la prison de Saidnaya", le rapport de l’ONG se base sur des entretiens avec 84 témoins, au nombre desquels des gardiens, des détenus et des juges. Au moins une fois par semaine, entre 2011 et 2015, des groupes allant jusqu’à 50 personnes ont été extraits de leurs cellules pour des procès arbitraires, battus puis pendus "en pleine nuit dans le secret le plus total". Tout au long du processus, les détenus "restent les yeux bandés. Ils ne savent pas quand et comment ils mourront jusqu’à ce que la corde soit enfilée autour de leur cou", dénonce Amnesty International. La plupart des victimes étaient des civils considérés comme des opposants au gouvernement du président Bachar al-Assad. "Ils les laissaient (pendus) de 10 à 15 minutes", a témoigné un ancien juge qui a assisté aux exécutions. "Pour les plus jeunes, leur poids n’était pas suffisant pour les faire mourir. Les assistants des bourreaux les tiraient alors vers le bas et brisaient leur cou". Des prisonniers ont été violés ou forcés de se violer. Des gardiens ont aussi nourri des détenus en jetant leur repas sur le sol de leur cellule, souvent maculé de saletés et de sang.

Pour Amnesty International, il s’agit de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, qui perdurent probablement jusqu’à ce jour. Des milliers de prisonniers sont détenus dans la prison militaire de Saidnaya, l’un des centres de détention les plus importants du pays, situé à 30 km au nord de Damas.

"Les horreurs décrites dans ce rapport révèlent une campagne cachée et monstrueuse, autorisée aux plus hauts niveaux du gouvernement, visant à écraser toute forme de contestation au sein de la population syrienne", a commenté Lynn Maalouf, directrice adjointe pour la recherche au bureau d’Amnesty International à Beyrouth.

Plus de 310000 personnes ont été tuées et des millions d’autres ont dû fuir leurs foyers depuis le début du conflit syrien.

Agence télégraphique suisse

Un détenu est tabassé à son arrivée à la prison de Saidnaya

Damas qualifie de « totalement faux » le rapport d’Amnesty International

L’ONG Amnesty International a publié, mardi 7 février 2017, un rapport sur des exécutions de masse dans une prison près de Damas, affirmant notamment qu’au moins 13000 personnes y avaient été pendues en cinq ans, mais le gouvernement syrien rejette en bloc toutes ces « allégations ».

Le gouvernement syrien a qualifié de « totalement faux » le rapport d’Amnesty International, selon lequel au moins 13000 personnes auraient été pendues en cinq ans dans la prison syrienne de Saidnaya, près de Damas, annonce l’agence SANA. « Le rapport d’Amnesty International a pour objectif de ternir la réputation de la Syrie dans les instances internationales », a déclaré, dans un communiqué, le ministère syrien de la Justice, en rejetant les allégations de l’ONG sur une « politique d’extermination » relevant de « crimes de guerre et de crimes contre l’humanité », que pratiquerait Damas.

Amnesty International assure toutefois que son rapport se base sur des entretiens réalisés avec 84 témoins (gardiens, détenus et juges), tout en indiquant par ailleurs qu’il y a « de fortes raisons de croire que cette pratique perdure jusqu’à ce jour ». Aussi, l’ONG appelle-t-elle la communauté internationale à lancer une enquête sur les exécutions extrajudiciaires et les pratiques d’extermination dans la prison militaire de Saidnaya.

Ce rapport a été publié moins de deux semaines avant un nouveau round de pourparlers à Genève entre Damas et l’opposition sous l’égide des Nations unies pour tenter de trouver une issue à ce conflit qui a déjà fait plus de 310000 morts depuis mars 2011.

sputniknews

Note :

(1) https://www.amnesty.ch/fr/pays/moyen-orient-afrique-du-nord/syrie/docs/2017/pratiques-secretes-du-gouvernement-prison-saidnaya/resume_abattoir_humain_saidnaya_syrie.pdf

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source