retour article original

mercredi 23 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie India
nxp, 13 février 2017

India : Le parc national Kaziranga a adopté une méthode radicale pour préserver sa faune

par Marion MOUSSADEK


C’est l’une des dernières zones de l’Inde du nord qui n’aient pas été modifiées par l’homme. Le parc national Kaziranga, qui abrite la plus importante population de rhinocéros unicornes du monde, est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1985 (1). Dans un pays où la corne de rhino se vend jusqu’à 6000 dollars les 100 grammes, soit plus cher que l’or, il a fallu organiser sérieusement la défense des animaux, braconnés à tour de bras dans cette réserve naturelle. Et pour ce faire, les Indiens ont un remède radical : les gardes forestiers ont été armés.


India

Le gouvernement régional a mis en place une législation sur mesure qui garantit aux hommes qui tueraient les braconniers une solide protection pour ne pas être traînés devant les tribunaux pour homicide, nous apprend la BBC (2). Ainsi, si en 2012, un seul braconnier présumé y a laissé sa peau, en 2015, ce sont pas moins de 23 hommes chassant les rhinos qui ont été tués, selon des chiffres rapportés par la BBC (3) mais transmis par le parc national (4). Contre 17 rhinocéros braconnés cette année-là.

Et de noter : « Des villageois innocents, du peuple tribal pour la plupart, ont été pris dans le conflit ». Pour le directeur du parc, interrogé par la BBC, il est difficile de traquer les bons braconniers car « les gangs recrutent des autochtones pour qu’ils les aident à pénétrer dans le parc, mais ceux qui tuent vraiment les rhinocéros viennent des Etats voisins ». Deux gardes témoignent qu’ils doivent toutefois faire une sommation avant de tirer, puis tenter de les arrêter pour « obtenir des informations sur les gangs de braconniers ».

Toujours est-il que 50 braconniers présumés ont été tués ces trois dernières années. Parmi eux, Goanburah, un jeune handicapé qui gardait les deux vaches de la famille. Son père témoigne : « Il pouvait tout juste mettre lui même ses pantalons ou ses chaussures. Tout le monde le connaissait ici car il était handicapé ». Son père pense que son fils s’est égaré dans le parc -qui n’est pas clos- et que les gardes l’ont tué par erreur. Un enfant âgé de 7 ans, qui a reçu une balle des gardes dans la jambe droite, ne peut plus marcher depuis, malgré des douzaines d’opérations chirurgicales. Le parc a reconnu son erreur et a indemnisé sa famille :3000 dollars.

Quelque 170000 visiteurs affluent chaque année dans le parc Kaziranga, principale attraction touristique de la région. En avril 2016, le couple royal William et Kate s’y étaient rendus.

Marion MOUSSADEK

Notes :

(1) http://whc.unesco.org/fr/list/337

(2) http://www.bbc.com/news/world-south-asia-38909512

(3) http://www.bbc.com/news/world-south-asia-38909512

(4) http://kaziranga.co.in/about.php

AUTEURS 

  • Marion MOUSSADEK

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source